Celebration politique.

Souvenirs, souvenirs...
Courtebotte

Message par Courtebotte » 09 oct. 2006, 11:05

Cette histoire de Napoléon dénigrant la victoire d'Auerstaedt est, comme le dit Adjoint, un peu surfaite. Les troupes du III corps ont l'honneur de défiler les premières dans Berlin, et le titre de Duc d'Auerstaedt est donné à Davout. Si le premier bulletin de la Grande Armée parle peu de la victoire de Davout, c'est que les moyens de communications de l'époque n'était pas rapide comme maintenant. Il faut quelques heures de plus à Napoléon pour réaliser l'ampleur d'Auerstaedt, sans oublier Bernadotte qui tente tout pour minimiser les périls rencontrer par Davout.

Drouet Cyril

Message par Drouet Cyril » 09 oct. 2006, 11:59

Le terme "dénigrement" est en effet un peu fort. On peut se souvenir à ce propos des éloges faits par l'Empereur aux troupes de Davout (duc d'Auerstaedt ) en général et à ce dernier en particulier.
Mais force est de constater que si Iéna est aujourd'hui connu de nos concitoyens, celui d'Auerstaedt l'est beaucoup moins, voire pas du tout. Et Napoléon est grandement responsable de cet état de fait.


Salutations respectueuses.

Courtebotte

Message par Courtebotte » 09 oct. 2006, 12:28

Des éléments pour appuyer votre opinion Cyril ?

Drouet Cyril

Message par Drouet Cyril » 09 oct. 2006, 12:53

Le bulletin du 15 octobre 1806 commence ainsi :
« La bataille de Iéna a lavé l'affront de Rosbach et décidé, en sept jours, une campagne qui a entièrement calmé cette frénésie guerrière qui s'était emparée des têtes prussiennes. »

Celui du 17 juin 1807 dit ceci :
« La bataille de Friedland est digne d'être mise à côté de celles de Marengo, d'Austerlitz et d'Iéna. »

Le 14 octobre 1806 devient très vite le jour de la bataille d’Iéna, Auerstaedt restant dans l’ombre.
Ainsi, le 14 octobre 1807 eurent lieu des festivités. Et elles furent données en l’honneur d’un jour anniversaire : celui de la bataille d’Iéna.


Salutations respectueuses.

Courtebotte

Message par Courtebotte » 09 oct. 2006, 13:53

Pour le bulletin du 15 octobre 1806, comme je le disais, Napoléon n'est pas encore au courant de l'ampleur de la bataille. Davout a envoyé un aide de camp dont le récit est mis en doute par Bernadotte, un maréchal.
Les bulletins suivant font plus de place à Auerstaedt.
Effectivement, par la suite on parle plus d'Iéna, mais accuser Napoléon de jalousie comme le font certains me semble exagéré.
Et pourtant, je ne suis pas un bonapartiste forcené

Drouet Cyril

Message par Drouet Cyril » 09 oct. 2006, 15:27

Disons que Napoléon a mis en avant, et à dessein, sa bataille. Et c'est celle qui encore aujourd'hui tient le haut du pavé dans la mémoire des Français.

ACL Lasalle

Message par ACL Lasalle » 09 oct. 2006, 18:05

Et pour des raisons politiques évidentes, il valait mieux qu'il n y eut qu'une seule bataille ce 14 octobre.
La puissance de napoléon reposait aussi ur le fait qu'on le considérait comme imbattable, prévoyant tout et ayant le coup d'oeil startégique infaillible.
Donc de ce point de vue, il FALLAIT minimiser la bataille d'Auerstadt.

Hypolite

Message par Hypolite » 09 oct. 2006, 18:43

Il ne faut tout de même pas oublier que la Strategie Générale était établie par Napoléon et à ce titre, il n'est pas tout à fait innocent dans la victoire de Davout ! :salut:

Adjoint

Message par Adjoint » 09 oct. 2006, 19:30

:salut:

...je serais plutot de l'avis opposé. La victoire d'Auerstaedt appartient uniquement au génie du maréchal de fer et a ses hommes qu'il a si bien dressés et conduits. Napoléon lui a donné le baton, le corps d'armée, les moyens, et puis aussi, d'une certaine facon, un beau ennemi en lui permettant ainsi d'entrer dans l'histoire militaire parmis les plus grands chefs de guerre de tous temps. Si c'est cette "occasion" offerte a Davout qui fait Napoléon participant a la victoire d'Auerstaedt, je suis d'accord :)

La campagne a été gagnée par Napoléon, commandant en chef, il n'y a aucun doute. Le fait que l'un de ses maréchaux a brillé plus que lui-meme sur un autre champ de bataille ne touche en rien la grandeur du génie militaire de Napoléon, bien au contraire. Mais Napoléon n'aurait pas été innocent dans la victoire de Davout s'il aurait pu le soutenir et renforcer... le syteme du "bataillon carré" a échoué cette fois-ci (faute d'informations plus précises sur l'ennemi), comme il a presque échoué quelques mois plus tard a Pultusk, ou Davout, encore lui, sauve Lannes en lui envoyant la division Daultanne...

Amicalement

Jakub

eugéne de Beauharnais

Message par eugéne de Beauharnais » 09 oct. 2006, 19:32

ses hommes qu'il a si bien dressés et conduits
D'habitude je bois vos paroles...mais on ne dresse pas les soldats de la liberté.... on les entraîne .... on les forme. :salut:

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • [ Napoléonothèque ] L'invention politique de l'événement - Bonaparte, l'Égypte
    par L'âne » 22 oct. 2017, 08:22 » dans Napoléonothèque
    0 Réponses
    101 Vues
    Dernier message par L'âne
    22 oct. 2017, 08:22
  • L'exécution de Johann PALM, une faute politique ?
    par barthelemy » 28 févr. 2018, 20:04 » dans Salon Ier Empire
    50 Réponses
    1190 Vues
    Dernier message par Bernard
    21 avr. 2018, 07:47