Le général Lasalle, 1775-1809 – L’héritage d’une légende

Ici nous sommes informés des parutions dédiées à l'Histoire napoléonienne.
Avatar du membre
Rigodon d'honneur
Colonel 3ème Hussard
Colonel 3ème Hussard
Messages : 388
Enregistré le : 05 févr. 2018, 23:02

Re: Le général Lasalle, 1775-1809 – L’héritage d’une légende

Message par Rigodon d'honneur »

la remonte a écrit :
20 mars 2020, 12:02
par contre le Sarladais meurt comme Cyrano , " s'il ne rata pas sa vie , il rata sa mort "
en fait, Cyrano, dans ses derniers souffles, déclare avoir raté sa vie : "J'aurai tout manqué, même ma mort"...

c'est plutôt les conditions qui ont conduit à sa mort que rate Cyrano ("Et voilà que je suis tué dans une embûche, Par-derrière, par un laquais, d'un coup de bûche !")...
car ses derniers instants, aux côtés de Roxane au couvent, avec sa "Gazette", sont à l'image de sa vie, pleins de panache :!:
:salut:
"Ils grognaient, et le suivaient toujours..."

Avatar du membre
la remonte
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 413
Enregistré le : 06 sept. 2019, 11:46
Localisation : Paris

Re: Le général Lasalle, 1775-1809 – L’héritage d’une légende

Message par la remonte »

exact .
mais à tout prendre , si Lasalle meurt au zénith de l'empire , il rate les grandes heures , celles des revers qui pour un soldat valent celles des conquêtes .
les deux hommes , d'origines opposées ( comme Feraud et d'Hubert ) , partagent les mêmes goûts et ont en commun une vénération pour leurs mères respectives .

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3606
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Le général Lasalle, 1775-1809 – L’héritage d’une légende

Message par Cyril Drouet »

la remonte a écrit :
20 mars 2020, 12:02
Napoléon pardonne tout à Lasalle
L'Empereur pouvait cependant grogner.
Je pense ici à la colère déclenchée par ce rapport de Murat en date du 17 octobre 1806 :
« Le général Klein a commis une grande faute, et à son exemple le général Lasalle en a fait une seconde : ils ont laissé passer hier, l'un à Weissensee le général Blücher avec 5 000 hommes, et l'autre une autre colonne à Tennstätdt, parce que le général Blücher leur a assuré qu'il y avait un armistice de six semaines. »

Deux jours plus tard, l’ordre du jour impérial fut sans appel :
« L'Empereur témoigne son mécontentement au général de division Klein et au général de brigade Lasalle, et Sa Majesté ordonne que cette marque de son mécontentement soit mise à l'ordre de l'armée, pour avoir laissé passer deux colonnes ennemies qui étaient coupées, ayant l'un et l'autre l'extrême simplicité de croire ce que le général ennemi Blücher leur a dit qu'il y avait un armistice de six semaines.
Depuis quand est-ce par le canal de l’ennemi que Sa Majesté fait porter ses ordres ?
L'Empereur se flatte que de pareilles erreurs ne seront plus commises ; les lois militaires prononcent les plus grandes peines contre ces officiers dans un cas pareil ; mais la peine la plus sensible pour un officier de la Grande Armée est de n'avoir pas concouru en tout point à l’entier succès des opérations. »

Le désarroi de Lasalle semble avoir été si grand qu’il songea, si l’on en croit Curély (itinéraire d'un cavalier léger de la Grande-Armée ), à « se brûler la cervelle ». On l’en empêcha et Lasalle alla s’expliquer auprès de Napoléon. Sans doute, lui répéta-t-il à cette occasion ce qu’il avait pu écrire dans son rapport à Belliard, le chef d’état-major de Belliard, le 16 octobre :
« En sortant de Lutzensonnern, je voulais prendre la route de Frankenhausen, où l'on disait que l'ennemi se retirait, mais mes avant-postes, en sortant de Greussen aperçurent une colonne de plus de 3000 hommes de toutes armes; un ruisseau et un étroit défilé étaient derrière moi, je le passais d'abord et me mettais en bataille, dans une bonne position, lorsqu'on vint m'instruire qu'un parlementaire se présentait. C'était un officier prussien qui assura de la part du général Blücher, qui commandait la colonne, qu'un armistice avait eu lieu. Sans trop y ajouter foi, j'en ai profité pour venir prendre position à Gebesse, en arrière d'un ruisseau nommé Unstrut, j'y ai rassemblé mes prisonniers et mes chevaux de prise et j'y attends impatiemment vos ordres. Il est pénible pour moi d'avoir la crainte d'avoir fait quelque chose qui ne soit pas dans vos intentions, mais, Monseigneur, j'ai cru bien faire en faisant ce mouvement dont le résultat est à peu près satisfaisant »

La disproportions des forces étaient en effet importante ; ce qui d’ailleurs n’empêcha pas Lasalle d’opérer un mouvement offensif (mais vain) dès le lendemain 17.
Curély rapporte ainsi la réponse de Napoléon :
« On m’avait trompé ; soyez tranquille et continuez à me servir comme vous l’avez fait jusqu’ici. »

Le 11e Bulletin du 19 octobre oublia finalement Lasalle et seul Klein fut égratigné.

Avatar du membre
Saint Clair
- Capitaine -
- Capitaine -
Messages : 72
Enregistré le : 18 juil. 2017, 22:53
Localisation : Metz (Moselle)

Re: Le général Lasalle, 1775-1809 – L’héritage d’une légende

Message par Saint Clair »

Cela étant, j'ai l'impression que personne n'a lu ce livre.
Ma question était de savoir ce qu'il pouvait apporter de plus par rapport à tout ce qu'on connait déjà sur Lasalle.

En effet, Napoléon lui pardonne beaucoup mais il connaît le phénomène. A la revue d'Elbing, le 8 mai 1807, Lasalle présente ses six mille cavaliers, en grande tenue et bien montés.
Il est midi, les fanfares sonnent. L'Empereur passe en revue chaque régiment et s'adresse à chaque homme qui lui est présenté.
A Lasalle, qui semble avoir été un peu ignoré, l'Empereur lui dit :
- qu'avez-vous donc, vous ne semblez pas content ?
- je suis heureux de vos bontés, Sire, mais je ne suis pas encore satisfait; j'espérais que votre Majesté aurait jeté les yeux sur moi pour commander le premier régiment du monde : en un mot, j'espérais remplacer le général Dahlmann, colonel de vos guides.
- quand le général Lasalle ne jugera plus et ne fumera plus, non seulement je le mettrai à la tête d'un régiment de ma garde, mais je le ferai une mes chambellans.

Lasalle s'inclina et dit à l'Empereur :
- Sire, puisque j'ai toutes les qualités d'un marin, je demande à votre Majesté le commandement d'une frégate.
- Non pas, non pas, ce ne serait pas mon compte. Vous commander de les vingt régiments de cavalerie en l'absence du prince Murat.

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3606
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Le général Lasalle, 1775-1809 – L’héritage d’une légende

Message par Cyril Drouet »

Saint Clair a écrit :
21 mars 2020, 12:10
- Sire, puisque j'ai toutes les qualités d'un marin, je demande à votre Majesté le commandement d'une frégate.
Le tout sous l’œil avisé de ce grand marin qu'était Murat :lol:
Sans titre 3.jpg
(Bosio, "Portrait de Joachim Murat, roi de Naples et de Sicile en habit de grand amiral de l'Empire français")

Avatar du membre
Saint Clair
- Capitaine -
- Capitaine -
Messages : 72
Enregistré le : 18 juil. 2017, 22:53
Localisation : Metz (Moselle)

Re: Le général Lasalle, 1775-1809 – L’héritage d’une légende

Message par Saint Clair »

Murat, dont on disait que Lasalle était le digne successeur...

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3606
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Le général Lasalle, 1775-1809 – L’héritage d’une légende

Message par Cyril Drouet »

Saint Clair a écrit :
21 mars 2020, 13:21
Murat, dont on disait que Lasalle était le digne successeur...
L'hommage du Bulletin du 8 juillet 1809 :
"C'était un officier du plus grand mérite, et l'un de nos meilleurs généraux de cavalerie légère."

« Murat était le meilleur officier de cavalerie du monde. »
(O’Meara citant Napoléon, Napoléon dans l’exil)

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3606
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Le général Lasalle, 1775-1809 – L’héritage d’une légende

Message par Cyril Drouet »

Saint Clair a écrit :
21 mars 2020, 12:10
- Sire, puisque j'ai toutes les qualités d'un marin, je demande à votre Majesté le commandement d'une frégate.
Ces mots rapportés par Parquin (Souvenirs de gloire et d'amour) où Lasalle s'imagine marin sont à rapprocher de ceux de Napoléon écrivant à Murat le 31 octobre 1806 où l'Empereur voyait amusé dans Lasalle l'homme rendant inutile génie et artillerie de siège :
« Mon Frère, je vous fais mon compliment sur la prise de Stettin ; si votre cavalerie légère prend ainsi des villes fortes, il faudra que je licencie le génie et que je fasse fondre mes grosses pièces. »

Avatar du membre
Fabrice Del Dongo
Soldat
Soldat
Messages : 63
Enregistré le : 12 févr. 2020, 07:31

Re: Le général Lasalle, 1775-1809 – L’héritage d’une légende

Message par Fabrice Del Dongo »

Cyril Drouet a écrit :
20 mars 2020, 16:27
Le désarroi de Lasalle semble avoir été si grand qu’il songea, si l’on en croit Curély (itinéraire d'un cavalier léger de la Grande-Armée ), à « se brûler la cervelle ». On l’en empêcha et Lasalle alla s’expliquer auprès de Napoléon.
Je ne voudrais pas paraître persifler, mais je ne peux m'empêcher d'être un peu étonné que vous accordiez foi à ce récit de Curély sans rappeler que c'est ce même Curély à propos duquel vous avez écrit qu'il disait peut-être n'importe quoi quand il racontait la "punition de Golymin".
Je remarque également au passage que cette citation laisse entrevoir les tendances parfois suicidaires que j'avais cru remarquer chez Lasalle en quand il prononçait sa phrase bien connue sur les hussards qui devaient mourir avant 30 ans.

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3606
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Le général Lasalle, 1775-1809 – L’héritage d’une légende

Message par Cyril Drouet »

Fabrice Del Dongo a écrit :
21 mars 2020, 13:55
Je ne voudrais pas paraître persifler
Il ne s'agit pas de persiflage, votre interrogation est parfaitement légitime.
Fabrice Del Dongo a écrit :
21 mars 2020, 13:55
je ne peux m'empêcher d'être un peu étonné que vous accordiez foi à ce récit de Curély
Vous noterez le prudent "si l'on en croit" que j'ai écrit à dessein.
Fabrice Del Dongo a écrit :
21 mars 2020, 13:55
vous avez écrit qu'il disait peut-être n'importe quoi quand il racontait la "punition de Golymin".
Vous noterez le "peut-être". Mais il est vrai que j'ai émis de sérieux doutes sur les dires de Curély sur Golymin, et ce, faut-il le rappeler, au regard des documents que l'on possède sur la bataille.
Et c'est la même méthode qui m'a amené, puisque vous avez évoqué cette problématique plus haut, à ne pas dire la même chose vis à vis de Thiébault.

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Héritage
    par Tranchant » 03 févr. 2019, 11:47 » dans Espace visiteurs
    4 Réponses
    278 Vues
    Dernier message par Général Colbert
    04 févr. 2019, 18:33
  • Un jour à Paris en 1775
    par Joker » 11 mars 2019, 20:25 » dans L'actualité napoléonienne
    2 Réponses
    212 Vues
    Dernier message par C-J de Beauvau
    17 mars 2019, 17:20
  • PISTOLET 1775 AVEC LE CHIEN ROND
    par Napoléon 1 » 21 août 2019, 17:23 » dans Objets napoléoniens
    0 Réponses
    527 Vues
    Dernier message par Napoléon 1
    21 août 2019, 17:23
  • Montre de Lasalle
    par Soldat Inconnu » 12 mars 2020, 11:54 » dans Objets napoléoniens
    61 Réponses
    541 Vues
    Dernier message par Fabrice Del Dongo
    20 mars 2020, 10:27
  • Légende ou réalité ?
    par Joker » 02 oct. 2019, 20:10 » dans Napoléon à travers les Arts
    12 Réponses
    2406 Vues
    Dernier message par Bernard
    05 oct. 2019, 20:56