Bern évoque Danton

Théâtre, cinéma, télévision, radio, internet, littérature, bande dessinée, peinture, sculpture, figurines, musique, etc...

Modérateur : Cyril

le sabreur

Message par le sabreur » 06 juil. 2016, 11:43

Michel De Decker est insupportable, il pourrait être un bon conteur mais il ne fait que raconter ses propres impressions ou véhiculer les anecdotes douteuses, les mythes... Peu d'esprit critique et jamais de sources. Il est le plus caractéristique des "historiens de comptoirs" que j'évoquais plus haut.

La gauche et la droite sont des notions d'un autre temps, incompatibles avec l'histoire politique de l'époque (tout comme celle d'aujourd'hui... :roll: ). S'il y avait une droite traditionnelle, elle n'était plus au pouvoir en 1793.

Pour la prochaine émission elle peut être intéressante si elle ne rentre pas trop dans des anachronismes féministes. Avec Olympe de Gouges et Manon Roland, Robespierre risque encore d'en prendre pour son grade.

Maria Kel

Message par Maria Kel » 07 juil. 2016, 12:50

Danton a autant participé à la Terreur que les autres :guillotine et a fini broyé par sa propre invention!

Par contre, l'émission ne s'est pas appesanti sur son rôle en Vendée. Quelqu'un sait-il quelque chose là-dessus?

Quand aux accusations de corruption, elles ne sont pas totalement infondées. Le seul qui ne piquait pas dans la caisse, c'était Maximilien :lol: (et peut-être Saint-Just, les historiens sont moins affirmatifs) :jump2:

Et pour la prochaine émission, avec Mesdames de Stael et Tallien, on sait où ça va finir :langue:

Joker

Message par Joker » 07 juil. 2016, 13:33

Le seul qui ne piquait pas dans la caisse, c'était Maximilien
D'où son surnom "l'Incorruptible", ce qui ne l'empêchera cependant pas de finir comme ses pairs. :guillotine

J'ai trouvé instructive l'anecdote relative à la forme triangulaire de la lame de la guillotine.
C'est le docteur Louis qui proposa cette amélioration, si je puis dire.
En son honneur, la guillotine fut donc surnommée la Louison ou la Louisette. :fou:

Maria Kel

Message par Maria Kel » 13 juil. 2016, 09:25

La participation de Louis XVI à la guillotine n'est qu'un mythe, effectivement :roll:

Quand à l'émission d'hier, je l'ai vue, et j'ai adoré quand l'Empereur a renvoyé Madame de Stael à ses chères études:

"Il parait que vous n'aimez pas les femmes, Général..."

"Si, la mienne!"

:cobra: :mrd: :aime2:

Bastet

madame de Staël

Message par Bastet » 13 juil. 2016, 14:31

Avec Germaine de Staël, " Cette femme, disait le premier consul, apprend à penser à ceux qui ne s’en aviseraient point, ou qui l’avait oublié" ( Mémoires de Madame de Rémusat , II) on est bien au-delà du bas-bleu confiné dans ses études… ! :mrd:
" Quand Bonaparte parvint au Consulat, on sait quelle célébrité madame de Staël avait déjà acquise par ses opinions, sa conduite et ses ouvrages"( Rémusat, II) . En effet, elle était une personnalité des plus en vues du monde culturel du temps " [ ….], mais elle effaroucha promptement Bonaparte, qui ne voulait être ni observé ni deviné. Madame de Staël après l’avoir inquiété, lui déplut. Il reçut ses avances froidement ; il la déconcerta par des paroles fermes et quelques fois sèches. Il blessa quelques unes de ses opinions ; une sorte de défiance s’établit entre eux, et, comme ils étaient tous deux passionnés, cette défiance ne tarda point à devenir de la haine " ( Rémusat, II) .
Napoléon souhaitait encourager une renaissance littéraire pourtant il ne suivit pas les conseils de son frère Joseph en s’en prenant à Mme de Staël "Ses ouvrages, à l’exception de ses romans, furent tronqués en paraissant en France ; tous les journaux eurent ordre d’en dire du mal; on s’acharna sur elle sans aucune générosité. [… ] . Son talent se fortifia des traverses de sa vie, et parvint à un degré d’élévation que beaucoup d’hommes lui auraient envié " ( Rémusat, II). Mais Napoléon confirma son exil, interdisant arbitrairement son roman Delphine et ses Essais De l’Allemagne. De l’Allemagne sera publié en 1813 et suscita un grand optimisme chez les opposants à Napoléon .... .
Ce ne sera qu’après 1810 qu’elle devint l’ennemie du régime , et plus tard encore un acteur éminent de la vie politique. Cependant quand Napoléon déclara que l’Etat français lui verserait l’argent qu’elle prétendait lui être dû elle se rallia… " sa vie ne fut point précisément celle d’une femme et ne pouvait pas être celle d’un homme ; le repos lui a manqué… " :fou: ( Rémusat, II)
Sur le plan littéraire c’est une femme des Lumières, une Moderne, et pourtant jamais elle n’emploie le terme de modernité, pas plus que ses contemporains, elle a initié les Français aux littératures étrangères, littératures allemande et du Nord tout en gardant son admiration pour les Classiques.
Son essai sur les Fictions a révélé le domaine du moi, le domaine des passions humaines propres à être exploitées par les écrivains, l’ambition, l’orgueil, l’avarice, la vanité...., passionnée de liberté, liberté de parole et de pensée, elle a mis l’accent sur le rapport entre littérature et liberté ( Discours préliminaire à De la littérature).
" Tourmentée par une imagination qui la consumait, trop ardente à l'éclat et au succès, gênée par les lois de la société qui contiennent les femmes dans un cercle borné, elle brava tout, surmonta tout, et souffrit beaucoup de cette lutte orageuse entre le démon qui la poussait, et les convenances qui ne purent la contenir" ( Rémusat, II) :fleurs-papillons:

:salut:

Joker

Message par Joker » 13 juil. 2016, 17:36

L'émission d'hier a dressé quelques beaux portraits de femmes ayant marqué la période révolutionnaire et était riche en anecdotes les concernant.
Les intervenants ont apporté chacun leur pierre à l'édifice et même Michel De Decker s'est montré plus sobre qu'à l'accoutumée. :fou:
J'ai particulièrement apprécié les évocations de Charlotte Corday et de Mme Tallien : deux femmes déterminées et courageuses qui ont marqué leur époque.
La beauté des châteaux en lien avec ces figures historiques est également à souligner.
Avec, en ce qui me concerne, un petit coup de cœur pour celui de Chimay (particulièrement le théâtre de style Napoléon III) que j'ai eu l'occasion de visiter il y a quelques années et qui est parfaitement entretenu par la famille des princes et princesses de Caraman-Chimay.

Maria Kel

Message par Maria Kel » 27 août 2016, 17:16

Hier, ils ont repassé le documentaire sur Désirée Clary, amour de jeunesse de notre Empereur. :salut:

Je connais peu Marseille, mais il me semble qu'il n'y a rien pour la commémorer :shock: Alors que Pau a gardé intacte la maison de Bernadotte :|

Joker

Message par Joker » 28 août 2016, 18:35

Je connais peu Marseille, mais il me semble qu'il n'y a rien pour la commémorer
Si cela se révèle vrai, il faudra passer un savon aux Marseillais ! :fou: :mrd:

Maria Kel

Message par Maria Kel » 28 août 2016, 18:56

Préparez la brosse :mrd:

J'ai regardé sur Wikipédia et je n'ai vu aucun monument à sa mémoire, pas même une rue...Rien! :cambronne:

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2722
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Re:

Message par Cyril Drouet » 27 août 2019, 17:08

Maria Kel a écrit :
28 août 2016, 18:56
Préparez la brosse :mrd:

J'ai regardé sur Wikipédia et je n'ai vu aucun monument à sa mémoire, pas même une rue...Rien! :cambronne:
En France, un panneau d'information évoque la futur reine à l'entrée du domaine de la Grange-Prévoté, à Savigny-le-Temple.
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Stephane Bern et le camp de Boulogne
    par Citoyenne Sophie » 18 févr. 2015, 08:01 » dans L'actualité napoléonienne
    10 Réponses
    2730 Vues
    Dernier message par mrphilou
    21 févr. 2015, 14:20
  • Stéphane Bern doute-t-il de Marengo ?
    par Maria Kel » 14 sept. 2016, 17:05 » dans Napoléon à travers les Arts
    0 Réponses
    465 Vues
    Dernier message par Maria Kel
    14 sept. 2016, 17:05