[CAVALERIE] Comportement et létalité de la cavalerie face au feu?

Partagez autour de l’armement, de l’équipement et des pratiques des soldats des guerres napoléoniennes.

Modérateurs : Général Colbert, Cyril

d'hautpoul

CAVALERIE : CHARGE des Cuirassiers à WATERLOO

Message par d'hautpoul » 20 janv. 2004, 01:06

bonsoir cher Romain
-le sergent Willian Laurence,du 40e régiment; donne sa version des charges de cavalerie.
--"Indomptés,les cuirassiers se reformérent.Immédiatement nous nous mîmes en carré,les artileurs au centre.On nous avait donné l'ordre de viser,non les hommes,mais les chevaux.Ayant réservé notre feu jusqu'au dernier moment,nous fîmes un terrible carnage.Les canons abandonnés sur ordre par les artilleurs au moment de la charge étaient recouvrés,cependant que les cuirassiers démontés cherchaient à s'échapper.Mais ils étaient trop lourds et nos hommes les faisaient prisonniers"_
--l'enseigne Gronow,du 1er régiment de la garde anglaise décrit ,le feu de l'artillerie ennemie ayant céssé,la charge de la cavalerie française.
"-----..en apparence,les assauts de la cavalerie étaient formidables,mais à tout prendre,mieux valait y faire face que d'avoir à subir le feu de l'artillerie qui reprenait dés que les cuirassiers,dont les cuirasses résonnaient sous les balles,tournaient bride pour se reformer.Les escadrons qui tombaient sur nous,ceux de Kellerman et de Milhaud comptaient bien six ou sept mille hommes.Les tirs de l'artillerie étaient trés meurtriers.Quand à nous nous avons fait une grande hécatombe de chevaux,de ces beaux chevaux qui,malgré les éfforts de leurs cavaliers,s'arrêtaient frémissants et couverts d'écume à vingt-cinq ou trente pas de nos lignes,refusant d'avancer contre nos rangées de baionettes.___
--Le capitaine Samuel Rudyard,de la batterie de neuf du Major Lloyd explique comment ses piéces purent être utilisées contre les charges de cavalerie françaises--
"derriére notre batterie était un petit creux et ,au-delà,nos carrés.Dans le petit creux ;était tout l'attirail qui accompagne une batterie.Lorsqu'il fallait des munitions,elles provenaient d'un bosquet voisin où un jeune officier allait les prendre.Le terrain sur lequel étaient les piéces était tout haché par le recul,labouré et troué par le tir adverse.Nous avons essuyé au moins cinq ou six charges de cavalerie.Nous allions alors nous réfugier dans les carrés non sans avoir tiré jusqu'au dernier moment.Puis lorsque nous étions dégagés par notre propre cavalerie,nous retournions à nos piéces que nous pointions à nouveau vers l'ennemi.J'ai vu des groupes de quatre ou cinq cavaliers rester debout pour un moment,sur leur chevaux,serrés les uns contre les autres,tués par une volée de mitraille"

Jonathan

Re: CAVALERIE : CHARGE des Cuirassiers à WATERLOO

Message par Jonathan » 20 janv. 2004, 03:02

Salut mes ami(e)s : :salut:

Nous ne devrions pas oublier la charge brillante de Kellermann au Quatre-Bras, en lesquels il a débordé et a capturé une couleur du 69th Foot, a culberté un carré de Brunswickers, et a débordé une compagnie d'artillerie britannique. La journeé de Mont-Saint-Jean...

Les sources Anglo/KGL et Dutch/Belgian ont réclamé qu'aucune des 20 carrés n'était cassée, mais il semble que certains d'entre elles ont été pénétrés et sévèrement coupés par autant de12 charges répétés par la cavalerie française. Le colonel britannique Frazer a dit le suivant sur le sujet : "n'a jamais fait la cavalerie se comportent tellement noblement, ou ont été reçus par l'infanterie tellement fermement." En outre, on ne savez pas d'aucune réclamation d'un carré FRANÇAISE était cassée.

Le brigadier Pilloy était dans le 9ème cuirassiers ; avait été détaché en tant qu'ordonnace la nuit avant la bataille. Laissant ce devoir, il a rejoindre le 5ème cuirassiers avant de rejoindre son régiment. Il a chargé des trois fois chez les 5e contre un carré anglaise. Il déclare que les cuirassiers sont penetrés dans l'infanterie en carré. On peut estimer que c'étaient les carrés combinés du 69th + 33rd et/ou le 30th + 73rd. Notez que le soixante-neuvième avait été cassé le jour anterior- par Kellerman ! Le brigadiers a alors rejoint les 9ème cuirassiers dans leur combat avec la cavalerie anglaise et par le reste du journeé.

PILLOY (Etienne-Nicolas) : Lettres du brigadier Pilloy - 13e Cuirassiers, 9e Cuirassiers, 2e Cuirassiers de la Garde Royale (1813-1821). Pub. par E. Tattet.
P., Leroy, s. d., gr. in-8, 26 pp., demi-chag. bleu nuit . Lettres sur les campagnes de 1813 à 1815 et sur la vie militaire au début de la Restauration. Tiré à part du Carnet de la Sabretache 2d Serie, Vol VI (1907).

Aucun compte primaire de la cavalerie ne confirme directement le Pilloy : Octave Levavasseur, le colonel comte Michel Ordener, le g'al Kellerman, le colonel Trefçon, le Major Letang, Lemonnier-Delafosse, etc... Parmi les historiens, ni Becke, ni Blond, ni Lachouque n'a décrit la rupture d'un carré.

En outre, un batallion de Hanoverians sous les ordres d'Ompteda et les 5èmes et 8èmes batallions du KGL ont été pris, dans la ligne, par des cuirassiers, plus tard, et culbertés, le KGL perdant deux couleurs.

Il y a le mystère d'une couleur capturée par les chasseurs à cheval de la Gard. Selon Pierre Charrié (Les Drapeaux Conquis en 1815, en Revue des Amis du Musée de l'Armée), Lefebvre-Desnoettes a écrit à Druout déclarant que le capitaine Klein de Kleinenberg a capturé une couleur britannique. C'aurait été contre des troupes en carré. M. Charrié a examiné les etats du service de Klein qui sont préservés dans les archives de la guerre. Ce qu'ils disent est que Klein " ....a eu un cheval tué sous lui dans un carré belge dont il a enlevé le drapeau le 18 juin 1815". Nous savons que les troupes Hollandaises n'ont eu aucune couleur parce qu'elles étaient des aucuns présentés jusque d'après Waterloo. M. Charrié est également de l'opinion qu'il est inconcevable que les habits rouges des Anglais, Hannoverian et troupes de KGL pourraient être confondus avec l'infanterie belge. La confusion avec l'infanterie de habit noir de Brunswick est également peu probable. M. Charrié continue pour suggérer que le "Belge" pourrait avoir voulu dire Nassauer, mais aucun n'était à proximité. KGL serait peut-être un meilleur choix ? Peut-être notre collègue M. Coppens a une recherche plus récente?? :mrgreen:

En outre il y a des indicaations que cetttes couleurs ont été prises :
Un drapeau 'anglais ' pris par le fourier Isaac Palau de 9e cuirassiers.
Un drapeau 'anglais ' pris par le cuirassier Gauthier de 10e cirassiers.
Ceux-ci n'ont jamais été comfirmées ni ont entièrement identifié.

Naturellement, on doit voir que le chevalier courageux et agile pourrait pénétrer un carre, prendre une couleur et faire d'une évasion, sans le carre s'étant destruit.

Bien amicalement,

-Jonathan

Jonathan

Re: CAVALERIE : CHARGE des Cuirassiers à WATERLOO

Message par Jonathan » 20 janv. 2004, 21:50

Salut encore : :salut:

Merci à vous, cher Route ! :mrgreen:

Clairement, les historiens anglais qui impliquent que les charges de la cavalerie lourde française ne firent aucun effet sur les carrés Anglo-Alliés disent cela par erreur. Les charges étaient "pressed home" et les carrés ont directement assaillis. De l'autre côté, il s'avère qu'aucun des vingt carrés n'a mis des armes à bas ou a cessé de résister. Ils ne sont pas d'Autrichiens !

Comme Wellington a dit, "il était une chose proche-faisant" - "it was a near-run thing."

Bien amicalement,

-Jonathan

boniface de la baffe

[CAVALERIE] Comportement et létalité de la cavalerie face au feu?

Message par boniface de la baffe » 21 déc. 2015, 09:53

Salut,

Je voudrais savoir ce qui se passait quand la cavalerie chargeait de l'infanterie qui tirait?

1) Est-ce que la cavalerie résistait mieux aux tirs que l'infanterie? Pour moi, il est plus facile de toucher un cavalier qu'un fantassin. Mais même blessé, le cavalier pouvait continuer sa charge avec une balle dans la jambe.
2) Je sais que les circonstances jouent sur le moral d'une troupe qui charge, mais est-ce que la cavalerie pris par son élan, avait plus de facilité que l'infanterie, à enfoncer un bataillon en ligne de bataille?

Merci.

Bastien

Message par Bastien » 03 janv. 2016, 01:33

Pour la première question, je dirai qu'il y a deux facteurs qui s'opposent. D'une part, le cavalier et sa monture constituent une cible plus importante. Si l'on suppose que les troupes sont en files serrées sur plusieurs rangs, on peut imaginer que les chances de toucher dans le plan horizontal sont importantes. Il n'en est pas de même dans le plan azimutal. C'est donc ce dernier plan qui est déterminant (relire De Brack au besoin). La silhouette d'un cavalier étant plus haute qu'une fantassin, les chances de toucher sont supérieures. Notons que le cheval parait plus exposé que le fantassin, et qu'un cheval avec une balle dans le poitrail n'ira sans doute pas loin...

Ensuite, on peut considérer que les pertes occasionnées pendant le tir de contre-charge peuvent gêner les chevaux des rangs qui suivent (la cavalerie charge en général par vagues successives sur deux rangs), et entrainer d'autres chutes. Ce seront autant de cavaliers qui n'atteindront jamais leur cible.

D'autre part, on peut contrer ces deux premiers éléments en arguant du fait que la cavalerie chargeait deux à trois fois plus vite que l'infanterie, et était - sur le papier tout au moins - exposée au feu moins longtemps que l'infanterie dans des proportions identiques.

Pour la deuxième question, je répondrais oui, si l'on considère la masse et la vitesse du cavalier et sa monture. La force d'impact est énorme sur un simple fantassin. C'est la raison pour laquelle on passe au galop dans les dernières dizaines de mètre d'une charge (la force d'impact évolue en fonction de la masse et du carré de la vitesse).

J'espère avoir répondu à vos attentes. Si d'autres souhaitent développer leurs idées, pas de problème bien au contraire. J'ai fais part de mes idées, je ne prétends pas qu'elles soient toutes pertinentes.

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Reconstitution cavalerie
    par jp. montbazet » 11 sept. 2018, 18:00 » dans Espace visiteurs
    10 Réponses
    1792 Vues
    Dernier message par C-J de Beauvau
    14 sept. 2018, 17:55
  • Les face à face de Blücher et Napoléon
    par Joker » 23 oct. 2019, 19:14 » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    233 Vues
    Dernier message par Joker
    23 oct. 2019, 19:14
  • SABRES : Un An XI de cavalerie légère
    par Asiate » 01 mars 2019, 17:46 » dans Bivouac des reconstitueurs & militaria
    5 Réponses
    387 Vues
    Dernier message par Asiate
    02 mars 2019, 12:20
  • MON PISTOLET DE CAVALERIE 1777
    par Napoléon 1 » 21 août 2019, 11:27 » dans Objets napoléoniens
    1 Réponses
    375 Vues
    Dernier message par Napoléon 1
    21 août 2019, 11:28