Bonaparte, la campagne d'Egypte (1/2) - La conquête

Théâtre, cinéma, télévision, radio, internet, littérature, bande dessinée, peinture, sculpture, figurines, musique, etc...

Modérateur : Cyril

Joker

Message par Joker » 25 avr. 2017, 19:01

Si ma mémoire est bonne, il me semble avoir entendu dire lors de cette émission que moins de 10.000 au total étaient revenus au pays.
Il y eut aussi quelques dizaines de scientifiques qui laissèrent la vie dans cette expédition, que ce soit par maladie, lors de combats ou assassinés.

lagrogne

campagne d'Egypte

Message par lagrogne » 25 avr. 2017, 19:21

La revue d'histoire militaire Samothrace , parue en 1993 ,a consacré ses trois premiers numeros à la campagne d'Egypte . Il est dit ,sous la plume de Jacques Vernet , qu'un tiers des effectifs embarqués à Toulon ont péri au cours de la campagne , 47% au combat et 57% par maladie et peste . Aprés quelques numéros la revue a mis la clef sous la porte

la remonte

Message par la remonte » 26 avr. 2017, 09:13

merci :salut:
quelle consommation d'hommes toutes ces expéditions ! que ce soit St Domingue ( 20 000 hommes de l'armée du Rhin ) ou plus tard le Mexique et la Crimée , c'est toujours effrayant . :roll:
Modifié en dernier par la remonte le 26 avr. 2017, 09:40, modifié 1 fois.

la remonte

Message par la remonte » 26 avr. 2017, 09:39

Image

comment ne pas tomber malade ?

Image
sans parler du choc des cultures ...

Image

la remonte

Message par la remonte » 27 avr. 2017, 09:36

Image

En Égypte, Bonaparte forma d’autres amours. Il se délassa d’abord avec quelques femmes de beys et de mameloucks ; mais ne trouvant avec ces belles Géorgiennes ni réciprocité ni aucun charme de société, il en sentit tout le vide, et regretta plus que jamais, et les lascives Italiennes, et les aimables Françaises. On n’en citait que deux dans l’armée qui eussent pu mériter les soins et les hommages du général en chef. L’une était la femme du général Verd***, qui avait suivi son mari habillée en aide-de-camp ; mais, éprise du général Kléber, elle passait pour être sa maîtresse. L’autre s’appelait madame F*** ; c’était la femme d’un capitaine au 20e régiment de cavalerie, d’autres disent d’un officier d’artillerie, variante qu’on peut expliquer, cet officier ayant passé, je crois, d’une arme à une autre. Quoi qu’il en soit, madame F*** était une petite femme d’une vingtaine d’années, gentille, rondelette, spirituelle ; elle n’était pas dépourvue d’une certaine éducation ni d’amabilité, quoiqu’elle eût été d’abord couturière. Très-attachée à son mari, elle avait bravé les dangers et toutes les privations pour le suivre à la faveur d’un déguisement dans une expédition lointaine et périlleuse. Aussi le mari et la femme étaient-ils cités comme offrant le modèle de la plus tendre union. Leur destinée semblait être de jouir long-temps du bonheur le plus doux, le bonheur domestique. Il en fut autrement. Par l’effet d’une imprudence cette heureuse union vint se briser devant l’écueil le plus redoutable. À la suite d’une revue générale des troupes que passa le général en chef avec le plus grand appareil militaire, on lança sur la place El-Békir un aérostat qui étonna beaucoup les Égyptiens. La journée se termina par une fête, un grand feu d’artifice, et un bal au Tivoli français d’Égypte. Soit que pour l’ornement du bal, ou pour tout autre motif, on se fût proposé d’y attirer avec les femmes des principaux négocians français du Caire, celles qui avaient suivi l’armée, et qu’on jugeait présentables, le fait est que le capitaine F*** fit l’imprudence de conduire sa jeune femme au bal de Tivoli. Le général en chef la remarqua beaucoup, et il s’en fit lui-même remarquer en ne cessant pas de jeter les yeux sur elle, et en lui faisant même quelques-unes de ces prévenances qui d’ordinaire séduisent et captivent les femmes quand elles partent d’un personnage éminent.
Modifié en dernier par la remonte le 27 avr. 2017, 10:03, modifié 1 fois.

la remonte

Message par la remonte » 27 avr. 2017, 09:44

après la révolte du Caire ... " La rareté des femmes françaises faisait rechercher bien davantage le petit nombre qui avait suivi l’armée ; le besoin d’une compagne avec laquelle on pût s’entendre, prêtait des charmes à la moins jolie ; c’est ainsi que des vivandières, des femmes de soldats, furent érigées en maîtresses de plusieurs officiers supérieurs : d’autres s’attachaient à des femmes abandonnées des mameloucks, telles que des Géorgiennes et des Circassiennes ; quelques-unes étaient belles, mais d’un embonpoint qui contrastait trop avec la taille élégante et svelte de nos Françaises. Les femmes des mameloucks fugitifs était à notre disposition à un prix très-modéré ; mais, à vrai dire, ce n’étaient que de belles statues avec des formes peu gracieuses et peu séduisantes. Elles ne faisaient point l’ornement de nos fêtes, et n’auraient pu dans aucun cas suppléer au charme et à l’amabilité de nos Françaises sorties des rangs de la société "
textes tirés des écrits de Niello Sargy ; officier français attaché à l’état-major général lors de la campagne d’Égypte conduite par Bonaparte (1798-1801) ; il mourut lors de l’expédition de Saint-Domingue .

Moundir Pacha

Message par Moundir Pacha » 27 avr. 2017, 19:42

Joker a écrit :Cet épisode est narré par un soldat à deux archéologues faisant partie de l'expédition.
Il leur raconte l'exécution sanglante et leur confie son dégoût d'avoir dû y participer, insistant sur le fait que les prisonniers s'étaient rendus sur la promesse d'avoir la vie sauve.
Selon moi, le documentaire s'est inutilement attardé sur cette sale affaire... C'est pourquoi, au bout du troisième sanglot, j'en ai profité pour aller pisser plutôt que de chialer devant ma télé (trop bu de jus d'orange auparavant à n'en point douter :tourne: ).

En revanche, "walou" sur les exploits du capitaine François et des célèbres dromadaires du "Patron" : c'est bien "c..." (mais ça n'est que mon opinion :tourne: )

Aleikoum salam ! :salut: :Vive-L-Empereur2

barthelemy

Message par barthelemy » 30 avr. 2017, 22:15

Merci La Remonte pour ces commentaires et intéressantes illustrations :bravo:

Cela m'a fait penser au fameux tableau de Maurice Orange "Bonaparte visitant un marché d'esclaves au Caire" :)

Image

Maria Kel

Message par Maria Kel » 06 mai 2017, 17:05

Superbes images :razz:

la remonte

Message par la remonte » 03 juil. 2017, 10:25

début juillet 1798 , le corps expéditionnaire débarque à Alexandrie . en ce moment il fait 42° :roll:
pour une expédition préparée scientifiquement , il est curieux qu'on n' ait pas choisi une saison moins éprouvante ?
peut être pour éviter les tempêtes en mer ? toujours est -il que pas plus pour la Russie avec des vêtements chauds , il n'a été prévu un équipement ad hoc pour des contrées aussi arides :roll:
quels hommes tout de même :!:

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Reliques de la campagne d'Egypte
    par Demi-solde » 07 oct. 2018, 09:54 » dans Objets napoléoniens
    2 Réponses
    703 Vues
    Dernier message par Demi-solde
    07 oct. 2018, 11:59
  • La Campagne d'Egypte numérisée
    par Joker » 05 oct. 2019, 20:09 » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    24 Vues
    Dernier message par Joker
    05 oct. 2019, 20:09
  • La campagne d'Egypte sur ARTE
    par Joker » 19 avr. 2017, 17:51 » dans L'actualité napoléonienne
    12 Réponses
    1452 Vues
    Dernier message par le sabreur
    02 mai 2017, 11:40
  • Sabre de Bonaparte en Égypte
    par L'âne » 19 sept. 2018, 12:35 » dans Objets napoléoniens
    13 Réponses
    1421 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    06 nov. 2018, 13:48
  • [EGYPTE] Après Bonaparte
    par Cyril Drouet » 19 juil. 2017, 16:29 » dans Salon Ier Empire
    6 Réponses
    1135 Vues
    Dernier message par O.Godeille
    15 janv. 2015, 11:10