Témoignage du plombier Millington

Doit-on exhumer Napoléon aux fins d'analyses scientifiques ? Se trouve-t-il bien aux Invalides ? A-t-il été empoisonné ? En pleine vague napoléonienne, ces questions ressurgissent.
Duc de Reichstadt

Message par Duc de Reichstadt »

:salut: CC "Ce n'est pas bien de s'adresser ainsi en disant à quelqu'un qu'il n'y connaît rien! " :lol: Vous avez raison j'aurais du dire une parfaite menteuse débarquée dont ne sait ou et qui, à la première intervention, vous traite avec ce petit ton méprisant pensant ainsi m'impressionner? :razz:
C'est raté! :arrow:
Vous voyez, j'étais en dessous de la réalité.
Je me marre, si, si !!! :)
:salut:

Joker

Message par Joker »

Il vaut mieux être sur le radeau que de sombrer avec le navire, à moins d'aimer comme vous nager en eaux troubles ! :diablotin:
Puisque vous semblez douter de ce que l'on vous dit, voici un extrait du jugement du Tribunal Correctionnel de Rouen daté du 25 février 2004 (559/04) :

"L'objet de la discussion entre les deux parties portent (sic) sur la présence ou non, du corps de Napoléon, dans le CENOTAPHE situé aux Invalides (...)"

C.C.

Message par C.C. »

Hum... bizarre preuve quand même, Joker. :)

Je sais! On part de la certitude que celui qui a rédigé ces lignes connaît la signification du mot "cénotaphe" - ce qui n'est en fait pas certain du tout.
Mais on pourrait se dire que dans le même ordre d'idée et suivant la même logique, que celui qui a rédigé ce papier si important connaît également la grammaire française.
Et pourtant...

Non, Joker, il faut également rester sérieux!

Joker

Message par Joker »

Doit-on selon vous alors conclure que ce greffier était un analphabète doublé d'un inculte ? :shock:
Passe pour la faute d'orthographe (même si elle m'a fait bondir !) que l'on peut mettre sur le compte de la distraction, mais peut-on imaginer que l'auteur de ces lignes puisse ignorer le sens des mots qu'il rédige ?
Si tel est le cas, le Tribunal de Rouen a intérêt à réviser d'urgence ses procédures de sélection lors de l'attribution des postes à responsabilités... :fou:

Je constate que votre vocabulaire progresse : de "farfelu", je suis maintenant devenu "fourbe". :lol:

Albertuk

Message par Albertuk »

Bonjour

Pour revenir au sujet du témoignage de Millington, il est intéressant de voir qu'il existait une version en 1831 déjà. Quelqu'un peut-il donner les références exactes de cet article (publication)? Mais ceci doit nous pousser à croire qu'il y a eu des publications de ce témoignage à des dates bien antérieures à 1840, voire antérieures à 1831.

Alors qu'en est-il? Il est difficile de se faire une opinion précise ou de démontrer une vérité. Pour ma part, j'aurais tendance à croire les hypothèses suivantes:

- Millington aurait rédigé une note de son service à Longwood; peut-être que Darling le lui avait suggéré compte tenu de la manie d'Hudson Lowe de réclamer des rapports de toute personne approchant Longwood... Mais, avec le décès de Napoléon, la pression gouvernementale retomba et le rapport Millington ne fut point utilisé; son auteur le garda donc avec ses papiers "au cas où" on le lui réclamerait un jour

- avec le temps et l'apparition de tas d'articles et livres sur Napoléon dans les années 1820, Millington aurait vanté qu'il avait lui-même soudé Napoléon dans son cercueil, et exhiba son rapport à un éditeur: ce rapport circula d'une publication à une autre (comme on a pu le constater avec 2 publications autour de 1838-1840 déjà); or le rapport originel de Millington ne parlait que de trois cercueils... évidemment car le quatrièmee, en acajou, ne parvint que le lendemain, bien après que Millington ait quitté Longwood et certainement sans qu'il en ait eu connaissance (même le PV officiel français datant du jour de la prestation Millington parlait de trois cercueils, ainsi que le rapport Darroch comme on le sait)

- après publication, Millington se serait fait sans doute raconter qu'il y avait en fait un quatrième cercueil et aurait modifié lui-même son rapport aux canards ultérieurs, ou alors les publications ultérieures se seraient rendues compte de cette coquille et auraient modifié l'article Millington elle-mêmes; donc avant l'expédition des Cendres, on trouve donc des articles Millington à quatre cercueils; pour moi, le débat du nombre des cercueils est une chose close depuis longtemps: la confusion serait née de l'arrivée tardive du 4ème cercueil, et la confusion régna déjà en 1821 (PV français, Darroch, rappport Lowe, etc); mais l'erreur fut rectifiée bien avant 1840 et c'est ce qui compte pour démontrer, dans le fonds, qu'il n'y a point eu falsification des faits (nombre des cercueils) par les témoins de l'expédition des Cendres; ceux-ci ont parlé de 4 cercueils car il y en avait bien 4

- concernant la question de texte anglais peu clair entre subsequent to placing et previously to placing, là je dois croire que le sieur Millington n'était pas un artiste de la plume et son rapport de 1821 n'était pas un modèle du genre; simplement le bonhomme voulait dire que, avant de placer Napoléon dans son cercueil (sous-entendu final, donc celui en bois acajou), il avait procédé à la soudure du couvercle du cercueil de fer blanc. Ce détail est pour préciser aue la soudure avait été faite avant que l'on ne dépose la caisse de fer-blanc renfermant Napoléon dans le cercueil final en bois exotique. Cette façon d'expliquer, quoique confuse pour nous qui voyons tant de cercueils, était limpide dans l'esprit de Millington car il voyait trois éléments lors de sa visite à Longwood: la caisse de fer-blanc faite pour préserver la dépouille de Napoléon et tous ses souvenirs mis dans cette caisse, le seul cerceuil ornemental en bois d'acajou (disons donc "le" cercueil, comme en parle Millington), et enfin la caisse de plomb comme protection enveloppant celui-ci. C'est tout. Loin de Millington de savoir qu'une 4ème caisse allait arriver le lendemain.

- qui a modifié le témoignage Millington? peut-être lui-même... après s'être rendu compte que des lecteurs n'avaient pas bien compris ses explications et que des rapports ultérieurs ont mentionné un 4ème cercueil dont Millington n'avait pas été au courant; ou, plus simplement, des éditeurs auraient modifié ce texte pour le rendre plus compréhensible aux lecteurs

Tout ceci ne change guère le fait qu'il y avait bien eu 4 cercueils en 1821 et que la confusion vint de l'arrivée tardive du 4ème cercueil. Rappelons que l'on avait douté pouvoir procurer un tel cercueil et que, contre toute attente, on trouva finalement que la table en acajou d'un officier anglais pourrait faire l'affaire.

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Campagne de Russie : témoignage de Davydov
    par Joker » 03 déc. 2019, 20:26 » dans Salon Ier Empire
    3 Réponses
    448 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    08 déc. 2019, 09:29
  • Le plus mauvais témoignage sur l'Empire....
    par Christophe » 29 juin 2016, 20:25 » dans Livres - Revues - Magazines
    16 Réponses
    2288 Vues
    Dernier message par Christophe
    21 août 2016, 19:02
  • Une conférence concernant un témoignage inédit...
    par Peyrusse » 17 sept. 2017, 19:57 » dans L'actualité napoléonienne
    1 Réponses
    190 Vues
    Dernier message par Royal Scot's Guard
    18 sept. 2017, 09:40
  • Janvier 1815. Témoignage de Vincent, sellier de l'Empereur.
    par Christophe » 15 févr. 2017, 20:10 » dans Salon Ier Empire
    53 Réponses
    3781 Vues
    Dernier message par Christophe
    31 mars 2017, 14:38