Les sapeurs : Les sapeurs de la Garde à Waterloo

Partagez autour de l’armement, de l’équipement et des pratiques des soldats des guerres napoléoniennes.

Modérateurs : Général Colbert, Cyril

Adjoint

[SAPEURS]

Message par Adjoint »

Comme j'ai dit, je crois qu'il y avait des analogies aux tambours. Citons le manuel d'infanterie pour les devoirs du tambour-major :

Le tambour-major est un sous-officier élu au choix du conseil d'administration. Il fait partie de l'état-major; il est le chef des tambours et cornets; c'est de lui qu'ils recoivent l'ordre qui lui a été donné au cercle. Il régle leurs chambrées et ordinaires, veille a la propreté de leurs chambres, et fait leur appel. Il commande leur service au moyen d'un controle par rang de compagnies. Il a le droit de coucher seul. Il loge avec le caporal-tambour et les musiciens; il fait ordinaire avec les sergents.
(...)
Les tambours-majors doivent assister a l'école de leurs tambours, et leur faire donner la lecon sous leurs yeux, par le tambour-maitre.


Et voyons par exemple art. 25 du réglement du 1er janvier 1791 sur la composition des régiments d'infanterie :

Le tambour-major aura le rang de sergent-major, et commandera en cette qualité, tant aux musiciens qu'aux tambours ; l'autorité du tambour-major sur les tambours n'empéchera point qu'ils ne restent en meme temps soumis aux ordres des officiers et sous-officiers des compagnies dont ils feront partie.

Si on veut réunir et faire commander 32 hommes, et ne pas élever l'effectif donné, il faut prendre les chefs parmis ces 32 hommes. Et il faut voir que le service des sapeurs se limite aux parades, aux fonctions de jalonneurs dans l'ordre de bataille de leur bataillon (ou ils sont placés en serre-file), et aux petits travaux en campagne peut-etre. Ce n'est pas la peine de créer alors deux sous-officiers supplémentaires et les attacher a l'état-major, parcequ'ils ne feraient qu'élever les frais, sans apporter un meilleur commandement.

Ils restent donc, comme les tambours, attachés a leur compagnie, ce qui veut dire qu'ils "restent soumis aux ordres des officiers et sous-officiers des compagnies", et pour le service spécifique des sapeurs, on les fait tous réunir sous le commandement de leurs sous-officiers. Mais comme le service des tambours est bien plus exigeant et surtout nécessaire dans chaque compagnie, les fonctions du tambour-major et du tambour-maitre sont a part. Ce n'est pas le cas des sapeurs, qui ne sont, avec une légere exagération, qu'une "décoration"...

Quant a la subordination, je n'y vois aucun mystere. La compagnie du sergent de sapeurs est toujours formée des 8 escouades sous les 8 caporaux, des 4 subdivisions sous les 4 sergents, des 2 sections sous le commandement des officiers. Le sergent de sapeurs ne figure pas dans sa chaine de commandement et n'influence aucunement le service de la compagnie. Il est surnuméraire, comme par exemple le 3e sergent créé pour le pied de guerre dans les régiments selon le réglement du 1er avril 1791, ou comme le 5e sergent, les 9es et les 10es caporaux et appointés selon l'ordonnance du 17 mars 1788 attachés a la 1re subdivision et a la 1re, 2e , 3e et 4e escouades respectivement.

Amicalement

Jakub

LaBûche

[SAPEURS]

Message par LaBûche »

Donc le sergent devrait porter la hache comme ses hommes, ayant dans la compagnie où il est attaché le rôle de sapeur...

Il réunissait tous les sapeurs de son corps (vielle garde, moyenne et jeune???) pour les défilés et parades où il exerçait son commandement avec le caporal.

En résumé c'est son rôle...

La Buche

Adjoint

[SAPEURS]

Message par Adjoint »

Donc le sergent devrait porter la hache comme ses hommes, ayant dans la compagnie où il est attaché le rôle de sapeur
Je crois ne pas avoir dit ca... :)

Il peut tres bien rester attaché a sa compagnie et ne pas porter la hache, le service du "porte-hache" n'est en rien indispensable dans la compagnie, surtout s'il y en a 15, 14, 7 ou 6 autres dans le bataillon (suivant la période). Je fais confiance a M. Jouineau, je cherche seulement d'autres sources.

Quant aux sapeurs des fusiliers, et des régiments de la jeunde garde généralement, ils ne sont officiellement créés que par décret du 16 mars 1813, bien qu'existant deja avant cette date. Ils sont 16 par régiment (voir Rousselot, pl. 101). Je dirais, sans pouvoir s'appuyer sur une source, que leur situation était analogique a la ligne, donc un des 16 sapeurs aurait été nommé chef et caporal? Ce qui est "certain" c'est que les sapeurs de la jeune garde ne défilent pas devant les régiments de la vielle garde, je verais cela comme tres impropre (la jeune garde n'est d'ailleur jamais embrigadée avec la vieille garde).

Amicalement

Jakub

artillerieacheval

sapeur dans les Grenadiers a Pied de la Garde Imperiale

Message par artillerieacheval »

Dans la Garde Impériale que le sapeuer a porté les distinctions d'un sergent. Ils ont été classés cependant tout comme caporaux. Ils ont formé le premier désordre du régiment, dans l'essence ils étaient les Grenadiers supérieurs. Ils ont été choisis par le bulletin de vote.

La barbe était obligatoire, pour être du noir ou le marron sombre et au moins 6pouces de long.

Le habit longe d'uniforme après 1 Jan 1810 était quant au grenadier. Sur chaque manche supérieur il a porté les insignes d'hache traversés sous une grenade embelli dans l'or, l'écarlate approchée. Sur le retroussis il a porté les insignes d'hache traversés aussi embelli dans l'or sur rouge. Les chevrons d'anciente ont été portés derrière les insignes d'hache traversés sur le manche supérieur. Le col, les revers, les paremonts, retrousis, les poches longs, les coutures de sleave et taille a été dans le gallon l'or et ecarlette en chevrons. 22 mm galonage pour les poches longues, le col, retrousis, taille, et 12 mm pour les paremonts, revers etc

Dans 1989 mon groupe paradé comme Grenadiers a pied pour le quatrième temps aux cérémonies solennelles pour marquer la mort de l'Empereur. A cette parade nous avons eu trois sapeuers (2 soldat et 1 sergent) les Grenadiers de des un bigarré et un sapeur pour le chasseurs un bigarré, portant le 1810 uniforme j'ai traité ci-dessus. Le chasseurs avait mélangé l'or, la dentelle vert et écarlate en chevrons. J'ai des photographies de cet événement que je peux poster. Parmi le chasseurs, qui étaient alors la partie de mon groupe était Christian Colmont, Vincent Bourgeot parmi les autres.

Adjoint

[SAPEURS]

Message par Adjoint »

Bonjour Paul,

ils ne portent pas les "distinctions d'un sergent", mais ses attributs, c'est a dire les épaulettes, raquettes, cordon et dragonne mélangés rouge-or, les marques distinctives correspondant a leur grade (rien donc pour les sapeurs ayant le rang de caporal apres 1804, les galons de caporal pour le caporal-sapeur et le galon de sergent pour le sergent de sapeurs), c'est juste pour préciser, je crois que le mot "distinction" concerne surtout les marques distinctives du grade.

J.

artillerieacheval

Message par artillerieacheval »

Le Sapeur porte les épaulettes et cordon du bonnet à poil pour les sergents.

Les corporal sapeur porte le même avec les galons aurore pour le grade.

Les sergent sapeur porte les galon du sergent et porte les épaulettes et cordon du bonnet du sergent-major

Je consens que le sapeur a porté les distinctions d'un sergent dans leur épaulettes et les cordes, mais ont été classés comme caporaux seulement sur le plan du salaire, le corporel être un sergent et le sergent un sergent-major. Aussi, sur la parade portant les gants a crispin le galons du grade ne serait pas visible.

Adjoint

[SAPEURS]

Message par Adjoint »

Je suis d'accord sauf pour les grades du caporal sapeur et du sergent sapeur, effectivement selon la solde le sergent ne differe en rien des autres sergents du corps, le caporal ne touche pas la solde de sergent et gagne un peu plus qu'un caporal, le sapeur ayant le rang de caporal recoit aussi la solde de caporal.

Amicalement

Jakub

Jullio

[SAPEURS] Attributs de sergent pour les sapeurs de la garde

Message par Jullio »

Une gentille question :

D'après C. Colmont, les têtes de colonnes (sapeurs et musiques) de la garde avaient les distinctives de sergent. Par là, on sous-entendait des épaulettes rouge et or, bonnet de police, garniture chapeau et bonnet d'ours rouge et or également.

Or, on voit en reconstitution, et sur plusieurs gravures des cordons de bonnet blancs pour les tambours.

Serait il possible de clarifier l'ensemble? J'ai un sapeur et un tambour qui me bombardent de questions.

dodu

[SAPEURS] Attributs de sergent pour les sapeurs de la garde

Message par dodu »

Au début de l'Empire, ils avaient un uniforme simple avec cordon raquette blanc, épaulettes rouges. Puis à partir de 1811 un uniforme de sergent épaulettes or et rouge et galonnages .... voir les planches de Rousselot

Il y a donc deux types d'uniformes pour deux périodes :
1- 1805-1811
2- 1811-1815

Le Grognard 21

[SAPEURS] Attributs de sergent pour les sapeurs de la garde

Message par Le Grognard 21 »

:salut:

Il ne faut pas oublier que sous le consulat, il y a eu du changement dans les uniformes en 1801.
car de 1799 à 1801, les uniformes de la garde des consuls étaient ni plus ni moins que les anciens de la garde du directoire et de la représentation nationale qui n'ont eu que les les ornements de changés comme les plaques de bonnet et les boutons, etc. Pas la coupe de l'uniforme, du moins pas en pratique si on en croit les différentes peintures ou gravures et les textes de l'époque.

Il n'y a rien du coté des planches rééditées chez LCV?

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Sapeurs pompiers impériaux
    par Joker » 08 mai 2019, 20:38 » dans L'actualité napoléonienne
    3 Réponses
    228 Vues
    Dernier message par Soldat Inconnu
    10 mai 2019, 11:21
  • Une autre expo Waterloo... à Waterloo...
    par Citoyenne Sophie » 19 mai 2015, 13:28 » dans L'actualité napoléonienne
    4 Réponses
    1372 Vues
    Dernier message par Demi-solde
    31 mai 2015, 20:16
  • GARDE REPUBLICAINE
    par Route Napoleon » 15 août 2015, 12:47 » dans L'actualité napoléonienne
    2 Réponses
    657 Vues
    Dernier message par J-B Laborde
    17 août 2015, 08:15