Compagnies de Réserve Départementales

Partagez autour de l’armement, de l’équipement et des pratiques des soldats des guerres napoléoniennes.

Modérateurs : Général Colbert, Cyril

le sabreur

Re: Compagnies de Réserve Départementales

Message par le sabreur » 10 oct. 2008, 17:06

La fouille des archives offre parfois des petits plaisirs en tombant sur des petites histoire qui, si elles n'ont que peut d'intérêt au niveau de la "grande Histoire", permettre de faire revivre nos réservistes...

Je vous laisse donc imaginer, la nuit tombée sur les ruelles de Clermont, l'évènement qui suscita ce compte rendu:


« Rapport du 6 Mars, Courriol sortie de l’hôpital et parti pour son foyer sans permission, Fabre manquant à l’appel, et soit disant qu’il est absent dans son foyer.
Rapport du corps de garde de la préfecture, sur les deux heures du maton, dans une auberge on a crier à la garde et a l’assassin ( ?), la caporal cri et se présente avec la garde, et y trouve un chasseur du neuvième qui refait du bruit. Les invite de sortir […] s’obstinait […] le caporal l’a fait arrêter et conduire au corps de garde, où le chasseur a cassé la gamelle, et déchiré les habits d’un soldat […], le caporal l’a fait conduire à la salle de police, et pendant son chemin le chasseur a sauté sur le caporal lui a arraché son fusil et lui a cassé on a été obligé de le conduire [par la] force, j’ai parlé aux maréchaux des logis, il m’ont dit qu’ils l’avaient condamné à la prison de la ville, et qu’on paierai ce qui été cassé et déchiré.
»

Clermont le 7 Mars 1806

Dans son compte rendu suivant le capitaine Lallemand nous éclaire sur les suites de l'affaire:

"Je me suis assuré si l’habit déchiré et le fusil avaient été donné à répareraux sous-officiers des chasseurs du 9ème régiment après conduit le chasseur condamné pour un moi à la prison de la ville et au pain à l’eau jusqu’à nouvel ordre sont venus chercher le fusil et l’habit pour faire réparer."


Comme quoi les gardes peuvent être mouvementées...

le sabreur

Re: Compagnies de Réserve Départementales

Message par le sabreur » 24 oct. 2008, 17:22

Je continue mon monologue...

Parmi les lettres de motivation envoyées par des officiers au Préfet de Clermont pour obtenir un poste dans la compagnie de Réserve du Puy de Dôme, j'ai trouvé celle du chef d'escadron Brêchet, qui fut consul provisoire à Trieste.
Sa lettre retrace de façon épique son histoire et l'on retrouve dans l'histoire de sa vie les faits marquant de la grande Histoire (c'est volontaire dans une lettre de motivation), alors je vous l'ai recopié, pour le plaisir:

« Etat des services d’Antoine Brechet chef d’escadron du 21ème régiment de cavalerie réformé ;

Grenadier dans le régiment de Royal la marine du 11 Mars 1775 jusqu’au 11 Mars 1783.
Lieutenant au 1er Bataillon du Puy de Dôme du 1er Octobre 1791 jusqu’au 10 Février 1793.
Sous-Lieutenant au 22ème régiment de cavalerie depuis le 10 février 1793 jusqu’au 7 fructidor an 3.
Lieutenant au 4ème régiment de Dragon depuis le 7 Fructidor an 3 jusqu’au 11 Floreal an 5.
Capitaine au 14ème régiment de dragon par l’ordre du général en chef depuis le 11 Floreal an 5 jusqu’au 17 fructidor an 6.
Chef d’escadron titulaire au 21ème régiment de cavalerie jusqu’au moment de la réforme de ce corps.

Cet officier a été adjudant aux généraux à l’armée d’Italie, depuis le 11 Ventose an 4 jusqu’au moment que cette armée passa en égypte avec son chef Bonaparte, qui le mis à Trieste avec ce titre de consul provisoir pour les pays héhéditaires de l’Empereur. Il a servi pendant toute la guerre de manière à mériter l’estime de ses chefs. Il s’est trouvé dans la place de l’andau lors du siège, il fut chargé des fréquentes sorties pour les approvisionnements et s’en acquitta de manière à s’attirer des éloges de courage et de prudence. Il s’est trouvé dans toutes les affaires de l’armée d’Italie, il fut blessé sur les hauteur de la Corsua, il a eu plusieurs cheveaux tués sous lui notament à Arcole près du général en chef Bonaparte. Il fut blessé d’un violent coups de sabre à l’avant bras gauche à la bataille d’Angniari où avec 1500 hommes il retint pendant plusieurs heures la colonne de Provéra, forte de dix mille hommes. Il a constament commandé la ville de Trieste pendant le séjour de nos troupes, dans les provinces héréditaires, avec 600 hommes il a contenu une population de 30000 ames, 5000 autrichiens ou hongrois devant la place, enleva et fit bon nombre de prisonniers, conserva son poste et les propriétés françaises jusqu’au moment des préliminaires de Loeben qu’il fut nommé consul provisoire.

Certifié […], véritable et conforme à ce qu’il se trouve au Ministère de la guerre.

Brêchet

Le 7 Aout 1805
»


Au final il n'eut pas de poste dans cette compagnie.
Peut être en a t'il obtenue un dans un autre département, j'aurai peut être l'occasion de trouver des infos à ce sujet à Vincennes.

Si vous avez d'autres infos sur cet homme, je suis toujours preneur.

le sabreur

Re: Compagnies de Réserve Départementales

Message par le sabreur » 04 déc. 2008, 17:01

Bon, certains avaient été intéressé par l'envoi de troupes à l'armée d'active pas la compagnie de réserve. J'avais commencé a donner quelques exemples, voici la liste complète des troupes envoyées par la compagnie de réserve du Puy de Dôme:

* 14 Octobre 1806:
- 9 hommes aux fusiliers de la Garde Impériale

* 10 Février 1808:
- 1 homme au 8ème carabiniers
- 7 hommes au 7ème cuirassiers
- 12 hommes au 12ème dragons
- 15 hommes au 9ème chasseurs à cheval
- 23 hommes à la Légion de Bordeaux

* 15 Aout 1810:
- 65 hommes au 18ème d'infanterie légére

* 4 Décembre 1810:
- 1 capitaine au 103ème de ligne

* 14 Octobre 1811:
- 10 hommes au 1er régiment d'artillerie à pied

* 7 Avril 1812
-10 homme à la garde municipale de Paris

* 21 Novembre 1812:
- 1 sergent à la 60ème cohorte

* 21 Février 1813:
- 44 hommes au 37ème léger
- 3 hommes au 15ème dragons
- 2 hommes au 12ème cuirassiers
- 5 hommes au 9ème bis hussards
- 1 homme au 19ème léger
- 12 hommes au 56ème de ligne
- 43 hommes au 103ème de ligne

* 29 Novembre 1813:
- 7 hommes à la Garde impériale

* 9 Décembre 1813:
- 1 capitaine au 22ème chasseurs

* 6 Janvier 1814:
- 5 hommes au 13ème léger


Au total 277 hommes partis recompléter l'armée d'active, sans oublier tout ceux non cité ici qui sont passé par la compagnie de réserve avant de s'engager par substitution dans l'armée d'active.
Je vais comparer avec les besoins en hommes de la Grande Armée selon les périodes et si j'ai le temps je chercherai aussi où ont été envoyés tous ces hommes. Je peu déjà vous dire que ceux du 12ème dragons ils ont majoritairement fait la campagne d'Espagne (j'en ai tout de même un Allemagne) et celle de France pour les survivants. L'histoire du 37ème et ses déboires autour de Leipzig sont à peu près connus. Quand aux hommes partis dans le 18ème d'infanterie légère je sais que certain sont mort en Espagne et que d'autres ont disparus en Russie.

Certains auront peut être découvert ici que les compagnies de réserve ont fournies régulièrement et pas seulement pour le 37ème léger. Les hommes envoyés ici au 13ème léger sont essentiellement des cadres, sergents et caporaux, dans le but d'aller former les jeunes recrues dans les régiments d'active. Dans les faits ces cadres seront promus pour l'occasion, la compagnie de réserve préférant garder ses "anciens" pour la formation de ses propres recrues qui vienne la renflouer après les nombreux départs de Juillet 1813.

Piré chouan fidèle

Re: Compagnies de Réserve Départementales

Message par Piré chouan fidèle » 08 déc. 2008, 09:35

Bonjour,

Quel était donc l'effectif théorique de la compagnie du Puy-de-Dôme, car je suis impressionné par l'importance des ponctions que vous citez :salut: ?

Cordialement,

Bernard Coppens

Re: Compagnies de Réserve Départementales

Message par Bernard Coppens » 08 déc. 2008, 09:49

Bonjour,
Vous trouverez ces renseignements concernant chacun des départements dans les pages suivantes :

http://www.1789-1815.com/cies_reserve_index.htm
http://www.1789-1815.com/cies_reserve_classes.htm

Cordialement.

le sabreur

Re: Compagnies de Réserve Départementales

Message par le sabreur » 08 déc. 2008, 10:17

En effet, toutes ces information sont en lignes grâce à Bernard Coppens !

Donc:

1 capitaine
1 Lieutenant.
1 Sous-lieutenant.
1 Sergent-major.
1 Caporal-fourrier.
4 Sergents.
8 Caporaux.
2 Tambours
101 Soldats.

Total : 120 hommes


Au passage j'aime bien la description du Puy de Dôme que vous nous citez Mr Coppens (d'après le Dictionnaire géographique portatif, par Vosgien, Lyon et Paris, 1809):

"Puy-de-Dôme, (département du), formé d’une partie de l’Auvergne et du Vélay, borné N. par le département de l’Allier, S. par ceux du Cantal et de la Haute-Loire, E. par celui de la Loire, O. par celui de la Creuse et par celui de la Corrèze, a 1.556.417 arpents carrés, et 508.444 individus ; 94.562 arpents de bois, dont 21.998 de bois impériaux. Clermont, chef –lieu de préfecture, 5 sous-préfectures, Clermont, Ambert, Issoire, Riom, Thiers ; 51 justices de paix ; 19e division militaire ; évêché de Clermont-Ferrand ; cour d’appel de Riom. Il est entouré de montagnes à l’Est, au S. et à l’O. et offre ce que la nature a de plus imposant et de plus sauvage ; au centre ce qu’il y a de plus riche et de plus riant : basin de 13 lieues de long, 9 de large ; partie traversée par l’Allier, et l’autre par la Dore, arrosée de ruisseaux ; montagnes volcaniques ; anciens grands lacs curieux pour les naturalistes. Il produit blé, châtaignes, vin médiocre, mulets, bestiaux, moutons ; très belles prairies, vergers et jardins riches en fruits ; plantes aromatiques ; mines de plomb, de houille ; eaux thermales et minérales ; fabriques de ratines, droguets, bas, rubans de soie, blondes, toiles, siamoises, toiles de coton, basins, mouchoirs, damas, serges, calmandes, coutils, burats, épingles, papiers, cartes, cuirs, pâtes de fruits ; pelleteries, quincailleries, coutelleries, sabots."

le sabreur

Re: Compagnies de Réserve Départementales

Message par le sabreur » 18 déc. 2008, 17:56

Image



Certains ici ont surement lus les Souvenirs de campagnes du sergent Faucheur, ce jeune bourgeois clermontois qui renonce à Polytechnique après la faillite de ses parent et part comme fourrier au 26° de ligne en 1812. Et bien il s'avère que ce jeune homme, avant de partir, est venus chercher une pré-formation de sous-officier (bien que sortant du Lycée de Clermont il avait déjà quelques bases pour la manœuvre) auprès d'un sergent de la compagnie de réserve, je le cite:

"Aussitôt que ma résolution fut prise d'accepter les offres du général, je sentis la nécessité de connaitre à fond le maniement des armes, avant d'arriver dans un régiment où je devais entrer comme sous-officier; en conséquent je m'arrangeai avec un sergent de la garde départementale qui passait pour un excellent instructeur; il m'apprit non seulement à manier un fusil, à exécuter toutes les charges et tous les feux, mais encore il m'enseigna la théorie des écoles du soldat de peloton, de sorte que, lorsque je sortis des mains du sergent en question, je connaissais théoriquement et pratiquement tout ce qu'un sous-officier instructeur doit lui même enseigner à de jeunes soldats. Cette connaissance fut pour moi d'une grande utilité, comme on le verra plus loin"

Hélas, il ne nous donne pas le nom de ce sergent...
Mais on sait que cette scène se passe juste avant la majorité du jeune Narcisse Faucheur, c'est à dire le 20 Février 1812. Nous sommes donc début 1812, peut être fin 1811.
L'été 1811 a été mauvais pour les sergent de la compagnie, entre un mort en duel et un mort subitement sur le bord de la route.
Il reste le sergent François Kailaire, entré comme fusilier et qui monte les échelons jusqu'à cette promotion en 1806, Jean Tabarand fait sergent en Mars 1811, Guillaume Gannat l'ex-fourrier sergent depuis Mai 1811.
Et la figure de la compagnie, le vieux briscard qui aura été présent pendant toute l'histoire de la compagnie, qui fait parti de cette première vague de sous-officiers qui ont connus l'armée d'active: Antoine Pallazy, ancien sergent dans la 52ème demie brigade en 1792, congédié en l'An XIII après avoir été sergent major et avoir obtenu un brevet d'honneur, il s'engage dans la compagnie de réserve à 36 ans et ne la quitte qu'à sa dissolution en 1814.
Il s'enorgueillit d'avoir "à l'affaire du 29 fructidor an 4 à St George" (si quelqu'un sait à quoi ça correspond je suis preneur :) ) pris deux pièces d'artillerie après avoir tué un canonnier et fait quatre prisonniers; ce vétéran a fait toutes les campagnes de 1792 à l'An IX.

Évidemment on aurait tendance à voir dans ce vétéran, le mentor du jeune Narcisse Faucheur, mais sans plus d'indication de la part de ce dernier on ne peut pas vraiment l'affirmer...
Mais j'avoue qu'il est plaisant de trouver dans ces mémoires la description par un civil d'un de ces "réservistes" et de la qualité de son instruction.

:vive-histoire: :salut:

soldat guillaume

Re: Compagnies de Réserve Départementales

Message par soldat guillaume » 25 juin 2010, 16:53

Bonjour à toutes et à tous,
je cherche à completer ma documentation à propos de ces compagnies créées en 1805, dont l'uniforme originel a été remanié vers 1809-1810.
Le problème qui se présente à moi concerne la plaque du shako dont devrait hériter assez logiquement ces compagnies dans les années 1807-1808.
Je n'en trouve pas d'exemple (de n'importe quelle compagnie que cela soit), et c'est l'un des éléments qu'il me manque pour finir nos shakos.
Je remercie d'avance la communauté de ce forum de l'aide qu'elle pourra m'apporter.
Guillaume

La Béquille

Re: Compagnies de Réserve Départementales

Message par La Béquille » 25 juin 2010, 22:58

Salut,

Bernard Coppens avait à Plancenoit un shako avec une plaque de compagnie de réserve du département de la Dyle.

:salut:

sebastiaan

Re: Compagnies de Réserve Départementales

Message par sebastiaan » 29 juin 2010, 00:23

Bonsoir mon cher,

Ces plaques, étaient principalement les mêmes plaques de shako que celles d' infanterie de ligne: de forme losange ou l' écusson surmonté d' aigle avec le numéro de la légion.

quelquefois ils étaient de métal jaune, ou blanches ou avec le nom de département au tour du numéro, ça dépend de département/compagnie/légion : qui payait, decidait :-)

Sebastiaan
85eme NL

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message