LA ROYAL NAVY et Horatio Nelson : Un drôle de cadeau !

Partagez autour de l’armement, de l’équipement et des pratiques des soldats des guerres napoléoniennes.

Modérateurs : Général Colbert, Cyril

Drouet Cyril

LA ROYAL NAVY

Message par Drouet Cyril »

mais au large de Brest
Ouessant n'offrait-elle pas quelque protection, aussi sommaire soit-elle ?
Toujours est-il que tenir constamment les mers avait un prix. Ainsi, à la paix d'Amiens, la Navy avait perdu du fait d'accidents ou de naufrages 350 unités. Un prix lourd, mais gage d'une solide expérience qui fit de la capacité à faire face aux avaries de toutes natures (bris dans la mâture et voix d'eau tout particulièrement) une des armes maîtresses de la marine britannique.

lutzen 1813

LA ROYAL NAVY (et Horatio NELSON)

Message par lutzen 1813 »

L'on rencontre ici et là l'assertion que l'amiral Nelson fut mortellement blessé par un tireur d'élite , armé sans doute d'une "carabine de Versailles", arme au canon rayé possédant une précision remarquable pour l'époque . L'origine de cette assertion se touve dans les Mémoires de Robert Guillemard parues en 1826. Ces prétendues mémoires sont apocryphes (voir la Bibliographie des mémoires sur l'époque napoléonienne de Tulard) il s'agit d'un roman et non d'autre chose. En fait, Nelson fut atteint par une balle tirée par un fusil ordinaire, le réglementaire modèle 1777, et ceci par l 'un des marins posté dans les hunes du Redoutable, qui tiraient "dans le tas" bien incapables de viser précisément du fait de leur position incorfortable, des mouvements du navire et du peu de précision de leur arme. La preuve scientifique en est apportée par l'examen du projectile , conservé à Londres au chateau de Windsor. Il s'agit d'une balle ne possédant aucune trace de rayures, du calibre du fusil modèle 1777. Ce jour là Nelson manqua simplement de chance.L'on ne peut pas toujours passer au travers...Sources: Trafalgar de René Maine et Gazette des armes, article de Pierre Lorain.
Modifié en dernier par lutzen 1813 le 19 mars 2010, 13:36, modifié 2 fois.

Dominique T.

LA ROYAL NAVY (et Horatio NELSON)

Message par Dominique T. »

Merci pour ces précisions intéressantes.

Encore un canard auquel on a tordu le cou. :salut:

Porucznik M.

LA ROYAL NAVY (et Horatio NELSON)

Message par Porucznik M. »

Que la balle viennent d'un 1777 ou d'une carabine de Versailles....

La mission première des tireurs placés dans les Hunes est d'abattre les tireurs sur les hunes opposées, et puis les officiers, qui pour la plus part se situent sur le gaillard d'arrière, sous la Hune de Misaine, et qui portent leurs plus beaux uniformes pour les affrontements importants.

Étant donné que celle ci ne se situe probablement pas à plus de 10/15m au dessus du pont du gaillard, le tireur n'était pas à plus de 20m (on parle d'un tir à 50 pieds) de sa cible si les navires étaient au moment de la mort de Nelson bord à bord. Ce qui n'est pas un exploit, même avec un 1777... !

De plus, j'avais lu a une époque que le calibre de la balle récupérée était celui en dotation dans la marine Britannique, et pas Française... Possible quand on connait le dégagement de fumée d'un seul canon, imaginons celui que fait un 110 bord à bord avec un 74 et tirant des deux bordées à la fois... Je n'ai plus les sources.

lutzen 1813

LA ROYAL NAVY (et Horatio NELSON)

Message par lutzen 1813 »

L' hypothèse que Nelson ait pu être touché par une balle anglaise apparait sans aucun fondement , toutes les données disent le contraire, en particulier le trajet du projectile dans le corps de la victime. Quant à ce projectile il s'agit d'une balle d'un diamétre de 16,6 millimètres, ce qui correspond à la balle de "18 à la livre" balle réglementaire française utilisée dans les fusils de guerre sous l'ancien régime (au-cours de la Révolution une balle légèrement plus petite avait été adoptée mais les deux ont coexisté, on ne jetait rien)
Il est vrai vrai que toucher la cible à 20 mètres avec un fusil 1777 n'est pas un exploit, surtout en étant calme, bien entrainé, sur la terre ferme, mais dans les conditions du tireur posté dans les hunes du Redoutable ce 21 octobre 1805...
L'article de Pierre Lorrain dans la Gazette des Armes numéro 56 de janvier 1978 est sur ce sujet très complet.
Modifié en dernier par lutzen 1813 le 19 mars 2010, 13:37, modifié 1 fois.

Abraca

LA ROYAL NAVY (et Horatio NELSON)

Message par Abraca »

René était armé d’un sabre d’abordage et de sa carabine.
…………….
On pouvait voir Nelson debout de son côté sur son tillac avec Blackwood, capitaine de l’Eurydale, qui partageait avec Hardy, son capitaine de pavillon, sa confiance et son affection.
Nelson était vêtu d’un habit bleu, il portait sur sa poitrine les décorations de l’ordre du Bain, de Ferdinand et du Mérite, celle de Joachim, celle de l’ordre de Malte, enfin le croissant ottoman .
Le capitaine Hardy s’approcha de lui :
« - Pour l’amour du ciel, commandant, dit-il, changez donc d’habit ; ce chamarrage de votre poitrine va servir de point de mire à tous les coups.
-Il est trop tard, dit Nelson ; on m’a vu avec cet habit-là, je ne peux plus en porter d’autre. »
……
C’était le Redoutable qui jusque-là avait fait le plus de mal au Victory ; Hardy ordonna aux timoniers de diriger le Victory contre le Redoutable et de se coller à ce vaisseau sabord contre sabord.
« -Je crois, dit René à Lucas, qu’il est temps que j’aille prendre mon poste dans la hune.
Et il s’élança dans les haubans de la hune d’artimon.
…..
A la vue de ces brassées de blessés, de ces jambes brisées, de ces bras séparés du corps, les chirurgiens se regardent stupéfaits ; le chapelain du Victory éperdu de terreur, égaré par son émotion, veut fuir cet étal de boucher, comme il l’appelait encore dix ans après ; il s’élance sur le pont, au milieu du tumulte ; à travers la fumée, il reconnaît Nelson et le capitaine Hardy se promenant sur le gaillard d’arrière. Tout à coup, Nelson, vers lequel il courait les bras étendus, tombe sur le pont comme foudroyé.
Il était une heure et quart précise.
Une balle partie de la hune d’artimon du Redoutable l’avait frappé de haut en bas et, plongeant à travers l’épaule gauche sans être amortie par l’épaulette, était allée briser la colonne vertébrale.
Il se trouvait à l’endroit même où avait été frappé son secrétaire, et était tombé la face dans son sang. Il essaya de se relever sur un genou en s’aidant du seul bras qui lui restait. Hardy, qui était à deux pas de lui, se retourne au bruit de sa chute, se précipite et, aidé de deux matelots et du sergent Secker, le remet sur ses pieds.
« -J’espère, milord, lui dit-il, que vous n’êtes point gravement blessé.
Mais Nelson répondit :
-Cette fois, Hardy, ils en ont fini ave Nelson.
-Oh ! J’espère que non ! s’écria le capitaine.
-Si fait, dit Nelson, j’ai senti à l’ébranlement de tout mon corps que j’avais la colonne vertébrale brisée.
……..
Mais malgré toutes ces précautions de Nelson pour qu’on ignorât la catastrophe qui venait d’arriver, elle était connue du Redoutable.
Au moment où Nelson tombait sur le pont une voix forte, qui fut entendue de tout l’équipage, cria de la hune d’artimon :
« -Capitaine Lucas, à l’abordage, Nelson est tué. «

Joker

LA ROYAL NAVY (et Horatio NELSON)

Message par Joker »

Quoique rocambolesque, cet extrait ne manque pas de lyrisme.
On y reconnaît la plume virtuose de l'écrivain.

Barclay

LA ROYAL NAVY (et Horatio NELSON)

Message par Barclay »

Bonjour a tous ! :salut:

C' est vrai que Nelson en 1798, a Naples, a tué quelque milliers de Francais et les républicains de Naples ?

Cordialement
Igor

Marc Morillon

LA ROYAL NAVY (et Horatio NELSON)

Message par Marc Morillon »

Bonjour

Sans qu'il s'agisse bien sûr d'un ouvrage historique, cet épisode est évoqué dans l'excellent roman d'A Dumas "La San Felice" et le rôle de Nelson (on parlerait aujourd'hui de crime de guerre) y apparaît bien au moment de la chute de la République Parthénopéenne.

Marc

O.Godeille

LA ROYAL NAVY (et Horatio NELSON)

Message par O.Godeille »

Bonjour, même avis, la "San Felice", bien que romancé, est extrêmement bien documenté.
Alexandre Dumas y avait une implication très personnelle : son père, le général Dumas, de retour d'Egypte, s'était retrouvé par hasard prisonnier des insurgés royalistes, et décédera à son retour en France du fait des mauvais traitements reçus.

Pour le rôle exact de Nelson, il n'a pas directement massacré de républicains.

Le cardinal Ruffo, avaient soulevé la population des campagnes et le "popolo" de Naples au nom de la religion et du roi, par haine des élites éclairés pro-républicaines.
La république parthénopéenne s'était écroulée, la ville avait été occupée par les "sanfédistes" (royalistes).
Le cardinal et lord Hamilton, l'ambassadeur anglais, avaient promis aux républicains réfugiés dans les forts qui dominaient Naples un sauf-conduit pour quitter la ville sur des barques.

Mais le sauf-conduit était à double sens, il n'obligeait pas Nelson, commandant de la flotte de blocus (complice de l'ambassadeur et amant de sa femme, lady Emma Hamilton), à laisser passer les barques...
Une fois les réfugiés hors de la sécurité des forts, et bloqués dans le port, ils furent facilement capturés par les royalistes, et sommairement jugés, ou massacrés par la foule.
De plus Nelson prêta son navire anglais pour une cour martiale napolitaine, qui condamna à la pendaison Francesco Carracciolo, amiral napolitain rallié aux républicains.
Par contre les garnisons françaises des forts ne furent pas inquiétées, et négocièrent leur rapatriement en France, abandonnant les républicains à leur sort.

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Un drôle de trafic…
    par Peyrusse » 28 oct. 2017, 00:45 » dans Salon Ier Empire
    3 Réponses
    119 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    30 oct. 2017, 08:28
  • Une drôle de photo.
    par pilayrou » 10 avr. 2016, 15:11 » dans Objets napoléoniens
    33 Réponses
    4517 Vues
    Dernier message par Remy du 9eme
    30 mai 2016, 17:25
  • 0 Réponses
    339 Vues
    Dernier message par Joker
    28 mars 2020, 19:54
  • Rennes. Napoléon : seul-en-scène historique et drôle au Quai 13
    par L'âne » 21 mars 2018, 09:26 » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    545 Vues
    Dernier message par L'âne
    21 mars 2018, 09:26
  • L'ultime cadeau de Napoléon à son fils...
    par Christophe » 12 juin 2015, 10:59 » dans L'actualité napoléonienne
    1 Réponses
    905 Vues
    Dernier message par Christophe
    28 juin 2015, 12:22