Chez Mme de Lavalette...

MONUMENTS NAPOLEONIENS a pour objet de mettre en avant le patrimoine napoléonien par et pour les internautes eux-mêmes.

Modérateur : Cyril

Christophe

Chez Mme de Lavalette...

Message par Christophe »

[aligner]Photo 1. Au n°6 de la rue de la Tour-des-Dames, se trouve la dernière demeure de l'épouse du ministre des Postes de Napoléon. Elle y est morte le 18 juin 1857 (tiens, un autre dix-huit juin...). Photo 2. Juste à côté, se trouve ce bel hôtel particulier. Je n'ai pas réussi à sa voir si cette bâtisse est celle de l'infortunée Mme de Lavalette.
-----------------
[/aligner]
Image

Image

Engagé volontaire

Message par Engagé volontaire »

Merci Christophe pour ces belles photographies qui donnent une petite idée d’une rue qui fût une des plus élégantes de la capitale et qui garde encore beaucoup de charme.
Le passage qui débouche au n° 6 de la rue de la Tour-des-Dames permettait d’accéder aux jardins de l’hôtel Philibert qui subsiste encore au fond de la parcelle. Cet hôtel fut construit en 1753-1754 par le banquier Claude Philibert pour sa maîtresse. Il s’y installa d’ailleurs avec elle après l’avoir épousée en 1766. L’entrée principale de l’hôtel est toujours visible au n°19 de la rue de La Rochefoucauld. Plus récente, c’est un très bel exemple du second néo-classicisme. En 1820, Alexandre-Etienne-Guillaume Hersant-Destouches, gentilhomme honoraire de la Chambre du Roi, préfet de la Seine-et-Oise et propriétaire de l’hôtel, vend les jardins afin qu’ils soient lotis. C’est sur ses terrains que seront construits les hôtels qui l’on voit encore aujourd’hui.
[imgImage][/img]
Le terrain correspondant au n°4 de la rue de la Tour-des-Dames, fut acheté en 1820 par Jean-Joseph-Pierre-Augustin Lapeyrière, receveur général des finances de la Seine qui le revendit en 1822 (quatre fois plus cher) à Henri Clouet, receveur particulier des finances du IIe arrondissement. Il y fit bâtir l’hôtel que tu as photographié et le vendit en 1826 (10 fois plus cher) à Etienne-Armand-Napoléon de Cambacérès, neveu de l’ancien Consul et Archichancelier, et à Napoléonie-Adèle Davout d’Eckmühl, son épouse. Le couple eut d’ailleurs des ennuis financiers car il le revendit en 1838 à Jules Talabot et presque la totalité du montant de la vente fut directement versé à leur créancière, Madame de Cossé-Brissac, duchesse de Rivière.
Quant à l’hôtel situé au n°2, il fut construit en 1822 à l’initiative des propriétaires, les frères Henri et Théodore Vandevelde pour le prince Paul de Wurtemberg. Mais les travaux n’étaient pas terminée qu’il fut vendu à Claude Baillot, pair de France, qui le termina et y mourut en 1836. Sa veuve le revendit en 1838 à Pierre de Lestapis qui y mourut en 1870.
En 1822, l’hôtel Philibert est racheté par Madame veuve Constantin puis, en 1830, par Madame veuve Roch. C’est avec elle que les tuteurs de la pauvre Madame de Lavalette signèrent en 1847 un bail qui devait durer jusqu’à l’acquisition de l’hôtel par la fille de celle-ci, la baronne Juliette de Forget. C’est donc chez sa fille que l’héroïne de 1815 rendit le dernier soupir. Elle logeait au rez-de-chaussée, dans l’ancienne salle-à-manger de l’hôtel, qui existe toujours. En 1848, le prince Louis-Napoléon, cousin des Lavalette, logea à plusieurs reprises dans cet hôtel. Après avoir perdu ses deux fils, la baronne de Forget y mourut en 1886. Aujourd’hui propriété d’une société privée, l’ensemble des bâtiments parait en assez mauvais état et mériterait une restauration respectueuse de son riche passé !
:salut:
[imgImage][/img]
L'entrée de l'hôtel Philibert, n°19 rue de La Rochefoucauld
Modifié en dernier par Engagé volontaire le 01 juin 2015, 23:58, modifié 1 fois.

Christophe

Message par Christophe »

Merci pour toutes ces précisions.
--------
Par contre, quand tu écris: "Il y fit bâtir l’hôtel que tu as photographié et le vendit en 1826 (10 fois plus cher) à Etienne-Armand-Napoléon de Cambacérès, fils de l’ancien Consul et Archichancelier, "

Cambacérès ne s'est pas marié et n'avait pas d'enfants: il était homosexuel ! :lol:

N'est-ce pas plutôt un frère du fameux Cambacérès ? Ou un neveu ? :salut:

Patton

Message par Patton »

Monsieur, frère de Louis XIV l'était également. Et pourtant il a épousé la Palatine et a eu une descendance. On ne faisait pas forcément ce que l'on voulait à l'époque.

rigodon d'honneur

Message par rigodon d'honneur »

Christophe a écrit :N'est-ce pas plutôt un frère du fameux Cambacérès ? Ou un neveu ?
Étienne-Armand-Napoléon, comte de Cambacérès (1804-1878) est le fils du général Jean-Pierre-Hugues Cambacérès (1779-1826), lui-même frère de l'archichancelier Jean-Jacques Régis de Cambacérès, duc de Parme.
c'est donc bien le neveu.
:salut:

Engagé volontaire

Message par Engagé volontaire »

Oui, c'est vrai Cambacérès est resté célibataire! Merci pour ce rectificatif messieurs, je viens de corriger l'erreur!
:salut:

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • L'évasion du comte de Lavalette.
    par Joker » 06 oct. 2019, 19:15 » dans Salon Ier Empire
    1 Réponses
    317 Vues
    Dernier message par Général Colbert
    06 oct. 2019, 19:23
  • Mme de Staël
    par Maria Kel » 26 nov. 2017, 18:21 » dans Livres - Revues - Magazines
    37 Réponses
    6635 Vues
    Dernier message par vélite
    09 juil. 2011, 16:35
  • Bientôt chez Osenat
    par Saint Clair » 12 nov. 2017, 10:39 » dans L'actualité napoléonienne
    4 Réponses
    443 Vues
    Dernier message par Bastet
    12 nov. 2017, 16:42
  • Du côté de chez Talleyrand...
    par Christophe » 14 mars 2016, 22:26 » dans Monuments Napoléoniens
    9 Réponses
    1298 Vues
    Dernier message par la remonte
    02 mai 2016, 11:40