je n'y comprends rien à la substitution !!!!

Doit-on exhumer Napoléon aux fins d'analyses scientifiques ? Se trouve-t-il bien aux Invalides ? A-t-il été empoisonné ? En pleine vague napoléonienne, ces questions ressurgissent.
LeBarde

RE-derniére nouvelle!

Message par LeBarde » 25 janv. 2017, 18:48

Eh les" pieds Nickelés" :( j'ai une nouvelle pour vous.NAPOLEON est mort.Qu'il soit là ou pas,on s'en moque.C'EST L'ENDROIT DU CULTE.Déja que pratiquement personne ne s'y intéresse,on démonte tout,on plie les gaules et on va aux champignons.Point barre.
"La vérité historique s'arréte là ou commence le merveilleux"
Vive LUI.

Mousquetaire

Message par Mousquetaire » 25 janv. 2017, 20:59

LeBarde a écrit :Eh les" pieds Nickelés" :( j'ai une nouvelle pour vous.NAPOLEON est mort.
Tiens, d'habitude, quand je dis la même chose, j'ai l'impression que ça fâche les gens.
LeBarde a écrit :Qu'il soit là ou pas,on s'en moque.
Je suis plutôt d'accord avec vous. Mais apparemment, tout le monde ne partage pas cette opinion. Il y en a même qui estiment que la découverte du fait qu'il n'est pas là aurait des conséquences diplomatiques de grande ampleur.
LeBarde a écrit :C'EST L'ENDROIT DU CULTE.
Là, par contre, j'ai plus de mal à être d'accord avec vous. Mais c'est peut-être parce que je ne suis pas un membre de votre religion.
LeBarde a écrit :Déja que pratiquement personne ne s'y intéresse,on démonte tout,on plie les gaules et on va aux champignons.Point barre.
Pour les champignons, c'est sans doute un peu tard. La saison est terminée depuis quelques mois.
LeBarde a écrit :"La vérité historique s'arrête là où commence le merveilleux"
Curieuse assertion. Le merveilleux est un objet d'histoire comme les autres.
LeBarde a écrit :Vive LUI.
Encore plus curieux. Vous venez de dire qu'il était mort et maintenant vous dites "Vive lui". Quel sens cela a-t-il de dire : "vive quelqu'un qui est mort" ?

LeBarde

Et oui!

Message par LeBarde » 26 janv. 2017, 09:25

"Vive LUI" .Décidement vous ne comprenez rien à rien..L'endroit du Culte,bien sur;ou voulez vous aller ailleurs qu'aux Invalides, à "Bananarive" ? Vous,vous m'en faites une sacrée "banane"!
Vive "LUI".

d'hautpoul

Message par d'hautpoul » 26 janv. 2017, 10:44

Eh les" pieds Nickelés" :( j'ai une nouvelle pour vous
Le professeur Tulard aussi . On s'aperçoit que les pieds Nickelés sont plus nombreux que la moyenne. Il y a même Croquignol qui lui a téléphoné :lol:



Jean Tulard de l'Institut, Détective de l'histoire, Entretiens avec Yves Bruley.
Chapitre : De l'obsolescence des livres d'histoire

"L'oubli dans lequel tombe une étude historique peut tenir à ses propres défauts : absence ou insuffisance du travail de recherche, recours à des sources de seconde main, écritures ou thèmes trop liés à la mode, défaut de méthode, erreurs grossières.


Il existe des facteurs plus complexes : hypothèses de travail déjà dépassées au moment de la rédaction, volonté polémique ou idéologique qui conduit à des conclusions partisanes que le temps périme. Une oeuvre trop engagée, donc trop incrustée dans le moment, est moins assurée de durer qu'un ouvrage neutre. Surtout si les événements politiques qui ont suivi ont donné tort à cet engagement? Mentionnons aussi des thèses qui simplifient abusivement les problèmes ou les interprètent sans la moindre nuance.

La mort d'un auteur est souvent fatale à son oeuvre. La position sociale de certains historiens assure à leurs ouvrages une considération qui s'évanouit avec leur disparition. Citer certains noms serait particulièrement cruel. Le livre meurt avec l'extinction de la notoriété d'un écrivain, surtout quand cette notoriété en était le principal soutien.

Condamné aussi, l'ouvrage qui suit la mode : encensé dans l'immédiat, il est rapidement oublié, une mode chassant l'autre. Finit par lasser l'histoire répétitive (la centième biographie d'un personnage connu et qui n'apporte aucun élément nouveau). Condamné, un type d'auteur à la G.Lenôtre, dont on disait : "Il prend du mien, il prend du vôtre et il signe Lenôtre." Enfin l'ouvrage à destination du grand public pourra connaître un temps les forts tirages, mais la chute est ensuite rapide. Trop imbriqué dans l'actualité, un livre passe avec elle."

Chapitre : Défense et illustration du détectivisme historique :

"Le téléphone sonne. Au bout du fil, un homme, un inconnu. Il veut parler à Jean Tulard.
- C'est moi-même, de quoi s'agit-il ?
L'homme explique son absolu certitude que Napoléon est enterré à Westminster et non aux Invalides, qu'enfin le grand historien doit user de son autorité pour demander l'ouverture du tombeau.
- Je ne sais pas si vous avez raison, mais une chose est sûre : en aurais-je le pouvoir, jamais je ne ferai ouvrir le tombeau de Napoléon.
L'importun s'étonne.

- Sachez, Monsieur, qu'il y a un siècle l'historien Gabriel Hanotaux , qui fût ministre, fit ouvrir le tombeau de Richelieu auquel il avait consacré sept volumes. Une fois le tombeau ouvert, le cardinal apparaît comme sur le tableau de Philippe de Champaigne. Hanotaux se penche vers lui, mais après quelques secondes, le visage se décompose irrémédiablement. C'était sûrement à cause de l'irruption de l'air, mais les mauvaises langues ont dit que c'était l'horreur d'avoir vu son historien face à face. A aucun prix je ne voudrais connaître pareille mésaventure.


:salut:

barthelemy

Message par barthelemy » 26 janv. 2017, 23:20

"- Sachez, Monsieur, qu'il y a un siècle l'historien Gabriel Hanotaux , qui fût ministre, fit ouvrir le tombeau de Richelieu auquel il avait consacré sept volumes. Une fois le tombeau ouvert, le cardinal apparaît comme sur le tableau de Philippe de Champaigne. Hanotaux se penche vers lui, mais après quelques secondes, le visage se décompose irrémédiablement. C'était sûrement à cause de l'irruption de l'air, mais les mauvaises langues ont dit que c'était l'horreur d'avoir vu son historien face à face. A aucun prix je ne voudrais connaître pareille mésaventure"

==> il est bien évident que nous ne sommes plus à l'époque d'Hanotaux... si nous devions ouvrir le tombeau de l'Empereur, nous prendrions toutes les mesures adéquates de préservation du corps que la technologie et la médecine actuelles nous permettent !

Mais qui est donc ce Croquignol qui téléphone à Tulard ?

:salut:

barthelemy

Message par barthelemy » 29 janv. 2017, 11:43

Bruno Roy-Henry a écrit :Peut-être Pierre Bar lui-même ? :salut:
il en serait bien capable le bougre !!

tout est bon pour faire taire toute opinion contraire à la doxa officielle

:fou:

le sabreur

Message par le sabreur » 23 mars 2017, 21:41

Pour comprendre les principaux éléments autour de la substitution je conseille la lecture de l'article de Jacques Macé dans la Revue du Souvenir Napoléonien n°445.
Ça date un peu (2003), mais tout un chacun y trouvera des éléments de réflexion essentiels, exposés de façon claire et succincte.
:salut:

Maria Kel

Message par Maria Kel » 23 mars 2017, 21:56

Vendu en ligne?

le sabreur

Message par le sabreur » 23 mars 2017, 22:09

Oui:
https://www.napoleon-souvenirs.com/fr/m ... -n445.html

Mais je viens de voir que l'article pouvait aussi être lu directement sur le site de la Fondation Napoléon:
https://www.napoleon.org/histoire-des-2 ... les/39624/

barthelemy

Message par barthelemy » 24 mars 2017, 00:05

Merci à Sabreur, ainsi qu'à BRH pour sa réponse :salut:

L'article de Jacques Macé de 2003 est en effet parfaitement accessible gratuitement : ce qui ferait (presque) sourire (jaune) c'est à la fin , lorsqu'il évoque des "sentiments malsains"... :shock:

Je cite cet article dans le texte accompagnant ma pétition.... Texte actuellement à la relecture pour corrigé des éventuelles fautes d'orthographes ou de syntaxes ! :salut:

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • La substitution, où en sommes-nous ?
    par Joker » 09 juil. 2015, 19:20 » dans Napoléon post-mortem
    144 Réponses
    35678 Vues
    Dernier message par Patton
    01 mars 2016, 08:45
  • Substitution : documents essentiels (décorations)
    par L'âne » 19 mars 2018, 01:05 » dans Salon Ier Empire
    48 Réponses
    1322 Vues
    Dernier message par Demi-solde
    04 avr. 2018, 22:00