Sabre de Bonaparte en Égypte

Dans cette rubrique, montrez vos objets napoléoniens.

Modérateur : Cyril

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2211
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Re: Sabre de Bonaparte en Égypte

Message par Cyril Drouet » 04 nov. 2018, 10:09

Lecurieux a écrit :
04 nov. 2018, 03:06
Je suis actuellement dans la lecture de le soleil noir de la puissance de Dominique De Villepin

Il y est écrit que lors du coup d'Etat du 18 brûmaire le futur empereur se doit de gagner la personne du General Lefebvre commandant la place de Paris

Pour ce faire, il lui aurait notamment donné le cimeterre qu'il portait en Égypte (faits résumés par Jacques Bainville).

Il s'agirait d'un sabre de mamelouk récupéré au cours de la campagne d'Egypte

Corrigez moi si je fais fausse route, je suis curieux d'en savoir plus ;)

Villepin (Le soleil noir de la puissance 1796-1807) écrit en effet ceci :
« Le général Lefebvre, autre jacobin notoire commandant la place de Paris, est gagné en personne par Bonaparte et finit par lui promettre de « jeter ces bougres d’avocats à la rivière. »

...et oriente ses lecteurs vers Bainville.
Dans « Le dix-huit brumaire et autres écrits sur Napoléon », ce dernier écrit ceci :
« Le mari de « madame Sans Gêne » était un cœur simple, droit et sentimental. Il admirait le héros d’Arcole et des pyramides. Il fut ému par une éloquente peinture des maux de la patrie, par une adjuration pathétique, plus encore par le don que lui fit Bonaparte du cimeterre qu'il portait en Egypte. « Pleurant et sacrant à la fois », dit Albert Vandal, il promit « de jeter ces b… d’avocats à la rivière ». »

Allons donc du côté de Vandal (L'avènement de Bonaparte. Tome 1, La genèse du Consulat. Brumaire. La constitution de l'an VIII) :
« Lefebvre était l'Alsacien patriote, de naturel sensible sous une rude écorce, plus Français de cœur que de langage. Il avait l'âme prompte aux généreuses colères, l'attendrissement immédiat, et ne résistait jamais à une effusion. Comme Bonaparte lui montre la République en proie aux avocats qui l'exploitent et la perdent, il s'indigne; quand il se voit remettre par Bonaparte le sabre que « le héros » lui-même portait en Egypte, il n'y tient plus; des larmes lui montent aux yeux. Pleurant et sacrant à la fois, il déclare en faisant sonner les b comme des t qu'il est prêt à «jeter ces b... d'avocats à la rivière ».

Vandal (qui publie son ouvrage en 1902) ne cite pas ses sources, mais l’anecdote ici rapportée avait été popularisée un demi-siècle plus tôt par Thiers dans « Histoire de la Révolution française » :
« Lefebvre était entré avec humeur.
« Eh bien, Lefebvre, lui dit Bonaparte, vous, l'un des soutiens de la république, voulez-vous la laisser périr dans les mains de ces avocats ? Unissez-vous à moi pour m'aider à la sauver. Tenez, ajouta Bonaparte, en prenant un sabre, voilà le sabre que je portais aux Pyramides ; je vous le donne comme un gage de mon estime et de ma confiance.
-Oui, reprit Lefebvre tout ému, jetons les avocats à la rivière ! »

Autre source probable d’inspiration de Vandal (les avocats qui « perdent » la patrie ou la république, les larmes de Lefebvre, les « bougres » d’avocats) : Sorel, qui écrivait en 1898 dans la Revue des deux mondes (« L’Europe et le Directoire ») :
« Lefebvre, commandant de la place, accourut en colère, effaré de cette prise d'armes qui se faisait sans ses ordres. Bonaparte lui répondit en lui offrant le cimeterre qu'il portait aux Pyramides et l'adjura de marcher « Lui ! l'un des plus solides soutiens de la patrie, la laissera-t-il aux mains des avocats qui la perdent »
Lefebvre exécrait les avocats et pleurait au seul nom de la patrie.
« S'il ne s'agit que de cela, s'écria-t-il, je suis prêt. Jetons donc ces b… d'avocats à la rivière. »

Si Sorel semble avoir quelque peu brodé l’anecdote donnée par Thiers, on peut s’interroger sur les sources sur lesquelles ce dernier historien s’est appuyé.

Je n’ai aucune assurance sur l’affaire, mais la prose de Thiers fait bigrement penser aux mots que l’on peut trouver dans une pièce de théâtre de 1828 (Scènes contemporaines) écrite par Loève-Veimars, Vanderburch et Romieu, sous le pseudonyme collectif de la vicomtesse de Chamilly (j’ai souligné ici les mots repris textuellement par Thiers) :
«-Bonaparte (paraissant sur le perron, entouré de Murat, Macdonald, Lannes, Bernadotte, Joseph Bonaparte, Leclerc, Moreau, Berthier, et nombre d'officiers supérieurs) : C'est vous, Lefebvre, qu'est-ce donc ? Vous, l'un des soutiens de la république, voulez-vous la laisser périr dans les mains des avocats ? (détachant son sabre.) Tenez, général Lefebvre, voilà le sabre que je portais aux pyramides; je vous le donne en présence de l'élite de l'armée, comme un gage de mon estime et de ma confiance.
-Lefebvre (très ému) : Oui, mille tonnerres, jetons les avocats à la rivière ! Je ne vous quitte pas ! »


Prudence donc…
Par ailleurs, peut-être que les auteurs de théâtre repris par Thiers (puis par bon nombre d’historiens ou écrivains) se sont inspirés du sabre d’honneur que Lefebvre reçut par la suite en souvenir de ses services lors de Brumaire.
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2211
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Re: Sabre de Bonaparte en Égypte

Message par Cyril Drouet » 05 nov. 2018, 13:50

Thiers recopiant une pièce de théâtre, pour ensuite être repris par bon nombre d'historiens, n'est pas sans faire penser à l'histoire du tatouage de Bernadotte, elle aussi apparaissant dans une œuvre théâtrale.
Nous en avons parlé ici :
viewtopic.php?t=767&start=10
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Lecurieux

Re: Sabre de Bonaparte en Égypte

Message par Lecurieux » 06 nov. 2018, 10:47

Merci à vous pour toutes ces sources :)

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2211
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Re: Sabre de Bonaparte en Égypte

Message par Cyril Drouet » 06 nov. 2018, 13:48

Une piste d'inspiration pour les auteurs de la pièce de théâtre ?
Article paru dans le Moniteur universel, deux jours avant le 18 brumaire :
"Bonaparte a fait présent à Moreau d'un damas garni de diamants qu'il a rapporté d'Egypte, et qui est estimé à 10 mille francs."
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • [EGYPTE] Après Bonaparte
    par Cyril Drouet » 19 juil. 2017, 16:29 » dans Salon Ier Empire
    6 Réponses
    839 Vues
    Dernier message par O.Godeille
    15 janv. 2015, 11:10
  • Bonaparte, la campagne d'Egypte (1/2) - La conquête
    par L'ARCHEONAUTE » 12 avr. 2017, 09:14 » dans Napoléon à travers les Arts
    29 Réponses
    2071 Vues
    Dernier message par la remonte
    03 juil. 2017, 10:25
  • [ Napoléonothèque ] L'invention politique de l'événement - Bonaparte, l'Égypte
    par L'âne » 22 oct. 2017, 08:22 » dans Napoléonothèque
    0 Réponses
    63 Vues
    Dernier message par L'âne
    22 oct. 2017, 08:22
  • Campagne d'Egypte
    par La Retraite » 26 nov. 2018, 19:03 » dans Salon Ier Empire
    2 Réponses
    103 Vues
    Dernier message par La Retraite
    27 nov. 2018, 07:53
  • Egypte et Russie...
    par Peyrusse » 09 déc. 2017, 21:41 » dans Salon Ier Empire
    4 Réponses
    135 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    11 déc. 2017, 17:42