Grande tenue et havresac sur le champs de bataille ?

Partagez autour de l’armement, de l’équipement et des pratiques des soldats des guerres napoléoniennes.

Modérateurs : Général Colbert, Cyril

dups

Message par dups » 24 janv. 2015, 13:24

il n'y a pas de règlement (même pour la garde) pour combattre en grande tenue.
Non, car le combat ne se décide pas, la plupart du temps il se déclenche alors que les armées sont en présence. Lors d'une campagne, les grandes batailles entre armées ne sont que le point d'orgue de longues manoeuvres et de petits affrontements de circonstance.

Pour le reste, la tenue en campagne est la tenue de campagne. Les hommes (en particulier les cavaliers) ne peuvent pas forcément tout emporter. Les chasseurs à cheval de la Garde ont fait la campagne de 1806 en habit. On peut supposer que la Garde ait eu dans ses bagages le complément de ses effets, mais je l'ignore.

Le 1er chasseurs à cheval en 1809 aurait même fait la campagne en pantalon d'écurie.

Image

A noter que pour la même campagne une inspection d'un détachement de chasseurs passée à Strasbourg par le général Bourcier constate que les effets sont différents selon les détachements qui arrivent des dépôts. Si on prend simplement les pantalons voici ce qu'il en est pour les 1er, 7ème, 8ème, 11ème, 12ème, 13ème, 16ème, 21 ème, 22ème et 27ème régiments: les culottes sont en usage au 12ème et 21ème et tous les autres ont des pantalons indiqués de couleur grise aux 7ème et 8ème.
Donc le choix de telle ou telle tenue ne se pose pas. La "grande tenue" en campagne sera d'abord une tenue dont le plus grand nombre dispose, propre, buffleterie blanchies et avec les accessoires dont on dispose pour l'agrémenter.

LaBûche

Message par LaBûche » 24 janv. 2015, 13:50

Bonjour,
Pour moi, cela dépend aussi de la période.
Avant 1812, la bataille était considéré comme le bal. Dans la Garde, et je pense aussi dans la ligne, c'est une question morale pour impressionner leurs adversaires (ourson complet, plumet pour sembler plus grand...) En 1807, la tenue blanche fut abandonnée car trop salissante et mauvaise pour le moral (notamment les traces de sang). Le soldat devait tenir soin de son équipement et la capote ainsi que le pantalon de route devaient les protéger. Donc pour moi, en bataille on devait porter l'habit veste, culotte et guêtres avec couvre chef complet (bicorne, shakos ou ourson).
A partir de 1813, ils nedevaient porter que la capote et le pantalon de route. Le reste de la tenue n'est plus disponible sauf pour la Veille Garde. A plusieurs reprises en 1813, l'infanterie de Marine fut confondue avec la Garde car elle portait aussi la capote bleue. En 1815 beaucoup de soldats étaient en tenue civile avec une capote.
Bonne journée.

Bastien

Message par Bastien » 24 janv. 2015, 14:55

Je ne suis pas très au fait pour l'infanterie. La Garde a, me semble t-il, également des guêtres blanches propres à la grande tenue.

Pour le havresac, je pense qu'ils ne s'en séparaient que le moins possible.

dups

Message par dups » 24 janv. 2015, 14:57

La question du havresac est intéressante car cela ne sera pas tranché en 1870. A Spicheren ou Froeschwiller, certains régiments avaient déposés leurs havresacs avant le combat pour être plus mobile. Sauf qu'une fois la bataille perdue, ils ne sont plus repassés sur leurs positions de départ et n'ont plus revu leurs sacs. La retraite qui s'ensuivit accéléra le délitement des troupes. Les soldats n'ayant plus la capacité de se remettre en condition avec leur paquetage.

L'iconographie nous montre généralement le fantassin avec son sac au combat. De la même manière si l'on laisse son havresac, c'est que l'on sait pouvoir le retrouver. Or rien n'est moins sûr à la guerre que de repasser à un endroit duquel les combats peuvent nous éloigner de plusieurs kilomètres voire de dizaines de kilomètres. Je pense que des champs de sac à dos abandonnés par une division montant à l'attaque n'aurait pas manqué de laisser des traces dans les mémoires ou l'iconographie. Pour peu qu'une brigade de cavalerie ou une division passe sur l'ancienne position d'une division, il y a moyen de provoquer un joyeux désordre.

Brigadier 4H

Message par Brigadier 4H » 24 janv. 2015, 19:19

Et le portemanteau, vue que le manteau n'y est pas, outre la toilette (sommaire) doit forcément contenir quelques effets dont la chaude pelisse... :)

dups

Message par dups » 24 janv. 2015, 19:25

Vu ce que doit déjà contenir le porte-manteau, je doute que l'on y rentre la pelisse.
Je doute même qu'elle puisse rentrer dans le porte-manteau vide. Quelqu'un s'y est-il essayé ?

4hussard

Message par 4hussard » 24 janv. 2015, 22:23

Non, je pense qu'elle entre mais tu ne mets rien d'autre donc pour moi c'est exclu.

la remonte

Message par la remonte » 24 janv. 2015, 23:53

C'est maintenant que Monnery peut intervenir intelligemment , lui qui a fait des revues de détails , pour dire si la pelisse fait partie du paquetage ou au contraire si elle est au dépôt ou comme pour la Russie elle suit avec le train ?
Il me semble que pour l'infanterie , c'est typiquement russe que de laisser les havresacs au sol :idea:
Modifié en dernier par la remonte le 25 janv. 2015, 07:58, modifié 1 fois.

Bastien

Message par Bastien » 25 janv. 2015, 01:03

Non, la pelisse n'est pas dans le porte-manteau. Si l'on en croit l'extrait proposé par Mirliton-canon, la pelisse pouvait être portée en sautoir, même au plus fort de l'été.

D'après l'ordonnance pour la cavalerie légère, le porte-manteau contient :
- 2 chemises mises en long
- culotte hongroise retournée et pliée en 4 (on porte le charivari en tenue de route)
- gilet retourné plié en deux
- cravate et mouchoirs dans les recoins
etc...

A cela, on peut y rajouter : (livre d'ordres du 15ème chasseurs)
- une boite de cartouches en plus des 20 que contient la giberne
- une poche pour fers à cheval avec 70 clous (les poches à fer assujetties à la selle sont très tardives, sans doute 1814)
- trousse de réparation (alènes, aiguilles, 6 boutons, etc...)

Entre le sac à distribution et le porte-manteau :
- surtout plié en 4
- gilet d'écurie plié en 4, le bonnet de police à l'intérieur

Sous le couvercle :
- une paire de bottes de rechange
(on ne parle des souliers que pour la cavalerie de ligne...)

Tiré du livre d'ordres des chasseurs à cheval de la garde :
Dans le portemanteau, les chasseurs auront : 2 chemises, 2 mouchoirs, 2 cravates, l’hongroise verte, le gilet rouge tressé, le bonnet de police, la veste d’écurie, une seconde paire de bottes et la trousse. La schabraque de laine et le surfaix noir. Les officiers auront la schabraque de peau d’ours et le petit portemanteau, ils auront dedans : le pantalon vert uni, gilet blanc, bonnet de police et le linge pour une rechange.

Je ne parle pas des musettes, d'autant que ça évolue en fonction des sources.
Modifié en dernier par Bastien le 26 janv. 2015, 16:34, modifié 1 fois.

4hussard

Message par 4hussard » 25 janv. 2015, 08:07

Pelisse portée en sautoir? Tu veux dire pelisse jetée?

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • l'engrais des champs de bataille
    par C-J de Beauvau » 02 avr. 2018, 09:34 » dans L'actualité napoléonienne
    1 Réponses
    199 Vues
    Dernier message par Bernard
    02 avr. 2018, 09:41
  • relique champs de bataille premier empire
    par alexandre12 » 26 mai 2017, 00:50 » dans Objets napoléoniens
    8 Réponses
    1422 Vues
    Dernier message par Asiate
    15 févr. 2019, 14:24
  • petite tenue de grand écuyer
    par la remonte » 15 déc. 2015, 15:26 » dans Objets napoléoniens
    8 Réponses
    1876 Vues
    Dernier message par 5mai
    19 déc. 2015, 02:37
  • Tenue - Colonel-Général Des Suisses
    par 5mai » 26 sept. 2015, 09:48 » dans Bivouac des reconstitueurs & militaria
    10 Réponses
    3032 Vues
    Dernier message par Général Colbert
    01 avr. 2018, 10:25
  • Champs d'Honneur...
    par L'âne » 28 mai 2019, 06:03 » dans Objets napoléoniens
    3 Réponses
    253 Vues
    Dernier message par C-J de Beauvau
    28 mai 2019, 12:11