SELLERIE : Selle lourde

Partagez autour de l’armement, de l’équipement et des pratiques des soldats des guerres napoléoniennes.

Modérateurs : Général Colbert, Cyril

la remonte

Re: SELLERIE : Selle lourde

Message par la remonte »

difficile de recycler le cuir d'une selle :roll: non c'est plutôt l'usure naturelle par une reconversion civile ou par leur abandon dans une remise à la merci des rongeurs et de la moisissure .
cependant j'ai du mal à imaginer un cavalier qui aurait gardé ses effets ne pas les entrenir au moins de son vivant , ce qui nous amène à une période assez proche .
sur cette derniére photo , c'est avec la selle de Saumur , les seuls exemplaires connus , je serais curieux d'en connaître son poids .
un cheval d' 1.5m à 1.6 est dans la norme , reste à savoir si comme les hommes il était plutôt râblé et noueux . les soldats issus du monde paysan devaient ressembler à certains de nos paysans d'il y a une ou deux générations ( sans pour cela aller dans le sud de l'Europe forcément ) ; courts mais trapus et puissants :idea: le changement de nourriture a fait pousser tout le monde d'1 coup :?
Modifié en dernier par la remonte le 06 févr. 2012, 10:48, modifié 2 fois.
la remonte

Re: SELLERIE : Selle lourde

Message par la remonte »

on trouve ceci dans la Revue historique des armées .
" La selle complète (c’est-à-dire le corps de selle et ses accessoires, sacoches, longe-poitrail, sangles, contre-sanglons, étrivières, étriers, poches à fer, sans oublier la couverture ou le tapis de selle) pèse environ 26 kg, auxquels il convient d’en ajouter à peu près autant pour l’armement portatif (sabre, armes à feu) et les vêtements de rechange. S’y ajoutent les provisions éventuelles et le poids propre du cavalier (ainsi que, pour les cuirassiers et les carabiniers, celui de la cuirasse)."
la taille du cheval est donc relativement moins importante que sa constitution (cheval porteur ou non ) .

dans la même revue on trouve ceci pour 1813 :
" La fourniture des selles et des harnachements, en revanche, quoique difficile compte tenu de l’ampleur de la demande et de la relative brièveté des délais de réalisation, n’a pas connu de blocage majeur. La combinaison des achats à l’étranger (25 522 harnachements et 13 700 selles doivent être fabriqués entre Rhin et Vistule) et des ressources du territoire français (qui compte en 1813 707 ateliers de carrosserie-sellerie occupant 13 000 ouvriers) a permis de doter des équipements nécessaires tous les chevaux de selle ou de trait rassemblés durant ces quelques mois.

:salut:
Bastien

Re: SELLERIE : Selle lourde

Message par Bastien »

Je souhaiterais connaitre les différences entre la selle de cavalerie lourde modèle 1786 et celle de 1804.

Si quelqu'un a des infos... ?
dups

Re: SELLERIE : Selle lourde

Message par dups »

cependant j'ai du mal à imaginer un cavalier qui aurait gardé ses effets ne pas les entrenir au moins de son vivant , ce qui nous amène à une période assez proche .
Je doute que des cavaliers de troupe aient gardé leurs selles. Quand ils quittaient leurs régiment, ils récupéraient des affaires civiles au dépôt et rentraient chez eux à pied (avec une feuille de route à faire viser) Un déserteur n'auraient sûrement pas été bien loin avec un harnachement militaire et surtout sur un cheval appartenant à l'armée à une époque durant laquelle les propriétaires de chevaux de selle étaient peu nombreux et donc attiraient l'attention.

Pour le reste je ne suis pas sûr de "la période assez proche". Si on considère qu'on prenne un soldat de 20 ans en 1815 qui lors de la retraite serait venu se réfugier chez lui durant la retraite et qu'il vive jusqu'à 60 ans, cela nous amène vers 1855... Cela nécessite que pas mal de ses héritiers soient attachés à cette selle "dépassée".
Lacharge

Re: SELLERIE : Selle lourde

Message par Lacharge »

Il y a une quinzaine d'années, je me suis rendu chez les descendants d'un dragon luxembourgeois. L'homme était revenu de la campagne de Russie avec sa selle (et donc probablement son cheval).
La selle pieusement conservée était en fait une selle de cavalerie légère. Elle avait été dépouillée de ses cuirs principaux:
Les possesseurs en avaient retiré le cuir lors d'une des 2 dernières guerres pour en faire des semelles pour les chaussures des enfants. Il restait le loup et les bois.
Si j'en retrouve les photos, je les posterai.

Dans des circonstances comme les guerres, on ne pense pas à collectionner, on pense à survivre et "Au diable l'aieul" pourvu qu'on ne crève pas de faim!

Quand on voit la surface de cuir présente sur une selle de cavalerie lourde, on se dit qu'il y a moyen de réparer pas mal de chaussures!

Ceci dit, ma selle 1874 commence à prendre pas mal de place, il faudra que je la mette en vente.
le Béarnais

Re: SELLERIE : Selle lourde

Message par le Béarnais »

la remonte a écrit :difficile de recycler le cuir d'une selle :roll: non c'est plutôt l'usure naturelle par une reconversion civile ou par leur abandon dans une remise à la merci des rongeurs et de la moisissure .
...:?

Je crains que tu aies une vision bien romantique des choses. :mrgreen:
C’est certainement ton attachement à l'objet qui te rend si péremptoire ...
L’exemple que donne lacharge est très parlant.
Il se justifie très bien dans un monde essentiellement rural où le sens pratique et utilitaire prime avant tout ! L’époque veut que la main d’œuvre soit bon marché mais la matière première rare.
On sait bien comment nombre de surtouts ont fini en gilets d’écurie, pour ne citer que cet exemple….
Une selle de cavalerie lourde de troupe, ramenée ou trouvée localement sur un champ de bataille a fort peut de chance de servir à un cavalier. Un paysan sera trop heureux d’en récupérer certains matériaux pour tous les bricolages dont il aura besoin. Pour les chevaux que ferme que l’on monte peu mais qu’on attèle, les réparations de harnais sont très gourmandes en petites pièces de cuir de toutes sortes. Sans compter tous les autres objet qui n’ont rien a voir avec les chevaux.
Pour avoir passé des étés entiers à faire des réparations sur de vieux harnais de ferme ou d’attelage plus chics (environ 130 pour 25 voitures bien conservées) dans une propriété de famille à tradition cavalière, on ne peut imaginer les rafistolages successifs que l’on retrouve sur les pièces de harnachement ou de sellerie. Et combien de fois on m’a fait utiliser des morceaux de pièces cassées….
Il faut connaitre aussi les habitudes de ce monde rural, d’ailleurs aristocratique ici, on utilise tout jusqu’à la corde et ce qui ne peut plus servir est brulé ! J’ai encore à l’esprit cette réflexion agacée de mon grand oncle qui m’expliquait que son père du faire reconstruire des écuries de chevaux de selle, avant 1900, pour remplacer les magnifiques qui existaient auparavant : « elles avaient été démolies : puisque ça ne servait à rien !!! »
Je ne parle pas d’une autre propriété de famille qui s’était écroulée faute de toiture étanche : Le plombs qui servait aux jointures avait été utilisé pour faire des balles durant la révolution.
Tu veux que je te fasse frémir ?
J’ai vu dans un des greniers, les restes d’une selle de chasseur à cheval de la garde : les quartiers mutilés, des ferrures arrachées de l’arçon.…. On s’était tout simplement servit selon les besoins.
Pour finir, en termes de conservation, la France est loin d’être un modèle. Par exemple pour les selles d’amazone que je connais bien, pour la période fin 19 ème début 20 ème, si je compare avec les selles anglaises, les nôtres sont globalement dans un état lamentable… Et pourtant c’étaient des selles de « luxe » par rapport à une selle de troupe de cavalerie lourde, laquelle n’aurait pas plus servit à un cavalier qui lui aurait tout de suite préféré une selle anglaise, très à la mode ... Donc je doute qu’elle fut souvent usée par quelque civil.
D’ailleurs, toi qui suis de près les objets en salle des ventes, as-tu jamais vu un tableau montrant un civil utilisant ce genre de selle ???
MIMI a écrit : Cette selle effectivement préfigure ce qui sera bientôt le pommeau des selles 1874 et 1884. C'est certainement l'un des derniers modèles de Selle de Postes....

Mimi
:shock: ??? ...préfigure ce qui sera bientôt le pommeau des selles 1874 et 1884... ????
... pourtant les arçons sont bien différents , l'habillage aussi ...

- pourquoi des étriers 1845 militaires ?
- belle bride, pas courante ! ...
- le siège est bien luxueux pour une selle de poste... Je dirais selle de voyage de type " à la lyonnaise" cf Lebrun 1833
la remonte

Re: SELLERIE : Selle lourde

Message par la remonte »

Merci pour toutes vos remarques qui permettent d'éclairer cette question . :salut:
dans le genre dégradation , je vous avais déja évoqué un épis de faîtage représentant un dromadaire , trop peu du goût du nouveau propriétaire en Normandie alors que le lointain précédent était un ancien d'Egypte :(
au vu de la production il reste quand même surprenant qu'il ne reste pratiquement rien . la chose devrait s'appiquer à tout le reste aussi :idea: or on retrouve pas mal de choses chez les antiquaires , choses qui à un moment ont été obsolétes ou auraient pu être également recyclées .
l'an passé , ona assisté à une vente où étaient présentées une grande quantité de brides :?
il faut donc compter sur le hasard des trouvailles comme cet uniforme de trompette retrouvé en Allemagne dans un faux plancher , un jour on nous sortira une selle qui n'aura pas été transformée en godillots , l'Europe est un immense grenier :fou:

encore une chose , sur la derniére photo du Béarnais , on voit bien qu'il n'y apas de passage de sanglon à la base su troussequin ; question longuement évoquée sur ce forum et posée par notre ami Casana et à juste titre puisque ce passage existe sur les planches :shock:

viewtopic.php?f=21&t=22655&start=15
le Béarnais

Re: SELLERIE : Selle lourde

Message par le Béarnais »

la remonte a écrit : ... la chose devrait s'appiquer à tout le reste aussi :idea: or on retrouve pas mal de choses chez les antiquaires , choses qui à un moment ont été obsolétes ou auraient pu être également recyclées ...
l'an passé , ona assisté à une vente où étaient présentées une grande quantité de brides :?
..
C' est très juste ! :salut:

Dans ce contexte, les seules explications que j'y trouve sont :

- moins d'encombrement,
- utilisables ainsi et peu dépendant des nouvelles modes,
- moins sujet à la détérioration: matelassures en laines mites, souris etc..
- moins de surfaces de cuir exploitables.

Pour ce qui est de la seconde question, on touche en plein au charme de l'empire :

Au musée de l'armée par exemple,
montre moi 2 tresses carrés identiques...
explique moi l'aspect "réglementaire" de la tresse plate de l'uniforme des dromadaires ...
... la couleur du manteau déclaré cavalerie légère et sa correspondance avec la description du Goupil

c'est joyeusement déroutant ! non ?
:lol:
la remonte

Re: SELLERIE : Selle lourde

Message par la remonte »

Image

Je ne desespère pas en voir une un jour :? ne serait ce que pour en avoir le coeur net sur ce perçage de courroie qui paraît logique et qu'on ne retrouve pas sur les 2 exemplaires connus .
cette selle est l'héritiére directe de la selle dite royale qu'on retrouve sous les fesses d'un La Guériniére , est elle donc le symbole à mes yeux de l'équitation française , pas question de trot enlevé ni de galop en suspension . à suivre :salut:
Deguignet

Re: SELLERIE : Selle lourde

Message par Deguignet »

difficile de recycler le cuir d'une selle
Les anciens n'étant pas plus idiots que nous, j'ai recyclé le cuir d'une selle Paki en casque en cuir bouilli 1791; :)
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Vol d'une selle de cavalerie lourde (reproduction)
    par Lacharge » 21 déc. 2016, 19:25 » dans Objets napoléoniens
    5 Réponses
    1132 Vues
    Dernier message par Augustin LEGAY
    23 déc. 2016, 17:41
  • SELLERIE : Chabraques
    par L'ARCHEONAUTE » 16 févr. 2017, 08:58 » dans Bivouac des reconstitueurs & militaria
    19 Réponses
    2119 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    31 janv. 2019, 22:38