Les poisons de la Réaction ou l'empoisonnement des Aigles

Doit-on exhumer Napoléon aux fins d'analyses scientifiques ? Se trouve-t-il bien aux Invalides ? A-t-il été empoisonné ? En pleine vague napoléonienne, ces questions ressurgissent.
Mousquetaire

Les poisons de la Réaction ou l'empoisonnement des Aigles

Message par Mousquetaire » 17 déc. 2016, 23:41

Voici un extrait du livre de Franck Collard, Pouvoir et poison. Histoire d'un crime politique de l'Antiquité à nos jours, Paris, 2007, p. 260-261.
[Les histoires de poison liées à Napoléon et à son fils disparus respectivement en 1821 et 1832] se rattachent étroitement au clivage idéologique né de la Révolution, voire au mythe pluriséculaire des héros empoisonnés en raison de leur invincibilité sur le champ de bataille. On retrouve le schéma classique opposant la vertu des bons au vice des méchants, serviteurs de la tyrannie.
Des controverses enflammées opposent encore de nos jours les partisans de la thèse de l’empoisonnement de l’empereur relégué à Sainte-Hélène à ceux qui penchent pour une mort causée par une affection gastrique. Les considérations à venir ne sauraient trancher. L’article « Sainte-Hélène » du Dictionnaire Napoléon rejette la thèse du poison que défend de son côté le Canadien Ben Weider. L’important reste toutefois le discours tenu autour du décès de l’empereur. L’honnêteté commande de dire que la mythographie napoléonienne n’a pas fait une place bien grande aux conditions de la mort impériale, peut-être parce que la mort par empoisonnement n’est pas forcément glorieuse pour un combattant. L’essentiel pour les thuriféraires de Napoléon était d’en faire un martyr de la Réaction qui l’avait condamné à mourir d’ennui, voire de dépérissement, sous le climat impossible de l’île qui l’abritait – sorte de poison naturel – et de la privation de soin imposée par les autorités anglaises locales.
Assez tôt, cependant, des soupçons s’élevèrent sur la fin de l’Aigle. Des bruits circulèrent à Paris aux lendemains de la mort impériale tantôt attribuée à une fusillade, tantôt à une chute du haut d’un rocher ou à une rixe. Le rapport d’autopsie relança la thèse du poison car il indiquait que l’estomac avait été perforé. Des fidèles la validèrent après coup ; le général Lamarque note dans ses Mémoires : « On croyait généralement que l’empereur avait été empoisonné par le gouverneur, sir Hudson Lowe », et le médecin irlandais O’Meara, renvoyé de Sainte-Hélène par le gouverneur à cause de sa trop grande proximité avec le captif, avait déclaré publiquement dès décembre 1818 que s’il avait obéi aux ordres de Lowe, l’empereur ne serait plus en vie. Mais la volonté d’en finir une fois pour toutes avec l’empereur déchu animait depuis toujours les Bourbons, notamment le comte d’Artois, le futur Charles X. Au plus haut de sa puissance, Napoléon craignait déjà qu’on l’empoisonnât. Il aurait dit de Lowe dès sa première rencontre qu’il avait l’air d’un sbire sicilien dont il fallait se méfier. Il se plaignit du vin qu’on lui servait et l’analyse révéla la présence de litharge. Mais c’est la monarchie restaurée qui aurait usé des services du comte de Montholon – placé auprès de l’empereur – pour lui délivrer de l’arsenic à partir de 1816, non pour se venger d’une liaison de l’auguste captif avec son épouse (qui possédait les écrits de la marquise de Brinvilliers), mais afin de lever une hypothèque napoléonienne – même sans l’assentiment des Anglais (Montholon essaya de détourner l’attention sur Hudson Lowe, mais l’Angleterre craignait en réalité une reviviscence du bonapartisme en cas de disparition de l’Ogre) et après avoir éloigné tous les vrais fidèles de Napoléon. Les autorités françaises proclamèrent en tout cas que la mort de Napoléon était naturelle et Charles X reçut fort aimablement Hudson Lowe en 1825, alimentant un faible murmure qui visait cependant moins les Bourbons que les Anglais.

Maria Kel

Message par Maria Kel » 18 déc. 2016, 00:33

Un mythe!!! :shock:

Allons donc, beaucoup savent que Napoléon est mort empoisonné. Des études récentes a démontré qu'à Sainte Hélène, il avait ingurgité l'arsenic durant un assez long moment. Il a prit un mélange de calomel (médicament) et de sirop d'orgeat 2 jours avant sa mort. Ce mélange peut-être mortel dans certaines conditions.

Quand à l'Aiglon, avouez qu'il est bizarre que le fils de l'Empereur meurt subitement, à 20 ans. Quelque chose ne va pas :fou:

Reste à savoir qui a commis le crime contre Napoléon: Montholon par jalousie, les Anglais, les Bourbons? :?:

L'enquête continue... :salut:

Mousquetaire

Message par Mousquetaire » 18 déc. 2016, 10:30

Maria Kel a écrit :Un mythe!!! :shock:
Vous avez mal lu le texte. La seule mention que Franck Collard fait du mythe, c'est quand il écrit que les empoisonnements de Napoléon et de son fils se rattachent "au mythe pluriséculaire des héros empoisonnés en raison de leur invincibilité sur le champ de bataille", ce qui ne veut pas dire que Franck Collard considère qu'il s'agit d'un mythe. Pour sa part, il indique que les considérations qu'il va écrire "ne sauraient trancher".
Il s'agit d'un extrait d'un livre qui étudie comme son titre l'indique les rapports troubles entre "pouvoir et poison" depuis l'Antiquité et un long passage est consacré à l'empoisonnement (incontestablement mythique, celui-là) d'Alexandre le Grand. Ce livre étudie également aux divers époques de nombreux cas d'empoisonnement où il est souvent impossible de dire s'ils sont réels ou imaginaires.
Maria Kel a écrit :Allons donc, beaucoup savent que Napoléon est mort empoisonné.
Frank Collard mentionne les deux thèses, sans s'estimer en mesure de trancher. Il n'est pas spécialiste de la période napoléonienne et n'a donc pas mené de recherches personnelles sur les circonstances de la mort de Napoléon. L'intérêt de son texte est toutefois de replacer la question de l'empoisonnement de Napoléon dans une perspective plus générale.
Maria Kel a écrit :Des études récentes a démontré qu'à Sainte Hélène, il avait ingurgité l'arsenic durant un assez long moment.
Les études ont mis en lumière la présence d'arsenic dans les cheveux de Napoléon. Elles ne permettent toutefois pas de démontrer avec certitude que Napoléon a été empoisonné volontairement à l'arsenic.
Maria Kel a écrit :Il a prit un mélange de calomel (médicament) et de sirop d'orgeat 2 jours avant sa mort. Ce mélange peut-être mortel dans certaines conditions.
Les traitements proposés par le médecin de Louis XIV au moment de son décès ont été au mieux inefficaces, au pire ils ont aggravé les choses, augmenté ses souffrances et précipité son décès. Il n'y avait toutefois pas d'intentions assassines dans ces "soins". De la même façon, quand on a saigné le duc de Berry après qu'il avait été poignardé par Louvel, cela n'a certainement pas arrangé les choses, mais les médecins qui ont prescrit ce traitement inadapté n'étaient pas des complices de Louvel. Il ne faut pas confondre empoisonnement volontaire et erreur médicale.
Maria Kel a écrit :Quand à l'Aiglon, avouez qu'il est bizarre que le fils de l'Empereur meurt subitement, à 20 ans. Quelque chose ne va pas :fou:

Et qui serait le commanditaire de ce crime ? Son grand-père ? Louis-Philippe ?
Mourir à 20 ans en 2016 paraît choquant et anormal. En 1832, ce n'est pas aussi anormal. Il faut savoir qu'au 18e siècle encore, un enfant sur deux n'atteignait pas 20 ans et 1 sur 4 mourrait avant un an et ce, même dans les classes sociales les plus élevées de la société.
Dans les dernières années du règne de Louis XIV, c'est une véritable hécatombe qui frappe sa descendance. Son fils, le grand dauphin décède en 1711, son petit-fils en 1712 ainsi qu'un de ses arrière-petits-fils, âgé d'à peine 5 ans. Des rumeurs d'empoisonnement ont circulé à l'époque, accusant Philippe d'Orléans qui deviendra régent, mais pas roi de France, un des arrière-petits-enfants de Louis XIV ayant survécu et étant devenu Louis XV.
Maria Kel a écrit :Reste à savoir qui a commis le crime contre Napoléon: Montholon par jalousie, les Anglais, les Bourbons? :?:

Avant de chercher des coupables, il faut établir qu'il y a eu crime.
Maria Kel a écrit :L'enquête continue...
Le problème est qu'il n'y a jamais eu de juge d'instruction dans cette enquête pour instruire à charge et à décharge, mais seulement des parties dont l'une soutient qu'il y a eu empoisonnement et l'autre qu'il n'y en a pas eu. :(

ClaudeM

Message par ClaudeM » 18 déc. 2016, 12:50

Maria Kel a écrit :/Allons donc, beaucoup savent que Napoléon est mort empoisonné.
C'est ce qu'on peut appeler une déclaration à l'emporte pièce, qui ressemble un peu à une charge de cavalerie avec des sabres en bois :)
Il eut peut-être été préférable, pour la rationalité, de dire que "certains pensent"... car pour savoir, il faut avoir des preuves. Et l'arsenic dans les cheveux est loin d'en être une, car, cela a été dit maintes fois, on a trouvé de l'arsenic dans les cheveux de Napoléon enfant.
:salut:

Mousquetaire

Message par Mousquetaire » 18 déc. 2016, 13:24

ClaudeM a écrit :on a trouvé de l'arsenic dans les cheveux de Napoléon enfant.
L'explication est simple. Depuis sa plus tendre enfance, Napoléon a consommé régulièrement de l'arsenic afin de se mithridatiser. Pourquoi donc personne ne l'a-t-il compris jusqu'à ce jour ? :beurk:

Joker

Message par Joker » 18 déc. 2016, 19:08

La thèse de l'empoisonnement avait été soutenue en son temps par Ben Weider avant d'être relayée par René Maury et François Candé de Montholon, le propre descendant du comte que tous deux présentaient comme le coupable potentiel dans leur ouvrage "L'Enigme Napoléon résolue".
Certes, les preuves étaient relativement minces tout comme le mobile : la jalousie.
Il est vrai que les analyses ultérieures des mèches de cheveux n'ont pas permis de démontrer avec certitude qu'il s'agissait bien d'un empoisonnement volontaire.
On en reste donc réduit au domaine des hypothèses...

En ce qui concerne l'Aiglon, rappelons qu'il était de santé délicate et qu'il souffrait d'une faiblesse chronique des bronches.
Il aurait succombé à un refroidissement après avoir passé un long moment en revue son régiment par une froide et pluvieuse matinée.
Les décès consécutifs à de simples refroidissements n'étaient pas rares à l'époque.
Il suffit pour cela de se remémorer celui de l'Impératrice Joséphine en 1814.

Maria Kel

Message par Maria Kel » 18 déc. 2016, 20:29

Avouer que ces deux décès sont étranges. :shock:

Joséphine meurt avant d'avoir reçu la pension qui lui était promise (si je ne trompe pas).

Quand à l'Aiglon, il décède au moment où il peut prendre la succession de son père, hantise de toute l'Europe.

Vous dites qu'il a des problèmes chroniques aux bronches, parlez-vous d'asthme? Je suis asthmatique et le fait de marché deux heures dans le rues de Toulouse, en plein hiver et quand il pleut, cela ne m'a pas donné de crise d'asthme, par contre, côtoyer quelqu'un de malade peut me donner des bronchites... Serait-il mort d'une bronchite, ne savait-on soigner cette maladie, à l'époque :?:

Quand aux allégations de Mousquetaire, je voit mal Madame mère, en 1770, donner une cuillerée d'arsenic à son fils avant de le mettre au lit... :mrd: De toute façon, nul ne connaissait encore sa destinée et personne ne voulait encore le tuer :!:

ClaudeM

Message par ClaudeM » 18 déc. 2016, 20:44

Maria Kel a écrit : Quand aux allégations de Mousquetaire, je voit mal Madame mère, en 1770, donner une cuillerée d'arsenic à son fils avant de le mettre au lit... :mrd: De toute façon, nul ne connaissait encore sa destinée et personne ne voulait encore le tuer :!:
Sans vouloir répondre à sa place, je pense, pour ma part, que les "allégations" de Mousquetaire ne sont que plaisanteries. :lol:
Par contre, la "cuillerée" risque de faire déborder le vase... :lol:
Ca n'est pas ça l'important, l'important c'est qu'on ne peut tirer aucune conclusion significative concernant l'arsenic dans les cheveux de Napoléon, puisqu'il en avait déjà enfant (justement à une époque, comme vous le soulignez, ou personne ne songeait à le tuer).
:salut:

Mousquetaire

Message par Mousquetaire » 18 déc. 2016, 20:56

Maria Kel a écrit :Serait-il mort d'une bronchite, ne savait-on soigner cette maladie, à l'époque :?:
Evidemment que non, on ne savait pas soigner les bronchites et encore moins la tuberculose. On ne savait d'ailleurs pas ce qu'était une bronchite. Louis Pasteur avait dix ans au moment de la mort de l'Aiglon. La révolution pastorienne n'était donc pas encore à l'ordre du jour. Le brevet de l'aspirine ne sera déposé qu'en 1899. Les sulfamides ne seront découverts qu'en 1935 et ce n'est qu'après la Seconde Guerre mondiale que les antibiotiques seront commercialisés. L'Aiglon ne souffrait pas simplement d'asthme mais de tuberculose, comme le poète John Keats qui meurt en 1821 à 26 ans, malgré un voyage en Italie pour se soigner, voyage que l'Aiglon ne pourra pas effectuer dans la crainte d'un soulèvement en Italie.
Maria Kel a écrit :De toute façon, nul ne connaissait encore sa destinée et personne ne voulait encore le tuer :!:
Comment ça, personne ne savait ? A la naissance de Jean-Paul II, tout le monde avait deviné qu'il allait devenir pape (et je vous jure que c'est vrai car je l'ai lu dans une BD), alors pour Napoléon, comment sa mère n'aurait-elle pas su ?

Maria Kel

Message par Maria Kel » 18 déc. 2016, 21:00

ClaudeM a écrit :
Maria Kel a écrit : Quand aux allégations de Mousquetaire, je voit mal Madame mère, en 1770, donner une cuillerée d'arsenic à son fils avant de le mettre au lit... :mrd: De toute façon, nul ne connaissait encore sa destinée et personne ne voulait encore le tuer :!:
Sans vouloir répondre à sa place, je pense, pour ma part, que les "allégations" de Mousquetaire ne sont que plaisanteries. :lol:
Par contre, la "cuillerée" risque de faire déborder le vase... :lol:
Ca n'est pas ça l'important, l'important c'est qu'on ne peut tirer aucune conclusion significative concernant l'arsenic dans les cheveux de Napoléon, puisqu'il en avait déjà enfant (justement à une époque, comme vous le soulignez, ou personne ne songeait à le tuer).
:salut:

C'est pour cela que nous nous posons des questions et que nous en débattons. :lol:

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • L’obsession de l'empoisonnement
    par Cyril Drouet » 30 août 2018, 08:44 » dans Salon Ier Empire
    27 Réponses
    555 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    22 sept. 2018, 15:00
  • Aigles de chabraque
    par L'âne » 05 janv. 2019, 09:10 » dans Bivouac des reconstitueurs & militaria
    3 Réponses
    660 Vues
    Dernier message par L'âne
    05 janv. 2019, 13:14
  • Aigles étendard
    par ARDIF75 » 24 sept. 2018, 16:02 » dans Espace visiteurs
    2 Réponses
    253 Vues
    Dernier message par Général Colbert
    25 sept. 2018, 12:00
  • Les Aigles en ligne
    par Patrice kedzia » 29 sept. 2014, 18:13 » dans La passion du wargame
    1 Réponses
    1065 Vues
    Dernier message par boniface de la baffe
    04 oct. 2014, 13:30
  • L'AGONIE DES AIGLES .
    par LeBarde » 10 juil. 2015, 19:16 » dans Napoléon à travers les Arts
    6 Réponses
    1597 Vues
    Dernier message par LeBarde
    15 juil. 2015, 19:34