Un "Passage Waterloo" à Paris.

MONUMENTS NAPOLEONIENS a pour objet de mettre en avant le patrimoine napoléonien par et pour les internautes eux-mêmes.

Modérateur : Cyril

Bastet

Message par Bastet » 21 févr. 2017, 13:46

Un peu des Thénardier :lol: :


" Quelle que fût envers lui l'injustice opiniâtre de la destinée, le Thénardier était un des hommes qui comprenaient le mieux, avec le plus de profondeur et de la façon la plus moderne, cette chose qui est une vertu chez les peuples barbares et une marchandise chez les peuples civilisés, l'hospitalité. Du reste braconnier admirable et cité pour son coup de fusil. Il avait un certain rire froid et paisible qui était particulièrement dangereux.
Ses théories d'aubergiste jaillissaient quelquefois de lui par éclairs. Il avait des aphorismes professionnels qu'il insérait dans l'esprit de sa femme. — « Le devoir de l'aubergiste, lui disait-il un jour violemment et à voix basse, c'est de vendre au premier venu du fricot, du repos, de la lumière, du feu, des draps sales, de la bonne, des puces, du sourire ; d'arrêter les passants, de vider les petites bourses et d'alléger honnêtement les grosses, d'abriter avec respect les familles en route, de râper l'homme, de plumer la femme, d'éplucher l'enfant ; de coter la fenêtre ouverte, la fenêtre fermée, le coin de la cheminée, le fauteuil, la chaise, le tabouret, l'escabeau, le lit de plume, le matelas et la botte de paille ; de savoir de combien l'ombre use le miroir et de tarifer cela, et, par les cinq cent mille diables, de faire tout payer au voyageur, jusqu'aux mouches que son chien mange ! »
Cet homme et cette femme, c'était ruse et rage mariées ensemble, attelage hideux et terrible.
Pendant que le mari ruminait et combinait, la Thénardier, elle, ne pensait pas aux créanciers absents, n'avait souci d'hier ni de demain, et vivait avec emportement, toute dans la minute.
Tels étaient ces deux êtres."

"Au Sergent de Waterloo" serait un produit de l'imaginaire de Hugo lors d'une étape à Montfermeil au " Rendez-vous d'Austerlitz" . Celui-ci était situé place de la Halle, ruelle du Boulanger dans le roman, et Victor Hugo y a vraisemblablement passé la nuit."..... :roll:

:salut:

la remonte

Message par la remonte » 21 févr. 2017, 14:14

je vois bien dans cette impasse , loin du centre de Paris où tout n'est que lumière et réussite , un bastion d'estropiés et de gueules cassées . :)
( photo de 1906 )

Demi-solde

Message par Demi-solde » 21 févr. 2017, 14:36

Maria Kel a écrit :Donner le nom d'une défaite à une rue. Vous verrez la rue d'Azincourt dans une ville de France? :shock:
Il y a une rue d’Alésia dans le XIVème arrondissement parisien.

:salut:

Bastet

Message par Bastet » 21 févr. 2017, 14:37

et de misérable prostitution qui commence avec les enfants en âge d'aider leurs parents, il faut lire Histoire des maisons closes ces femmes dont le parcours se termine souvent dans des bouges encore plus infâmes que l'auberge des Thénardier, ou encore La place des bonnes : La domesticité féminine à Paris en 1900 pour comprendre ce que fut au XIX° siècle la misère des pauvres gens et pas seulement celle des estropiés et des gueules cassées :oops: assez loin de ce folklore :roll:

la remonte

Message par la remonte » 21 févr. 2017, 15:08

la peinture sombre et douloureuse des Courbet ou Daumier , comme les mots inimitables d'Hugo , va être le témoin de la vie des plus humbles .
il fallait que la misère soit grande dans les campagnes pour venir se réfugier dans telles ruelles .

Image

Bastet

Message par Bastet » 21 févr. 2017, 15:37

Oui

Saint Clair

Message par Saint Clair » 23 févr. 2017, 19:50

C'est bien beau, mais on n'a toujours pas notre Boulevard Napoléon 1er :furieux:

Maria Kel

Message par Maria Kel » 23 févr. 2017, 23:19

Allez savoir comment ils l'ont rappelé :roll:

A Toulouse, on avait une avenue Napoléon, elle a été rebaptisée Lafayette puis Jean Jaurès :cry:

Ce qu'il faudrait, c'est un plan de Paris en 1860 :)

Maria Kel

Quais napoléoniens

Message par Maria Kel » 23 févr. 2017, 23:32

J'y suis! Il y avait un Quai Napoléon sur l'île de la cité, donnant sur le pont d'Arcole et le Pont Louis Philippe, en face de l'Hôtel de ville. Aujourd'hui on l'appelle Quai aux fleurs. Vous trouverez en continue le Quai Desaix, qui est devenue le Quai de Corse :salut:

Voici le plan de 1860:

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/ ... u-1860.jpg

Saint Clair

Message par Saint Clair » 24 févr. 2017, 08:18

Pas facile à lire mais très intéressant

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Paris Napoléon(s) – Guide du Paris des Deux Empereurs
    par Eric LM » 29 oct. 2018, 14:12 » dans BIBLIOTHÈQUE EMPIRE - L'actualité du livre napoléonien
    0 Réponses
    455 Vues
    Dernier message par Eric LM
    29 oct. 2018, 14:12
  • Exposition à Paris Musée Carnavalet : Napoléon et Paris
    par fanacyr » 10 avr. 2015, 16:52 » dans L'actualité napoléonienne
    5 Réponses
    1356 Vues
    Dernier message par la remonte
    20 avr. 2015, 16:54
  • Bicentenaire du passage de l'Empereur à Niort
    par la lumiere » 27 avr. 2015, 22:50 » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    628 Vues
    Dernier message par la lumiere
    27 avr. 2015, 22:50
  • Une autre expo Waterloo... à Waterloo...
    par Citoyenne Sophie » 19 mai 2015, 13:28 » dans L'actualité napoléonienne
    4 Réponses
    1011 Vues
    Dernier message par Demi-solde
    31 mai 2015, 20:16
  • Paris
    par Saint Clair » 14 avr. 2016, 23:18 » dans Livres - Revues - Magazines
    3 Réponses
    1282 Vues
    Dernier message par L'ARCHEONAUTE
    17 avr. 2016, 08:47