LA ROYAL NAVY et Horatio Nelson : Un drôle de cadeau !

Partagez autour de l’armement, de l’équipement et des pratiques des soldats des guerres napoléoniennes.

Modérateurs : Général Colbert, Cyril

la remonte

LA ROYAL NAVY (et Horatio NELSON)

Message par la remonte »

pas si sûr Guillaume , tout comme le grenadier hongrois qui vise Lasalle ,vous savez où pointe le bout de votre canon quand vous tirez et d'ordinaire les officiers attirent l'oeil !
Guillaume

LA ROYAL NAVY (et Horatio NELSON)

Message par Guillaume »

d'accord avec vous la Remonte. Mais bien souvent dans ce type de combat avec la fumée et l'imprécision des fusils à âme lisse on tire dans le tas, et vu le nombre de goddams qui s'agitaient sur le pont du Victory, bien habile celui qui dira qui a touché qui.
notre tireur si il avait été sûr d'avoir refroidit Nelson ne se serait pas privé de le dire, à moins qu'il ne fut lui-même tué peu de temps après...
la remonte

LA ROYAL NAVY (et Horatio NELSON)

Message par la remonte »

...à mon avis notre gabier n'a pas eu la possibilité de redescendre tranquillement tant la fureur s'est emparée des Anglais ce qui paraît il les a aidé à vaîncre à Trafalgar , c'est quand même pas de chance pour Nelson si jamais c'était du au hasard ! il n'y a eu que 446 tués côté britannique contre 4500 en face ! mais c'est mieux pour lui , il n'a pas eu à mal vieillir comme Wellington ...et la plus belle oraison de l'Empereur lui même "Nelson est le seul anglais que j'ai toujours admiré ; il a sauvé son pays de l'anéantissement , ce dont je suis bien malheureux de n'avoir pas réussi moi même..."
cette défaite lui a coûté non seulement sa flotte mais surtout la haine du peuple espagnol dont on verra plus tard les effets!
Nodie

LA ROYAL NAVY (et Horatio NELSON)

Message par Nodie »

un petit site à ce sujet:

http://www.snof.org/histoire/nelson.html

:salut:
benito

Message par benito »

ce qui a permis aux anglais de gagner c'est la qualité des artilleurs français, et oui, lorsque la flotte, se présenta sur notre flanc, il était impossible que la flotte française, n'arrive pas à couler un vaisseau ou du moin, à l'endommager énormément, et bien, si, il était possible, puisque aucun vaisseau anglais n'a été coulé, d'une part grace à la particularité des coques anglaises, comme celle du Victory, et d'autre part la nullité des artilleurs français, qui ont tiré trop bas...

dans toute les batailles navales de l'époque, la France s'est démarquée par le manque de cohésion, les ordres ne passaient pas, et, souvent les vaisseaux faisaient ce qu'ils voulaient, Trafalgar a été une défaite pour une bonne raison, la moitié des vaisseaux de la flotte franco-espagnol ne s'est pas engagée...ils ont même fui :? :cry: :furieux:

Malgré le courage de certains officiers français, telle que le Commandant Lucas, maître du Redoutable, la bataille fut un carnage, et a recouvert de honte la marine française... :cry:


En ce qui concerne Lucas et son vaisseaux, celui ci avait manoeuvré sur le flanc du Victory, dans l'optique de l'aborder, les vaisseaux n'étant pas de la même classe et le Victory le dépassant d'un pont, pratiquement toutes les unités d'abordage, furent massacrées en tentant de monter sur le vaisseau Amial, c'est du redoutable, semble t'il en effet que le coup qui blessa mortellement Nelson fut tirer, je ne sais plus son nom, mais le tireur était selon certaines sources un marin d'origine belle îloise :salut:
Guillaume

Message par Guillaume »

La grande faiblesse de la flotte francaise se situe au manque d'officiers de valeur et d'experience. Lorsque l'on voit les succés de la flotte francaise durant la guerre d'independance americaine et ses raclées durant la revolution et l'empire on devine que les purges dans les officiers de marine durant la terreur on causé un tres grand tort à la "royale".
benito

Message par benito »

exactement, laissant des officiers de qualité médiocre,

Lucas pour l'info, en plus de cet éclat à Trafalgar, montrera une fois encore sa qualité de commandement, durant l'affaire des brulots dans le pertuis d'Antioche...
Le fort boyard encore inachevé fut attaqué par la flotte anglaise. "La Royale" mit en œuvre une stratégie de défense : elle disposa 11 vaisseaux et 4 frégates derrière un barrage improvisé formé de mâts reliés par des cordages. La flotte anglaise était composée de 12 vaisseaux, 7 corvettes, 7 frégates et 50 brûlots ;
Lucas avait une fois encore sous ses ordres un vaisseau de l'escadre, et il montra une nouvelle fois, sa valeur de commandement, en prenant de sages décisions, pourquoi??

L'amiral Lallemand, commandant l'escadre, peu apprécié médiocre stratège et forte tête, avait décidé de laisser les capitaines de vaisseau se débrouiller,

résultat un gaspillage et un désordre que ce texte vous laissera imaginer..


http://www.wissensdrang.com/daix2fr.htm


lien très intéressant, reprenant en compte les évènements avant les brûlots et surtout montrant les faiblesses de la marine...

là encore cela montre le manque de prestige et même de courage de certains officiers, les meilleurs malheureusement étaient morts, telle que Latouche ou encore Bruix...


dommage que Nelson ne soit pas né français lol... :salut:
la remonte

Message par la remonte »

...pauvre Louis XVI qui n'a eu de cesse de construire une flotte magnifique , n'ayant jamais digéré la perte du Canada et de L'Inde de son grand pére , et effectivement Guillaume la marine requiere un minimum de savoir faire qui fera défaut alors que l'on retrouve cependant beaucoup d'aristocrates dans l'encadrement ...
Joséphine

Message par Joséphine »

La grande faiblesse de la flotte francaise se situe au manque d'officiers de valeur et d'experience (Guillaume) ...

Comme dans toute défaite, il me semble que plusieurs éléments ont joué en la défaveur des Français ...

Vos arguments, Cher Guillaume, ainsi que ceux de Bénito sont exacts.

Tous les marins ont reproché à Bonaparte de s'être montré ignorant des nécessités et aléas de l'opération navale (le temps, les vents), d'avoir donné à ses amiraux des ordres trop rigides (date des appareillages, routes à suivre), et de n'avoir pas imaginé que le temps et la distance jouaient contre lui : presque tous les ordres qu'il envoya à ses amiraux allaient être, lorsqu'ils parviendraient, inutiles, dérisoires ou dangereux parce que dépassés par les évènements.

Mais le grand Chef eût-il été moins impérieux, il aurait néanmois fallu beaucoup de chance à la marine française de l'époque pour compenser la supériorité de la Royal Navy quant à la valeur professionnelle des équipages (et là, je rejoins Guillaume) ; le courage ne manquant pas chez les Français.
Et rien ne pouvait combler non plus la différence entre le vice-amiral Pierre de Villeneuve, commandant l'escadre de Toulon, et ce génie de la mer qu'était Horatio Nelson.

Le meilleur marin qu'eut possédé l'Angleterre, était énergique, audacieux, froid et tenace.
Il haïssait la France, et son rêve était de délivrer son pays de la hantise de l'invasion suspendue sur lui.

Villeneuve tenta bien de profiter de sa supériorité numérique pour déborder Nelson.
Mais l'escadre espagnole, lourde et mal équipée s'allongea à l'excès.

Nelson vit la faute de son adversaire, et en profita pour la couper en trois tronçons.

Le combat se poursuivit, acharné, six heures durant, par une mer violente.
Les navires espagnols , déportés par le vent, se virent bientôt écartés de l'action.
Collingwood sera le premier à briser la résistance de l'adversaire.
Nelson lutta plus longtemps, sur la Vicxtory, bord à bord avec le Redoutable.

Lorsque la balle mortelle l'atteindra, avant de mourir, il apprendra sa victoire.

Dix-sept vaisseaux français ou espagnols sont aux mains des Anglais.
La tempête permettra aux quinze autres de s'enfuir et de rejoindre Cadix.

Villeneuve, quant à lui, après s'être bien battu, est fait prisonnier.
Mais, quelques mois après, il se suicidera, désespéré de survivre à une défaite qui, si elle sauve l'honneur du pavillon, fait des Anglais les maîtres incontestés et permanents de la mer.




:salut:
benito

Message par benito »

le nombre de coups de couteaux au coeur reçus par Villeneuve est assez important, pensez vous réellement à un suicide...


en ce qui concerne les arguments de mjr, il est tout à fait exact, les vaisseaux franco espagnols, étaient d'une autre époque, et selon des témoins, les rares trois ponts de cette flotte étaient dans un piteux état, là aussi réside le problème de la flotte française, le manque de matériel, le manque d'argent, et le manque d'organisation, lorsque l'on voit que la plupart des ports étaient envasés au début de l'empire, on voit en effet que c'est la révolution qui fit le plus de mal à la marine...
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Un drôle de trafic…
    par Peyrusse » 28 oct. 2017, 00:45 » dans Salon Ier Empire
    3 Réponses
    170 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    30 oct. 2017, 08:28
  • Une drôle de photo.
    par pilayrou » 10 avr. 2016, 15:11 » dans Objets napoléoniens
    33 Réponses
    4572 Vues
    Dernier message par Remy du 9eme
    30 mai 2016, 17:25
  • 0 Réponses
    408 Vues
    Dernier message par Joker
    28 mars 2020, 19:54
  • Rennes. Napoléon : seul-en-scène historique et drôle au Quai 13
    par L'âne » 21 mars 2018, 09:26 » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    584 Vues
    Dernier message par L'âne
    21 mars 2018, 09:26
  • LOS ! n° 50 : Traflagar 1805 - Et Nelson vainquit Villeneuve
    par Général Colbert » 01 juil. 2020, 00:12 » dans Livres - Revues - Magazines
    0 Réponses
    113 Vues
    Dernier message par Général Colbert
    01 juil. 2020, 00:12