Prisonniers de guerre

Partagez autour de l’armement, de l’équipement et des pratiques des soldats des guerres napoléoniennes.

Modérateurs : Général Colbert, Cyril

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2687
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Prisonniers de guerre

Message par L'âne »

Cyril Drouet a écrit :
14 sept. 2018, 14:32
Je ne plaçais pas du point de vue de l'équité mais donnais seulement une précision suite à votre post où vous disiez (en amont de Masson) qu'il fallait tenir éloignés les prisonniers français de la population locale. Ce qui ne va pas de paire avec le système des parole towns.
C'est la raison pour laquelle au moindre incident, les officiers étaient condamnés aux pontons...
Aurea mediocritas
Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2687
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Prisonniers de guerre

Message par L'âne »

Cyril Drouet a écrit :
14 sept. 2018, 14:36
Attention à ne pas tout confondre : les prisonniers massacrés à Jaffa étaient des prisonniers de guerre. Les Arabes tels qu'on les appelait le plus communément à l'époque de la campagne d'Orient étaient les bédouins. Ces derniers étaient assimilés à des rebelles (voire tout simplement à des brigands), et à ce titre, on ne faisait pas de prisonniers ou alors ces derniers étaient rapidement passés par les armes.
Bien entendu.
Je maintiens qu'il valait mieux être ennemi, prisonnier du corps français expéditionnaire d'Egypte, qu'être Français du corps expéditionnaire d'Egypte, prisonnier aux mains de ses ennemis.
Aurea mediocritas
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3833
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Prisonniers de guerre

Message par Cyril Drouet »

L'âne a écrit :
14 sept. 2018, 14:39
Cyril Drouet a écrit :
14 sept. 2018, 14:32
Je ne plaçais pas du point de vue de l'équité mais donnais seulement une précision suite à votre post où vous disiez (en amont de Masson) qu'il fallait tenir éloignés les prisonniers français de la population locale. Ce qui ne va pas de paire avec le système des parole towns.
C'est la raison pour laquelle au moindre incident, les officiers étaient condamnés aux pontons...
Non, cela rentre en contradiction avec la phrase de Masson que vous avez retranscrite : "Il fallait donc qu'il ne pût jamais ni les voir, ni converser, ni séjourner avec eux."
Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2687
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Prisonniers de guerre

Message par L'âne »

Cyril Drouet a écrit :
14 sept. 2018, 14:45
Non, cela rentre en contradiction avec la phrase de Masson que vous avez retranscrite : "Il fallait donc qu'il ne pût jamais ni les voir, ni converser, ni séjourner avec eux."
Cela s'adresse à une catégorie, celle des soldats et sous-officiers, écartés systématiquement, qui représentait qui plus est, la plus grande population carcérale.
Philippe MASSON évoque les officiers également.
Aurea mediocritas
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3833
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Prisonniers de guerre

Message par Cyril Drouet »

L'âne a écrit :
14 sept. 2018, 14:51
Cyril Drouet a écrit :
14 sept. 2018, 14:45
Non, cela rentre en contradiction avec la phrase de Masson que vous avez retranscrite : "Il fallait donc qu'il ne pût jamais ni les voir, ni converser, ni séjourner avec eux."
Cela s'adresse à une catégorie, celle des soldats et sous-officiers, écartés systématiquement, qui représentait qui plus est, la plus grande population carcérale.
Non, dans ce passage :"Il fallait donc qu'il ne pût jamais ni les voir, ni converser, ni séjourner avec eux", Masson parle des "Français". Ce qui est faux.
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3833
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Prisonniers de guerre

Message par Cyril Drouet »

L'âne a écrit :
14 sept. 2018, 14:44
Cyril Drouet a écrit :
14 sept. 2018, 14:36
Attention à ne pas tout confondre : les prisonniers massacrés à Jaffa étaient des prisonniers de guerre. Les Arabes tels qu'on les appelait le plus communément à l'époque de la campagne d'Orient étaient les bédouins. Ces derniers étaient assimilés à des rebelles (voire tout simplement à des brigands), et à ce titre, on ne faisait pas de prisonniers ou alors ces derniers étaient rapidement passés par les armes.
Bien entendu.
Je maintiens qu'il valait mieux être ennemi, prisonnier du corps français expéditionnaire d'Egypte, qu'être Français du corps expéditionnaire d'Egypte, prisonnier aux mains de ses ennemis.
Si on s'en tient aux troupes régulières, c'est un constat qui ne me parait pas si évident.
Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2687
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Prisonniers de guerre

Message par L'âne »

Cyril Drouet a écrit :
14 sept. 2018, 15:40
Non, dans ce passage :"Il fallait donc qu'il ne pût jamais ni les voir, ni converser, ni séjourner avec eux", Masson parle des "Français". Ce qui est faux.
Philippe MASSON nous affirme que l'un des avantages des pontons était de tenir éloignée la majeure partie des prisonniers français de la population anglaise afin d'entretenir une aversion cultivée et lui éviter de se poser des questions, voire de tomber sous le charme de leurs idées..
Aurea mediocritas
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3833
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Prisonniers de guerre

Message par Cyril Drouet »

L'âne a écrit :
14 sept. 2018, 17:08
Cyril Drouet a écrit :
14 sept. 2018, 15:40
Non, dans ce passage :"Il fallait donc qu'il ne pût jamais ni les voir, ni converser, ni séjourner avec eux", Masson parle des "Français". Ce qui est faux.
Philippe MASSON nous affirme que l'un des avantages des pontons était de tenir éloignée la majeure partie des prisonniers français de la population anglaise afin d'entretenir une aversion cultivée et lui éviter de se poser des questions, voire de tomber sous le charme de leurs idées..
Oui, vous nous avez retranscrit plus haut son avis (à noter que les prisons présentent les mêmes avantages) ; n'empêche qu'il est faux de nous dire que pour le gouvernement anglais il fallait que les Anglais ne pussent jamais ni voir les Français, ni converser, ni séjourner avec eux ; sans quoi le système des parole tows n'aurait pas de sens.
Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2476
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Prisonniers de guerre

Message par Joker »

L'âne a écrit :
14 sept. 2018, 14:16
Il y a toujours des exceptions.
Je dis qu'il était, d'une façon générale, préférable d'être Arabe prisonnier au mains des Français, que le contraire.
J'entends bien, mais cela représente tout de même 3000 victimes.
Ce n'est pas négligeable et cette exception fait tache.
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3833
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Prisonniers de guerre

Message par Cyril Drouet »

L'âne a écrit :
13 sept. 2018, 02:05
Voici ce qu'écrit Philippe MASSON dans son ouvrage "Les sépulcres flottants" :
« Il fallait exciter dans le cœur du peuple anglais, des sentiments implacables d'aversion, d'horreur même contre ses ennemis, et surtout contre les Français. Il fallait donc qu'il ne pût jamais ni les voir, ni converser, ni séjourner avec eux. Car il eût peut-être reconnu que ce sont aussi des hommes sensibles au bienfait, amis de l'humanité, amis de leur patrie, amis de la liberté des autres peuples. Des citoyens d'un pays, mis en contact avec les citoyens d'un autre pays, découvriraient souvent que la guerre la plus acharnée n'est qu'un forfait de leurs gouvernements respectifs : ils déposeraient à l'instant toutes leurs inimitiés, et reconnaîtraient leurs vrais intérêts : or, c'est un danger que certains gouvernements ont surtout été jaloux d'éviter, pendant le cours des dernières guerres ».
Plus exactement, ce n’est pas Masson qui écrit ceci mais Charles Dupin, plus d’un siècle et demi plus tôt, en 1825, dans « Force navale de la Grande Bretagne ».
Sous sa plume, on peut notamment lire :

« [Le peuple anglais] n'a jamais fait de captifs, que, par des outrages ou des sévices, il n'ait allumé dans leurs cœurs une haine inextinguible. Ni la liberté restituée à ces captifs, ni la paix et la concorde rendues aux nations, n'ont eu le pouvoir d'assoupir, ou seulement de modérer des ressentiments implacables, indestructibles comme le souvenir d'un traitement honteux et barbare.
[…]
Les prisonniers qu'avait faits l'Angleterre, n'ont quitté les geôles et les pontons, que pour remplir les deux mondes de leurs cris de vengeance et d'exécration. »

Et face aux très très méchants, il y a toujours des très très gentils :
« [Le peuple français] n'a point fait de captifs, qu'il n'ait désarmé leurs cœurs ainsi qu'il avait désarmé leurs bras ; parce que les prisonniers ont trouvé, chez lui, cette généreuse et douce sympathie qui prodigue son estime à la vertu, ses égards à la vaillance, et ses bienfaits au malheur. Le prisonnier, recueilli chez l'habitant, comme un ennemi pardonné, admis aux travaux domestiques, et participant aux soins, aux affections de la famille, a trouvé l'honnête et juste prix de son zèle et de son industrie, sous le toit ou dans les champs du vainqueur hospitalier. Enfin, dans les rares circonstances où des gouvernements, éphémères comme la tyrannie, déshonorant un sol de franchise et de loyauté, appesantissaient leur bras sur des prisonniers de guerre, le citoyen détestait des sévérités étrangères à ses mœurs. Loin d'essayer de les justifier par l'exemple et par la loi des représailles, il les déclarait, hautement, anti-nationales; et ses secours empressés allaient verser la consolation, l'espérance et l'amitié, dans l'âme des vaincus.
[…]
Les prisonniers qu'avaient faits les armes de la France, en quittant une terre amie de l'humanité, pour retourner à leur terre natale, ont partout célébré la bienfaisance du peuple vainqueur, et sa générosité. Ils ont plaidé la cause de notre caractère national, auprès de leurs concitoyens; et, plus d'une fois, ils ont éteint les ressentiments que notre ambition avait, à juste titre, excités contre nous. »



Cocorico !!!! :lol:
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Français prisonniers de guerre en Angleterre
    par Britman » 06 févr. 2018, 14:27 » dans L'actualité napoléonienne
    13 Réponses
    1075 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    07 sept. 2018, 17:07
  • Liste de seize mille militaires Français ou au service de France, faits prisonniers de guerre de 1810 à 1814, et
    par hugues » 08 sept. 2018, 08:03 » dans Espace visiteurs
    1 Réponses
    630 Vues
    Dernier message par Général Colbert
    09 sept. 2018, 00:16
  • prisonniers boers à Sainte-hélène
    par d'hautpoul » 26 avr. 2020, 18:49 » dans Espace visiteurs
    0 Réponses
    153 Vues
    Dernier message par d'hautpoul
    26 avr. 2020, 18:49
  • Prisonniers Boers à Sainte-Hélène
    par Joker » 31 mars 2020, 19:53 » dans L'actualité napoléonienne
    18 Réponses
    1066 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    20 mai 2020, 17:29
  • La guerre toujours la guerre...
    par L'âne » 20 janv. 2018, 15:15 » dans Salon Ier Empire
    29 Réponses
    2270 Vues
    Dernier message par O.Godeille
    10 avr. 2020, 00:29