Derniers jours...

Modérateur : Joker

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2844
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Derniers jours...

Message par L'âne »

18 mars 1821

Hudson Lowe au cours d'une conversation qu'il eut avec Buonavita avant son départ…
« Buonavita a commenté la situation à Longwood, concernant la santé du général Bonaparte, en disant avec une sorte d'air mystérieux « qu'il ne peut pas durer longtemps, que cela se voyait sur son visage. Je vous l'assure comme un homme indépendant et je dis qu'il ne durera pas. Rappelez-vous ce que je vous dis. » Je n'ai pas répondu.
L'abbé ne me paraît pas être une personne que le général Bonaparte a pu charger d'une commission particulière, sauf peut-être de parler de sa santé et, comme il ne lui a été permis de le voir que très rarement, dernièrement, tout changement de son aspect devrait donc être beaucoup plus frappant. L'abbé ne peut cependant rien dire de plus fort sur ce point que ce que le comte Montholon a l'habitude d'écrire et de dire. » 916

916 uwe Papers, ADD 20132, rapport de Lowe à Bathurst, 18 mars 1821.

Pendant ce temps...

Natalie PETITEAU, dans son ouvrage « Lendemains d’Empire » évoque l’hostilité de personnes isolées, souvent d’anciens militaires, aux Bourbons.

"Jean Lafargue, ex-caporal au 13e régiment d'infanterie légère, est prévenu d'avoir proféré publiquement, dans le café du sieur Germain, rue Bon Parti, à Avignon, le 18 mars 1821, les cris séditieux suivants : « J'emmerde le roi, le comte d'Artois, le duc d'Angoulême, la duchesse aussi, le duc de Bordeaux, le duc de Berry ainsi que la duchesse et tout ce qui s'ensuit ». Il s'agirait en fait des paroles d'une chanson. Parmi les témoins à charge, qui confirment ces propos, figure Joseph Plane, faiseur de bas, ex tambour dans le même régiment que l'accusé. En revanche, arrêté par une patrouille comprenant aussi des hommes qui avaient fait partie de son régiment, ces derniers l'auraient laissé s'évader. Repris, il est condamné à trois mois de prison et à une amende de 50 francs, tandis que le substitut du procureur avait requis six mois d'emprisonnement et 500 francs d'amende."
Aurea mediocritas
Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2844
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Derniers jours...

Message par L'âne »

19 mars 1821

Le 19 mars, Napoléon affronta seul une nouvelle crise de vomissements, tandis qu'Antommarchi brillait décidément par son absence :
Le malaise s'est manifesté de nouveau à quatre heures et demie du soir, au début de la promenade. Nous avions à peine fait quelques pas dans le jardin pour gagner la calèche, quand les vomissements ont commencé.*

*Lettre de Saint-Denis à sa mère, 17 mars 1821

En parallèle...

"Trois ans plus tard, il n'y avait toujours aucun signe d'une amélioration de l'état d'esprit public : au contraire, un grand nombre de citoyens accordèrent du crédit à la rumeur selon laquelle Napoléon avait débarqué à Bayonne1. Et, en mars 1821, à la suite d'une tentative de coup de force par des activistes napoléoniens à Grenoble, « les rumeurs les plus absurdes » circulèrent encore à Lyon, forçant le préfet à émettre un arrêté exaspéré2. Néanmoins, cette proclamation arriva trop tard pour empêcher un grand nombre d'habitants de la commune de Vaize (y compris le maire, M. Devarax) de fuir leur village3." - Sudhir HAZAREESINGH "La légende de Napoléon"

1. Rapport du procureur, Lyon, 15 mars 1820 (AD Rhône, 4 M 281).
2. « Aux habitants de Lyon », 19 mars 1821 (AD Rhône, 4 M 229).
3. Lettre du préfet du Rhône, Lyon, 22 mars 1821 (AD Rhône, 4 M 229).
Aurea mediocritas
Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2844
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Derniers jours...

Message par L'âne »

Le vendredi 30 mars 1821, Lowe qui ne veut toujours pas admettre la gravité de la maladie lance un ultimatum pour que Napoléon accepte soit de recevoir Arnott comme médecin/agent de communication, ou se rende visible. Les Français sont accablés par une telle inhumanité. Obéir à des ordres est une chose, les appliquer avec tact et compréhension en est une autre.
Ce manque total de discernement et d’humanité lui sera même reproché de son vivant par les plus conservateurs des historiens britanniques comme Walter Scott.
Bertrand note dans ses cahiers une discussion qu’il eut avec Lowe à ce sujet :
« L’Empereur est malade, ne peut sortir, on ne peut donc le voir. Est-ce que vous enfonceriez ses portes ?
— Oui, si cela était nécessaire, on enfoncera ses portes, on entrera par force.
— Mais cela serait le tuer.
— N’importe, je le ferai.
»

(Domaines nationaux français à l'île de Sainte Hélène, Atlantique Sud - Facebook)

---------------------------------------

Lettre de Montholon à son épouse, 30 mars 1821 :
"Chaque jour, la maladie a fait des progrès. [ ] Tous nos efforts sont réunis pour que le docteur Arnott soit appelé. [ ] Chaque matin, en ouvrant les yeux, je redoute qu'on ne m'apprenne que c'est fini."


En parallèle...


Avec Marie, Carl [Clausewitz] participe toujours aux grands événements de la vie berlinoise. Le 30 mars 1821, ils assistent à l’inauguration, en présence du roi, du monument national aux guerres de Libération, conçu par Schinkel, sur la colline qui porte depuis le nom de Kreuzberg.


SDsD.jpg
Aurea mediocritas
Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2844
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Derniers jours...

Message par L'âne »

Charles Éloi VIAL "Napoléon à Sainte-Hélène" :

En désespoir de cause, le 1er avril, Bertrand et Montholon convainquirent Napoléon de se laisser examiner par Arnott. Arrivé depuis peu de temps sur l’île, il n’était pas considéré comme un agent de Lowe. Le gouverneur avait, de toute façon, mis les Français au pied du mur : ou le médecin anglais était autorisé à entrer dans la chambre de Napoléon, ou des soldats forceraient la porte pour s’assurer de sa présence50. Arnott ne lui diagnostiqua qu’une forte fièvre due au climat, certifia qu’il se remettrait bientôt et se contenta de lui prescrire des pilules de rhubarbe et des décoctions de quinquina, que le malade refusa de prendre. Peut-être par prudence, Antommarchi ne chercha jamais à le démentir, même s’il n’en pensait pas moins : lors de leur rencontre, Napoléon, fiévreux et désorienté, avait été incapable de voir le médecin qui se tenait devant lui51.

50. Anglais 11, f. 77, Arnott à Lowe, 14 novembre 1820 ; Bibliothèque Thiers, ms.
Masson 21, « Journal » de Montholon, rédigé vers 1846, f. 519, 29 mars 1821.
51. Anglais 20, f. 414, Lutyens à Gorrequer, 1er avril 1821.

----------------------------------------

Dans "Journal indédit d'Hudson Lowe" qui n'est pas très fiable (pour employer un euphémisme) on fait dire au docteur Arnott : « Je n'ai pu le voir, tellement il faisait noir, mais je l'ai palpé, lui ou un autre*. Le pouls et l'état de la peau indiquaient une grande faiblesse, sans toutefois aucun signe de danger immédiat. Une pareille visite ne pouvait me permettre et ne m'a pas permis de me faire une opinion bien exacte, mais on m'a prié de revenir demain. »

* "lui ou un autre".... Ça y est... ça recommence ! ! ! LOL
Aurea mediocritas
Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2844
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Derniers jours...

Message par L'âne »

À partir du 11 avril 1821, Napoléon dicte son testament au général de Montholon.
Aurea mediocritas
Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2844
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Derniers jours...

Message par L'âne »

19 avril 1821.
... « Vous ne vous trompez pas, mes amis, je vais mieux aujourd’hui, mais je n’en sens pas moins que ma fin approche. Quand je serai mort, chacun de vous aura la douce consilation de retourner en Europe. Vous reverrez, les uns vos parents, les autres vos amis, et moi je retrouverai mes braves aux Champs Élysées. Oui, continua l’empereur en haussant la voix, Kléber, Desaix, Bessières, Duroc, Ney, Murat, Masséna, Berthier, tous viendront à ma rencontre; ils me parleront de ce que nous avons fait ensemble. Je leur conterai les derniers événements de ma vie. En me voyant, ils redeviendront tous fous, d'enthousiasme et de gloire. Nous causerons de nos guerres avec les Scipion, les Annibal, les César, les Frédéric. Il y aura plaisir à cela ... A moins, ajouta-t-il en riant, qu'on n'ait peur là-bas de voir tant de guerriers ensemble. »
S.H. Mémoires d'Antommarchi.
Aurea mediocritas
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 4264
Enregistré le : 30 janv. 2021, 10:36

Re: Derniers jours...

Message par Cyril Drouet »

L'âne a écrit : 19 avr. 2021, 13:54 Nous causerons de nos guerres avec les Scipion, les Annibal, les César, les Frédéric. Il y aura plaisir à cela ...
Sans titre 2 (4).jpg
Sans titre 1 (3).jpg
Sans titre 1 (3).jpg (89.51 Kio) Vu 135 fois
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 4264
Enregistré le : 30 janv. 2021, 10:36

Re: Derniers jours...

Message par Cyril Drouet »

L'âne a écrit : 19 avr. 2021, 13:54 Oui, continua l’empereur en haussant la voix, Kléber, Desaix, Bessières, Duroc, Ney, Murat, Masséna, Berthier, tous viendront à ma rencontre; ils me parleront de ce que nous avons fait ensemble.
Apotheose_de_Napoleon_par_Horace_Vernet_HD.jpg
Pas sûr que la rencontre avec le Lion de Strasbourg se soit bien passée...
Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1832
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Derniers jours...

Message par Bernard »

Cyril Drouet a écrit : 21 avr. 2021, 11:03 Pas sûr que la rencontre avec le Lion de Strasbourg se soit bien passée...
Et que dire de Berthier ?
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 4264
Enregistré le : 30 janv. 2021, 10:36

Re: Derniers jours...

Message par Cyril Drouet »

Bernard a écrit : 21 avr. 2021, 14:03
Cyril Drouet a écrit : 21 avr. 2021, 11:03 Pas sûr que la rencontre avec le Lion de Strasbourg se soit bien passée...
Et que dire de Berthier ?
Une rencontre d'outre tombe sans doute placée sous de meilleurs auspices, comme une manière de réaliser celle qui n'a pas eu lieu en 1815...
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Les derniers fidèles
    par Joker » » dans Salon Ier Empire
    21 Réponses
    1901 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
  • Les derniers témoins
    par la remonte » » dans Napoléon à travers les Arts
    3 Réponses
    805 Vues
    Dernier message par Bruno
  • ★ Les derniers jours du maréchal LANNES...
    par Jean-Louis » » dans Salon Ier Empire
    165 Réponses
    15305 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
  • Napoléon, les derniers témoins racontent
    par Eric LM » » dans BIBLIOTHÈQUE EMPIRE - L'actualité du livre napoléonien
    0 Réponses
    126 Vues
    Dernier message par Eric LM
  • Mort d'un des derniers témoins de la bataille de Waterloo, soufflé par le vent.
    par Joker » » dans L'actualité napoléonienne
    4 Réponses
    202 Vues
    Dernier message par Général Colbert