La reconstitution...De vieux gréements

Partagez autour de l’armement, de l’équipement et des pratiques des soldats des guerres napoléoniennes.

Modérateurs : Général Colbert, Cyril

Bastien

Re: La reconstitution...De vieux gréements

Message par Bastien » 17 juil. 2010, 10:20

DUPS a écrit :Sait-on si la ressource en bois qui rentre en ligne de compte dans cette démarche ?
L'Angleterre est une île aux forêts limitées et déjà fortement exploitées pour tenir son rang sur mer.
La France est plus grande bien plantée et au besoin pouvait peut-être plus facilement se rabattre sur les forêts de pays voisins ?
J'ai hésité à aborder cette partie de la discussion, mais le fait est que oui, au delà du simple intérêt économique de prendre à l'ennemi ses bateaux, la situation particulière de l'Angleterre, et surtout la taille de sa flotte, ont fait que nombre de ses forêts ont été rasées.

Les Anglais n'ont pas non plus hésité à venir se servir chez les voisins, telle l'Irlande, et si l'on peut toujours parler de "green Ireland", les prés ont remplacé les forêts...

Pour finir, il était temps de passer aux coques métalliques, même si les hauts fourneaux ont aussi besoin d'être alimentés en bois et en charbon :mrgreen: !

Pour la France, il me semble que déjà Colbert en son temps avait initié des campagnes de plantation pour la construction marine, forêts qui arrivaient tout juste à maturité pour les besoins de l'Empire.

L'ARCHEONAUTE

Re: La reconstitution...De vieux gréements

Message par L'ARCHEONAUTE » 18 juil. 2010, 19:59

On est jamais mieux servi que par soit même, cette "reconstitution" est issue d'un film Anglais tourné durant la 2GM afin de motiver les troupes face à l'envahisseur. Effectivement en noir et blanc difficile de discerner avec des photos du second Empire. :)
Pour ce qui est du film "Lady Hamilton", la bataille de Trafalgar dure une dizaine de minutes et de nombreuses maquettes sont utilisés avec plus ou moins de bonheur, le noir et blanc donnant un effet assez intéressant. Des décors de navires sont aussi utilisés. Dans ma napoléonothèque, j'ai aussi un vieux film en couleur "Le capitaine sans peur" de Raoul Wash si j'ai bonne mémoire, avec Gregory Peck racontant un épisode de la vie de H HORNBLOWER. Une frégate est utilisée et je me demande bien ce qu'elle est devenue (?)
:salut:


US BRIG NIAGARA
Ce navire fut utilisé en 1812 par Oliver Hazard Perry durant la bataille du lac Erie contre les Anglais.

la remonte

Re: La reconstitution...De vieux gréements

Message par la remonte » 19 juil. 2010, 10:19

L'approvisionnement en bois était stratégique et l'usage des essences bien spécifique .
j'ai trouvé ceci en dommage collatérale en Amérique du nord ;

" Bien que l’exploitation du pin en Amérique soit en progression à la fin du XVIIIe siècle, la grande majorité du bois servant à l’industrie navale provient toujours des pays de la mer Baltique. Ce n’est qu’au début du XIXe siècle que le destin des forêts de pin blanc d’Amérique bascule en raison des conflits entre les Français et les Britanniques. Depuis 1793, la France progresse vers le nord du continent européen de sorte qu’en 1806-1807, l’empereur Napoléon impose un blocus sur la Baltique et prive le Royaume-Uni de sa principale source d’approvisionnement en bois. Les Britanniques se tournent alors vers leurs colonies de l’Amérique du Nord. C’est le début de la fin pour les immenses forêts de pin qui couvrent le nord-est du continent. "

:(

dans les vieux gréements existants vous avez le plus vieux en service ; le USS Constitution :salut:
Modifié en dernier par la remonte le 19 juil. 2010, 11:44, modifié 3 fois.

la remonte

Re: La reconstitution...De vieux gréements

Message par la remonte » 20 juil. 2010, 15:34

ce qui est bien avec les films de pirates c'est que ça se passe toujours dans une ambiance d'eaux turquoises , de vahinés et de cocotiers sous le clair de lune :) alors que le quotidien de ces navires était de faire le blocus au large de nos côtes pendant plus de vingt ans ... et la mauvaise saison au large de Brest ou d'Anvers , ça dure un peu longtemps :( entre 500 et mille bonshommes entassés dans une ambiance humide , j'imagine que les jours de combats étaient vécus comme des jours de fêtes :fou:

chouan !

Re: La reconstitution...De vieux gréements

Message par chouan ! » 20 juil. 2010, 16:50

Pour info : le GRAND TURK bat désormais pavillon malouin. En effet, il a été racheté par l'association Etoile Marine et porte le nom de "Etoile du Roy". Il est visitable actuellement à Saint-Malo.

Sinon, petite question : quelqu'un a-t-il lu l'ouvrage de Remi Monaque sur Trafalgar ? ça vaut le coup de l'acheter ? :salut:

Citoyenne Sophie

Re: La reconstitution...De vieux gréements

Message par Citoyenne Sophie » 20 juil. 2010, 18:00

Je l'ai et il est vraiment très bien. Et oui ça vaut le coup de l'acheter. :salut:

Bastien

Re: La reconstitution...De vieux gréements

Message par Bastien » 20 juil. 2010, 19:07

" Bien que l’exploitation du pin en Amérique soit en progression à la fin du XVIIIe siècle, la grande majorité du bois servant à l’industrie navale provient toujours des pays de la mer Baltique. Ce n’est qu’au début du XIXe siècle que le destin des forêts de pin blanc d’Amérique bascule en raison des conflits entre les Français et les Britanniques. Depuis 1793, la France progresse vers le nord du continent européen de sorte qu’en 1806-1807, l’empereur Napoléon impose un blocus sur la Baltique et prive le Royaume-Uni de sa principale source d’approvisionnement en bois. Les Britanniques se tournent alors vers leurs colonies de l’Amérique du Nord. C’est le début de la fin pour les immenses forêts de pin qui couvrent le nord-est du continent."
La page d'où est tiré le texte :
http://www.ameriquefrancaise.org/fr/art ... es_guerres

Au fait, pour mon édification personnelle, en construction de marine, on se sert du pin blanc à quelle(s) fin(s) exactement ?

Un début de réponse ici :
http://www.ameriquefrancaise.org/media- ... e_1766.pdf
Sa grosseur et sa hauteur le rendent très propre à la Marine.
Autre nom donné au Pin blanc : Pin du Lord Weymouth


Cela confirme mes doutes, à savoir que les propriétés mécaniques d'un tel bois sont assez médiocres, comparées à des essences nobles. J'imagine que la profusion, alliée à une vitesse de pousse plus rapide que le chêne par exemple, ont conduit les anglais à se rabattre sur ce type de bois.

Pour reprendre les propos de 4hussard, c'est typiquement ce genre de bois qui part en échardes au moindre boulet de canon.

Lepic34

Re: La reconstitution...De vieux gréements

Message par Lepic34 » 20 juil. 2010, 19:53

Sinon, petite question : quelqu'un a-t-il lu l'ouvrage de Remi Monaque sur Trafalgar ? ça vaut le coup de l'acheter ? :salut:

N'hésitez pas; c'est un excellent bouquin.

la remonte

Re: La reconstitution...De vieux gréements

Message par la remonte » 21 juil. 2010, 09:08

dans le Duhamel du Monceau , il est rappelé que le chêne sert essentiellement pour la marine de guerre .
l'orme pour la partie immergée .
les pins et sapins pour les mâts , le Montebello vu plus haut , avait la mature la plus haute ( 72 m) un mât constitué de 6 à 7 tonçons d'arbres .
l'espérance de longévité d'un navire en chêne par rapport à tout autre essence est du double soit 80 à 100 ans . et bien plus quand on voit les photos de ce post :)

le bois c'est intéressant mais les hommes c'est mieux encore ... :?

une autre tranche de rosbeef :lol:
vice amiral Mitchell 1757-1806



Londres le 21 décembre (30 frimaire). Un des officiers de l'escadre mouillée dans la baie de Bantry, écrit, en date du 15 décembre : "Nous sommes toujours dans une situation déplorable ; les équipages des quatre bâtiments qui ont refusé d'aller aux Indes-Occidentales, persistent dans leur désobéissance. Sir André Mitchell, qui ne veut rien prendre sur lui, a écrit à l'amirauté, et nous attendons avec impatience la décision de leurs seigneuries. L'amiral sir Erasme Gower a été extrêmement mal ; mais il se rétablit. Nous ne savons pas encore quand nous quitterons cette maudite baie. Le "Téméraire” et “le Formidable” ont depuis eu ordre de se rendre à Spithead, pour que les révoltés à leur bord soient livrés à une cour martiale.On dit que les lords de l'amirauté ont arrêté un plan qui doit prévenir désormais toute insurrection à bord de nos flottes.L'ordre à tous les officiers de ne pas découcher de leurs bâtiments, a commencé à recevoir son exécution dans la baie de Cawsans. (Le Moniteur 6 nivôse an 10 - 27 décembre 1801.)

L'ARCHEONAUTE

Re: La reconstitution...De vieux gréements

Message par L'ARCHEONAUTE » 28 juil. 2010, 20:18

Le Grand Turk, un trois-mâts carré identique à une frégate britannique qui appartenait jusqu’à présent à une société britannique a été vendu à une société française. Il a quitté le port de Whitby (Grande-Bretagne) pour St-Malo le 15 mars dernier.

Le vieux-gréement a été racheté par la compagnie Etoile Marine, basée à St Malo, qui gère et possède déjà un certain nombre de grands voiliers, comme La Recouvrance ou l’Etoile de Molène.


La difficulté d'identification des photos vient du fait qu'ils ont été généralement transformés trois fois au minimum: la première quand on les a allongés pour les motoriser, la seconde quand ils sont devenus transports et qu'on les a rehaussés d'une batterie. C'est sous cet aspect qu'ils sont devenus ensuite des pontons avec encore des modifications...MM Landais et Magueur, avaient édité en 2004 une "cartoliste" avec les cartes postales de navires de guerre. Livre introuvable.




Voiçi la liste des navires des 118 oÙ nous avons une chance de les admirer en photo
Le Marengo, qui devient Le Ville de Vienne (1807), Le Comte d'Artois (1814), Le Ville de Paris (1830)
construit en 1807 "rayé" en 1882
Le Tonnant, Le Louis XIV (1828) construit à Rochefort en 1811 rayé en 1880
L'Inflexible, Le Duc de Bordeaux (1824), Le Friedland (1830), Le Colosse (1865) construit à Cherbourg en 1812 rayé en 1864
Il est intéressant de noter que 4 vaisseaux de type 118 canons (Le Tonnant, Le Souverain, Le Montebello et Le Ville de Paris -ex Le Marengo-) seront équipés de moteurs à vapeur entre les années 1850 et 1860.
Le dernier 118 canons utilisé sera le Montebello, construit en 1810-1812, qui finira sa carrière en 1867, avec une modeste machine à vapeur prévue initialement pour l’Océan.
liste des vaisseaux de 110
Le Commerce de Paris (ex- Le Ville de Paris) devient le Commerce en 1830, le Borda en 1839 et le Vulcain en 1863 construit à Toulon en 1804 lançé en 1806 en service en 1807 rayé 1884. Le Commerce de Paris, construit à Toulon, termina sa longue carrière sous le nom de Borda , batiment de l'Ecole Navale entre 1840 et 1865. Le navire a été rasé d'une batterie au début des années 1820.Le Borda n° 2 (ex Commerce de Paris - Vulcain) 1807-1884
Il y a eu 4 "BORDA", notre vaisseau de 110 canons est le fruit de dons de commerçants parisiens à la République. Tout d'abord baptisé "Ville de Paris" il devient très vite "Commerce de Paris". Il naviguera de 1807 à 1884. Ce navire, devenu "BORDA" le 18 décembre 1839 pour devenir bâtiment amiral de l'Ecole Navale, après vingt ans de bons et loyaux services, est à nouveau rebaptisé "Vulcain".
Le Iéna (ex- Le Victorieux) devient le Duc d'Angoulême en 1814 avant de redevenir Le Iéna en 1830 construit à Rochefort en 1805 lançé en 1814 rayé en 1864

En 80 canons
Le Diadème Lorient 1807 1811 1856
Le Jupiter Cherbourg 1812 1831 1863
en 74
Le Ville de Marseille ,Toulon 1812 1877
Le Hercule, Le Provence (1814/1815) Toulon 1815 1858


Un autre 118 canons l'OCEAN voiçi son histoire et il tout a fait possible de retrouver une photo de ce vaisseau vu sa date de destruction !

Le 19 juin 1786 est ordonnée la construction d'un nouveau 118 canons du type Le Commerce de Marseille dont la construction a commencé quelques mois plus tôt à Toulon.

Le trois-ponts est mit en chantier le 12 août 1786 à Brest, sa construction est financée par les Etats de Bourgogne d'où son nom de baptême, Les Etats de Bourgogne. Il est lancé le 8 novembre 1790 et entre en service dans la Marine française au mois de décembre de la même année. Le vaisseau a exactement les mêmes caractéristiques que les autres 118 canons français, tant en dimensions qu'en armement.

Les évènements en France conduisent rapidement à rebaptiser le vaisseau La Côte d'Or le 27 janvier 1793. Néanmoins, quelques mois plus tard, le 27 octobre 1793, il est décidé de renommer une nouvelle fois le navire, qui devient La Montagne.

En novembre 1793, Jean Bon Saint-André, membre du comité de salut public chargé de la réorganisation de la marine militaire, minée par l’insubordination, nomme Villaret de Joyeuse, tout juste élevé au grade de contre-amiral, commandant de l’armée navale de Brest, à la place de Morard de Galles, destitué après la mutinerie de Quiberon de septembre 1793. Villaret de Joyeuse reçoit l’ordre d’arborer son pavillon sur la Montagne.
A bord du vaisseau, l’atmosphère est étrange. Une guillotine est installée sur le pont, et le bourreau mange à la table des officiers. Sur le gaillard avant, des orateurs prononcent des discours patriotiques en permanence. Villaret de Joyeuse est en outre constamment surveillé par Jean Bon Saint-André.

Le 1er juin 1794, le navire reçoit son baptême du feu et est criblé de boulets par les HMS Queen Charlotte et HMS Royal Sovereign, alors qu'il tente de défendre un convoi en Atlantique, lors des Combats de Prairial. A la fin du combat, on compte sur le vaisseau 6 tués, dont le capitaine de vaisseau Bazire, et 22 blessés. Villaret écrit à propos du comportement de Saint-André pendant le combat : "Ah le coquin ! A l'instant de la bordée du Queen Charlotte, il descendit dans la cale".

Quelques mois seulement après le difficile combat de Prairial, le 118 canons, portant toujours la marque de Villaret de Joyeuse, qui a été nommé vice-amiral le 27 septembre 1794, participe, avec l'ensemble de l'escadre de Brest, à la catastrophique campagne du Grand Hiver (décembre 1794 / janvier 1795), croisière inutile, voulue par la convention nationale, durant laquelle l'escadre perd 5 vaisseaux de ligne.

De mai à juin 1795, le 118 canons changent encore de nom, devenant Le Peuple puis L'Océan, nom qu'il gardera tout le reste de son long service pour la Marine française. Il effectue pendant ce temps divers sorties de Brest dont le combat de Groix, le 23 juin 1795, toujours avec la marque du vice-amiral Villaret de Joyeuse.

Subissant un radoub à Brest en 1797, l'Océan est ensuite envoyé en Méditerranée ou il effectue une campagne en 1799 sous la marque du vice-amiral Bruix.

De retour à Brest sous la division de Villaret de Joyeuse, à qui Bonaparte vient de confier le commandement de l'escadre, il appareille pour amener des troupes à Saint-Domingue le 14 décembre 1801.

Refondu en 1804, il quitte une nouvelle fois Brest le 11 février 1809 pour une expédition en Guadeloupe, mais l'escadre rejoint finalement Rochefort où a lieu la terrible bataille de l'ile d'Aix. L'Océan échappe alors de justesse aux brûlots anglais. Quelques mois après la bataille, le 9 novembre 1809, le commandant Jean-Baptiste Lafon, qui commandait Le Calcutta durant l'affaire des brûlots d'Aix, est passé par les armes à bord de l'Océan, ayant été jugé responsable de la catastrophe par un conseil de guerre par 5 voix contre 4.

Le navire restera ensuite inactif jusqu'à la fin de l'Empire. Sa carrière ne s'arrête pourtant pas là puisque l'Océan subi deux refontes en 1818 et 1836, devenant une batterie flottante à Brest en mai 1851. L'Océan est finalement désarmé le 11 janvier 1854, rayé des listes de la Marine le 25 avril 1855 et démoli au cours de la même année. Le navire sera resté environ 65 ans en service dans la Marine française
Modifié en dernier par L'ARCHEONAUTE le 25 sept. 2010, 19:35, modifié 2 fois.

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Vieux de la vieille
    par la remonte » 18 mars 2016, 08:49 » dans L'actualité napoléonienne
    2 Réponses
    661 Vues
    Dernier message par la remonte
    18 mars 2016, 10:07
  • Reconstitution cavalerie
    par jp. montbazet » 11 sept. 2018, 18:00 » dans Espace visiteurs
    10 Réponses
    855 Vues
    Dernier message par C-J de Beauvau
    14 sept. 2018, 17:55
  • Annuaire de la reconstitution historique.
    par J-B Laborde » 18 févr. 2016, 09:34 » dans Blogs et sites personnels
    2 Réponses
    913 Vues
    Dernier message par LeBarde
    18 févr. 2016, 10:53
  • Reconstitution de la bataille du 18 juin 1815
    par Joker » 31 mai 2019, 20:09 » dans L'actualité napoléonienne
    6 Réponses
    190 Vues
    Dernier message par Turos M. J.
    02 juil. 2019, 17:31