École Spéciale Impériale Militaire

Partagez autour de l’armement, de l’équipement et des pratiques des soldats des guerres napoléoniennes.

Modérateurs : Général Colbert, Cyril

Avatar du membre
Royal Scot's Guard
- Officier Scot -
- Officier Scot -
Messages : 371
Enregistré le : 17 juil. 2017, 10:31
Localisation : Alsace

Re: Boutons : Bouton d'élève de l'École spéciale impériale militaire

Message par Royal Scot's Guard » 21 sept. 2018, 13:51

L'âne a écrit :
21 sept. 2018, 13:27
Royal Scot's Guard a écrit :
21 sept. 2018, 08:28
Merci Très Cher l'Ane, en quelle matière est-ce ?
Je n'avais qu'un vague idée et ne pouvais vous répondre précisément.
Voici ce que m'a indiqué Général Colbert :
"Les boutons étaient souvent en étain pour les boutons de troupes des unités à distinctives argent, et plutôt en laiton pour les régiments à boutons jaunes."
Merci Mon Cher l'Ane, mais s'agit-il là d'un mélange (laiton / étain) puisque la photo nous dévoile du jaune et du gris, ou est ce la photo qui n'est pas de bonne qualité ?
:salut:
Devise des Royals Scot's Dragoons Guards : "Nemo me impune lacessit"

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2355
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Boutons : Bouton d'élève de l'École spéciale impériale militaire

Message par L'âne » 21 sept. 2018, 13:58

Royal Scot's Guard a écrit :
21 sept. 2018, 13:51
Merci Mon Cher l'Ane, mais s'agit il là d'un mélange (laiton / étain) puisque la photo nous dévoile du jaune et du gris, où est ce la photo qui n'est pas de bonne qualité ?
Je ne puis dire si le laiton peut s'agréger à l'étain. J'en doute.
Aurea mediocritas

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Adjudant sous-officier
Adjudant sous-officier
Messages : 1368
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Re: Le premier officier de l'École spéciale militaire tué

Message par C-J de Beauvau » 21 sept. 2018, 14:13

Bernard a écrit :
21 sept. 2018, 11:38
Maria Kel a écrit :
04 nov. 2016, 12:56
Je ne vous le fait pas dire. Mon arrière grand père est mort sur le front à Vaucquois. Sa veuve reçut 150 francs. :roll:
Quelqu'un saurait-il si l'Empereur était plus généreux avec les veuves et les orphelins de ses braves ? :?:
Selon l'INSEE, 150 francs de 1916 équivalent à 385,77 euros de 2017.
Vous répondez à une personne qui a posté ceci le 04 nov. 2016 , et qui n'est plus sur ce forum depuis belle lurette ! Elle risque de ne pas lire votre message !

Merci pour cette équivalence ,mais sachant que le Franc germinal restera relativement stable jusqu'en 1914, puis qu'il accompagnera le développement du pays et de sa richesse pendant 125 ans, jusqu'en 1928 avec l'avènement du « franc Poincaré ». En 1915, un franc équivalait à 2,53 euros (2007)
Mais s'après un document publie par les services de communication de la Banque de France, 1 Franc 1803 équivaut à 15.72 Francs 1999.
1 fr de cette époque équivaut à environ 3,2 euros donc X 150 égale 480 €
"Avertissement
Les données employées par le convertisseur sont des données statistiques donc par nature incertaines. L'incertitude s'accroît avec l'éloignement des dates considérées par rapport à la période actuelle".

https://www.insee.fr/fr/information/2417794
Elles ne peuvent être l'objet d'une référence juridique.
http://dictionnaire.sensagent.leparisie ... ais/fr-fr/
Donc querelle de chiffre ! Ou alors en rapport au cout de la vie au quotidien ? Mais vu le salaire des gens, cela semble surestimé .
Voici selon "Forum des Amis du Patrimoine Napoléonien" les prix et les salaires et soldes de l'époque à vérifier
Vers 1807, la moyenne des salaires est de 3,35 francs par jour.
Les moins biens payés sont les terrassiers, hommes de peine et de journée dont le salaire minimum est de 1,50 franc.
Ce salaire atteint
3,50 francs pour les bijoutiers.
6 francs pour les peintres, orfèvres,
7 francs pour les tailleurs de pierre.
(Salaires à Paris)
Le pain coute, en 1811, 40 centimes la livre à Paris.
A titre de complément, voici une liste des soldes attribuées aux soldats :
Infanterie Tambour : 40 centimes /j
Fusilier : 30 cents/j
Grenadier : 35 cent/j
Caporal : 45 cents/j
Sergent et fourrier : 62 cents/j
Sergent major : 80 cents/j
S/Lieutenant : 2.77 francs/j
Lieutenant : 3.47 f/j
Capitaine : 6.66 f/j
Chef de bataillon : 10 f/j
Major : 11.94 f/j
Colonel : 13.88 f/j
Cavalerie
-Cavalerie Lourde
Mdl/C : 1 f/j
Mdl : 90 cents/j
Fourrier : 90 cents/j
Brigadier : 52 cents/j
Carabinier : 38 cents/j
Cuirassier : 0.38 cents/j
Trompette : 75 cents/j
-Cavalerie légère
Mdl/C : 88 cents/j
Mdl : 75 cents/j
Fourrier : 75 cents/j
Brigadier : 47 cents/j
Dragon/Chasseur/Hussard : 33 cents/j
Trompette et tambour : 70 cents/j
Artillerie
-A pied Sergent major : 1.44 f/j
Sergent et fourrier : 98 c/j
Caporal : 71 c/j
Artificier : 51 c/j
1er canonnier : 46 c/j
2eme canonnier : 37 c/j
Tambour : 46 c/j
-A cheval
Mdl/C : 1.54 f/j
Mdl : 1.08 f/j
Brigadier : 81 c/j
Artificier : 61 c/j
1er canonnier : 56 c/j
2eme canonnier : 47 c/j
Trompette : 70 c/j
Officiers généraux
Général de brigade : 27.77 f/j
Général de division : 41.66 f/j
Sur ces sommes, le soldat verse environ 32 à 35 centimes à l'ordinaire, 10 centimes pour le linge et les chaussures.
A l'époque on exprimait la valeur des centimes en sous, un Franc valant 20 sous.
A savoir aussi que les soldes sont versées après les combats, et que l'Etat considère qu'il ne doit plus rien aux morts...
http://lesapn.forumactif.fr/t7215-1-franc-euro

:salut:
La guerre c'est le massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent et ne se massacrent pas
Paul Valéry

Avatar du membre
Napolitaine
Princesse de Bourgogne
Princesse de Bourgogne
Messages : 642
Enregistré le : 30 juil. 2017, 22:04

Re: Le premier officier de l'École spéciale militaire tué

Message par Napolitaine » 21 sept. 2018, 15:22

Wow les cuirassiers...
Il est fou de constater que certaines personnes peuvent dire des insanités sans paraître vulgaire, alors que d'autres le sont juste en vous disant bonjour.

Avatar du membre
Général Colbert
- Sous-lieutenant Lancier Gde -
- Sous-lieutenant Lancier Gde -
Messages : 977
Enregistré le : 26 août 2017, 13:24

Re: Boutons : Bouton d'élève de l'École spéciale impériale militaire

Message par Général Colbert » 21 sept. 2018, 15:47

Auriez-vous une photo du revers ?
en principe les élèves de l'ESIM portaient l'uniforme de l'infanterie de ligne : j'en déduis que les boutons devaient être en métal jaune (laiton) et dorés pour les cadres.

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Adjudant sous-officier
Adjudant sous-officier
Messages : 1368
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Re: Boutons : Bouton d'élève de l'École spéciale impériale militaire

Message par C-J de Beauvau » 21 sept. 2018, 17:35

Je profite de ce sujet pour solliciter les lumières du Général Colbert ou d'un autre spécialiste bien sur
Je possède 2 boutons que voici recto et verso


Image
Image

L'un à l’arrière en "os" et l'autre en métal . Pouvez vous me donner des informations , sur l' origine, et sur cette différence de revers ?


Cordialement
:salut:
La guerre c'est le massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent et ne se massacrent pas
Paul Valéry

Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1101
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Le premier officier de l'École spéciale militaire tué

Message par Bernard » 21 sept. 2018, 18:10

C-J de Beauvau a écrit :
21 sept. 2018, 14:13
Merci pour cette équivalence ,mais sachant que le Franc germinal restera relativement stable jusqu'en 1914, puis qu'il accompagnera le développement du pays et de sa richesse pendant 125 ans, jusqu'en 1928 avec l'avènement du « franc Poincaré ». En 1915, un franc équivalait à 2,53 euros (2007)
Mais s'après un document publie par les services de communication de la Banque de France, 1 Franc 1803 équivaut à 15.72 Francs 1999.
1 fr de cette époque équivaut à environ 3,2 euros donc X 150 égale 480 € Bien différent de l'INSE "38 577,22 € " qui d'ailleurs prend des distances avec ses chiffres
"Avertissement
Les données employées par le convertisseur sont des données statistiques donc par nature incertaines. L'incertitude s'accroît avec l'éloignement des dates considérées par rapport à la période actuelle".

https://www.insee.fr/fr/information/2417794
Elles ne peuvent être l'objet d'une référence juridique.
http://dictionnaire.sensagent.leparisie ... ais/fr-fr/
Donc querelle de chiffre ! Ou alors en rapport au cout de la vie au quotidien ? Mais vu le salaire des gens, cela semble surestimé .
Dont acte ! Mais je réagissais à un message plus récent.
Je voulais simplement souligner la difficulté de comparer le franc de 1916 à l'euro actuel... et montrer qu'il est quasiment impossible de traduire en euros d'aujourd'hui les prix des années de l'Empire. Les notions de salaire moyen sont trop disparates (autant dans le temps que dans l'espace) pour constituer des sources totalement fiables. Quant aux prix, il faut utiliser des références similaires. Ce qui n'est pas simple.

En réalité, j'ai mal utilisé le convertisseur de l'Insee. Il s'agit, avant 1960, d'anciens francs. Il faut donc lire que 150 francs de 1916 équivalent à 385,77 euros d'aujourd'hui (ce qui représente déjà une multiplication par près de 17) !

Pour vos remarques, c'est un sujet sur lequel j'ai eu l'occasion de travailler. Les sources sont souvent divergentes ou trop locales : par exemple, Paris est encore moins la France à l'époque et des références géographiques disparates faussent parfois les séries ; il y a peu de séries longues comparables entre elles ; enfin, un prix peut fortement changer sur une très courte période, notamment durant les années de disette qui ont précédé et suivi l'Empire. On peut utilement se référer à l'excellente étude de Paul Paillat : https://www.persee.fr/doc/reco_0035-276 ... 2_6_406875.
Parmi les références intéressantes, il faut citer un mémoire de DEA sur l'évolution des salaires en France entre 1450 et 1940 (Dorothée Rouzet, 2005). Prenant les années 1905-1913 pour base 100, il montre que :
- les salaires nominaux étaient de 45 en 1815 (séries de Rosenthal et Bayet),
- les prix à la consommation étaient de 80 en 1820 (série de Toutain).
Cela indique que les salaires ont progressé plus vite que les prix, et donc que le pouvoir d'achat s'est logiquement amélioré durant ce siècle.
L'étude s'arrête malheureusement en 1938, année pour laquelle ces indices sont de :
- 832 pour le salaire nominal,
- 716 pour les prix à la consommation.
La hausse relative du salaire est moins importante sur cette période mais on note surtout l'accélération de l'inflation.
Entre 1820 et 1938, les prix ont été multipliés par 9, les salaires par 18 (j'arrondis tous ces chiffres parce qu'il s'agit tout de même de données approximatives).
Entre 1938 et 2017, les prix ont encore plus progressé : 100 francs équivalent à 51,44 euros (337,42 francs).

En résumé, pour transformer les francs du premier Empire en euros d'aujourd'hui (en parité de pouvoir d'achat), il faudrait approximativement les multiplier par 9 (soit la multiplication de 18 évoquée ci-dessous abaissée par 0,5 pour prendre en compte l'évolution des années suivantes).

Pour reprendre vos chiffres, oublions les salaires qui reflètent d'autres considérations mais, lorsque vous relevez que le pain coûtait 40 centimes la livre en 1811, cela peut se traduire par 3,60 euros (attention, en 1811, il s'agit bien de 500 grammes pesés, pas d'une baguette actuelle qui pèse au mieux 250 grammes).
Mais d'où viennent ces 40 centimes ?
Le Journal de Lyon du 7 mars 1815, par exemple, montre qu'il faut manipuler les prix de l'époque avec beaucoup de prudence :
"Le pain de quatre livres première qualité, autrement pain de boulanger, est diminué de cinq centimes, à dater d'aujourd'hui : ainsi il ne se paye plus que 11 sous. Le prix du pain de quatre livres même qualité, qui se vend dans les marchés les mercredi et vendredi de chaque semaine, est aussi baissé de cinq centimes ; il ne vaut plus que 10 sous. Le pain bis-blanc, aliment de la classe indigente, qui se vend aussi dans les marchés, est diminué de dix centimes ; ainsi il ne coûte plus que 7 sous, ce qui fait un peu plus de 8 centimes par livre. Il y a un an, à pareille époque, le pain de quatre livres première qualité se vendait 14 sous, et dans l'année 1813 il a valu jusqu'à 18 sous. La diminution du prix du pain rappelle naturellement une anecdote du commencement du règne de Louis XVI. Ce roi se promenait seul et à pied aux environs de Choisy. Il aborde un paysan qui ne le connaissait pas, et lui demande quel était le prix du pain. Le paysan lui répondit qu'il coûtait plus de trois sous la livre. « C'est trop, dit le monarque; il faut que les Français mangent le pain à meilleur marché. » Ce vœu, que ce bon roi n'eut jamais le bonheur de voir accompli, se trouve réalisé presqu'au moment où son auguste frère a été rendu a nos vœux." Sur cette base, le prix du pain varie donc à Lyon entre 7 et 11 sous les 4 livres, soit entre 35 et 55 centimes les deux kilos.
Et comment interviennent les taxes qui grevaient ce prix ? A Paris, en 1811 la taxe était de 70 centimes (75 centimes à partir du 7 novembre) par pain de deux livres de première qualité, mais aucune taxe ne pesait sur la qualité inférieure. En 1815, toujours à Paris, la taxe était de 55 puis de 70 centimes sur la première qualité. C'est loin d'être insignifiant...

Il y a de quoi être perplexe, non ?

Avatar du membre
Général Colbert
- Sous-lieutenant Lancier Gde -
- Sous-lieutenant Lancier Gde -
Messages : 977
Enregistré le : 26 août 2017, 13:24

Re: Boutons : Bouton d'élève de l'École spéciale impériale militaire

Message par Général Colbert » 21 sept. 2018, 18:33

Je vois qu'il y a une nette différence de qualité de frappe, celui de gauche fait officier. L'aigle me semble être celui de la garde impériale. Je n'ai pas de source sous la main, mais il me semble que des sujets traitent des boutons dans le Bivouac des reconstitueurs et Militaria. il me semble avoir déjà lu quelque chose là dessus.

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Adjudant sous-officier
Adjudant sous-officier
Messages : 1368
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Re: Boutons : Bouton d'élève de l'École spéciale impériale militaire

Message par C-J de Beauvau » 21 sept. 2018, 18:48

Tres bien merci , et à propos du métal ou de l'os pour le revers ?
:salut:
La guerre c'est le massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent et ne se massacrent pas
Paul Valéry

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Adjudant sous-officier
Adjudant sous-officier
Messages : 1368
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Re: Le premier officier de l'École spéciale militaire tué

Message par C-J de Beauvau » 21 sept. 2018, 18:55

En effet c'est compliqué d'avoir des certitudes et de s'y retrouver à travers tout cela .

:salut:
La guerre c'est le massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent et ne se massacrent pas
Paul Valéry

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Correspondance d'un élève de l'école militaire
    par Belle Poule » 02 mars 2015, 17:15 » dans Livres - Revues - Magazines
    1 Réponses
    909 Vues
    Dernier message par Christophe
    02 mars 2015, 22:38
  • Napoléon enseigné à l'école
    par Pierre B 14 » 24 août 2015, 15:50 » dans Liens impériaux
    9 Réponses
    3611 Vues
    Dernier message par Bonavita
    02 avr. 2016, 15:42
  • Exposition: A l'école des princes
    par Le Briquet » 12 févr. 2018, 14:01 » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    154 Vues
    Dernier message par Le Briquet
    12 févr. 2018, 14:01
  • Quand l'école a rendez-vous avec l'Histoire !
    par J-B Laborde » 15 févr. 2015, 08:37 » dans L'actualité napoléonienne
    2 Réponses
    642 Vues
    Dernier message par François H
    24 févr. 2015, 22:19
  • Conférence Ecole St-Cyr Coëtquidan par les Frères Mutte !
    par MJB-editions » 18 mars 2014, 13:41 » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    450 Vues
    Dernier message par MJB-editions
    18 mars 2014, 13:41