MARINE : La reconstitution...de vieux grééments

Partagez autour de l’armement, de l’équipement et des pratiques des soldats des guerres napoléoniennes.

Modérateurs : Général Colbert, Cyril

Avatar du membre
Rigodon d'honneur
Colonel 3ème Hussard
Colonel 3ème Hussard
Messages : 444
Enregistré le : 05 févr. 2018, 23:02

Re: MARINE : La reconstitution...de vieux grééments

Message par Rigodon d'honneur »

Les trésors du SHD : Ornement de proue de la frégate La Licorne, 1755.

Lancée en 1756, la Licorne participe à plusieurs combats dans l’Atlantique durant la guerre de sept ans et la guerre d’indépendance américaine. Elle est capturée par les britanniques en 1778.
Image
Le SHD conserve une collection de dessins d’ornements et de plans de bâtiments des XVIIe et XVIIIe siècles. Une partie de cette sous-série est conservée aux Archives nationales.
:salut:
"Ils grognaient, et le suivaient toujours..."

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 3107
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: MARINE : La reconstitution...de vieux grééments

Message par Demi-solde »

Superbe ! Merci, Rigodon d'honneur.
Rigodon d'honneur a écrit :
25 mai 2020, 19:43
Lancée en 1756, la Licorne participe à plusieurs combats dans l’Atlantique durant la guerre de sept ans et la guerre d’indépendance américaine. Elle est capturée par les britanniques en 1778.
Capturée dans la nuit du 17 au 18 juin 1778, par le HMS America (64 canons) et le HMS Milford (28 canons), la Licorne (32 canons) deviendra le HMS Licorne, un HMS Unicorn (20 canons lancé en 1776) naviguant déjà sous pavillon britannique.

Le HMS Licorne et le HMS Prudente (38 canons ex-français lancé à Saint-Malo, capturé le 2 juin 1779) participèrent à la bataille du cap Ortegal, le... 5 juillet 1780, où ils capturèrent la frégate Capricieuse (32 canons lancé à Lorient le 23 décembre 1779). Deux navires français capturés qui en capturent un troisième... La litanie des captures ne pouvait qu'être exponentielle.


Cordialement

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 3107
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: MARINE : La reconstitution...de vieux grééments

Message par Demi-solde »

C-J de Beauvau a écrit :
25 mai 2020, 11:24
Encore un navire français capturé et recyclé par la Royal Navy ! J'ai l'impression que nous avons été "malgré nous "le principal fournisseur gratuit de la marine anglaise de cette époque ! :shock:
Juste un petit extrait des captures britanniques de navires français sur cinq années (1778, 1779, 1780, 1781 et 1782) avant la Révolution française...

Captures - 01.JPG
Captures - 02.JPG
Captures - 03.JPG
Captures - 04.JPG

La Licorne que nous venons d'évoquer apparait la première sur cette liste.


Cordialement

Avatar du membre
la remonte
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 621
Enregistré le : 06 sept. 2019, 11:46
Localisation : Paris

Re: MARINE : La reconstitution...de vieux grééments

Message par la remonte »

la Ville de Paris , 104 canons !
quelle ruine toutes ces pertes , on peut bien faire les malins avec la prise du Kent , j'espère qu'il y en a eu d'autres ?

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Capitaine
Capitaine
Messages : 2035
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Re: MARINE : La reconstitution...de vieux grééments

Message par C-J de Beauvau »

Un fait d'arme , Bataille de Gondelour (1783)

Date 20 juin 1783
Lieu Village de Gondelour (ou Cuddalore), au sud de Pondichéry État du Tamil Nadu, Inde

Pierre André de Suffren commandant la flotte
Royaume de France

Annibal, 74 canons - navire-amiral
Héros, 74 canons
Argonaute, 74 canons
Fendant, 74 canons
Illustre, 74 canons
Artésien, 64 canons
Ajax, 64 canons
Brillant, 64 canons
Hardi, 64 canons
Sévère, 64 canons
Sphinx, 64 canons
Vengeur, 64 canons
Saint Michel, 60 canons
Flamand, 50 canons
Petit Annibal, 50 canons

Soit 15 navires et 978 canons

Royaume de Grande-Bretagne

Gibraltar, 80 canons
Superb, 74 canons
Cumberland, 74 canons
Defence, 74 canons
Hero, 74 canons
Sultan, 74 canons
Burford, 70 canons
Monarca, 70 canons
Africa, 64 canons
Eagle, 64 canons
Exeter, 64 canons
Inflexible, 64 canons
Magnanime, 64 canons
Monmouth, 64 canons
Sceptre, 64 canons
Worcester, 64 canons
Bristol, 50 canons
Isis, 50 canons

Soit 18 navires et 1 202 canon


Bataille_de_Gondelour_20_juin_1783.jpg
Bataille_de_Gondelour_20_juin_1783.jpg (71.16 Kio) Vu 209 fois
Le 20 juin 1783, Mother Hugues et son escadre est devant la côte, et sa flotte est nettement supérieure en puissance de feu, en nombre de vaisseaux, de troupes embarquées et matelots à celle de Suffren.
Cette flotte britannique apporte du ravitaillement, de l'artillerie de siège et est prête à écraser, sous le feu de son artillerie, le fort de Gondelour.
Suffren, qui était reparti à Trinquemalay, revient d'urgence pour tenter de sauver la ville. Il monte 1 200 hommes tirés de la garnison sur ses quinze vaisseaux, et cherche dès lors l'occasion d'écarter les dix-huit vaisseaux de l'amiral britannique Edward Hughes. Malgré le délabrement avancé de sa flotte, Suffren repousse à nouveau Hugues, dans ce qui peut être considéré comme son plus beau combat. Débarquant des renforts, il sauve alors Bussy-Castelnau. En effet, Stuart, privé du ravitaillement que devait lui apporter Hughes, n'est plus guère entreprenant. L'amiral britannique revient au large de Gondelour, mais n'ose plus attaquer. Il aurait dû le faire quand les troupes françaises étaient parties se battre à terre contre Stuart
Le bailli de Suffren remet à terre les 1 200 hommes qui lui avaient été prêtés. Il y ajoute encore 1 200 soldats de marine. Suffren et les officiers demandent alors à Bussy-Castelnau d'écraser les forces ennemies et Suffren propose au général de diriger lui-même l'attaque. Mais Bussy-Castelnau est un vieil homme qui, par sa jalousie envers le marin, va faire que cette affaire ne se termine pas par une grande victoire.

Les Britanniques commencent à perdre tout espoir de conquérir Gondelour. Ils sont attaqués sur leurs arrières par les Indiens. « Malgré l'habileté et le courage du général Stuart chargé de conduire les opérations de siège, la place, vaillamment défendue par le marquis de Bussy-Castelnau, résiste jusqu'au bout ».

Le 29 juin 1783, la frégate parlementaire Médée apporte la nouvelle de la paix, entre la France et la Grande-Bretagne, ratifiée à Versailles le 9 février 1783. La suspension d'armes est immédiate.
Issue Victoire stratégique française
WP
:salut:

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 3107
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: MARINE : La reconstitution...de vieux grééments

Message par Demi-solde »

la remonte a écrit :
27 mai 2020, 11:08
quelle ruine toutes ces pertes , on peut bien faire les malins avec la prise du Kent , j'espère qu'il y en a eu d'autres ?
Si l'on considère la même période qu'initialement (1778-1782), les pertes britanniques sont conséquentes certes, mais les prises par la marine française ne sont pas majoritairement responsables, loin de là... Et elles sont évidemment minoritaires par rapport aux prises de navires français par la Royal Navy.

Captures - 05.JPG
Captures - 06.JPG
Captures - 07.JPG
Captures - 08.JPG
Captures - 09.JPG
Captures - 10.JPG
Captures - 11.JPG
Captures - 12.JPG


la remonte a écrit :
27 mai 2020, 11:08
la Ville de Paris , 104 canons !
Il est à noter que l'éphémère HMS Ville de Paris, à l'époque de l'établissement de cette liste, est encore "supposed" avoir fait naufrage entre la Jamaïque et l'Europe.

Captures - 13.JPG
Demi-solde a écrit :
07 mai 2020, 01:11
Suite à la bataille des Saintes, le HMS Ville de Paris sombra en pleine tempête en septembre 1782, lors de son convoyage vers l'Angleterre.

Image

Cordialement

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Capitaine
Capitaine
Messages : 2035
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Re: MARINE : La reconstitution...de vieux grééments

Message par C-J de Beauvau »

Photographie très symbolique. On y voit les deux navires les plus emblématiques de leur temps : le vaisseau HMS Victory et le cuirassé HMS Dreadnought . Le premier est peut ètre plus fameux vaisseau de la Royal Navy. Le second est le premier cuirassé « monocalibre » du monde, celui qui, dés son lancement en 1906, rendit obsolètes tous les navires de surface construits .
EYKTsvDWkAw4d-K.jpg
EYKTsvDWkAw4d-K.jpg (88.99 Kio) Vu 195 fois
Cuirassé Tséssarévitch , construit en France par la Compagnie des Forges et Chantiers de la Méditerranée, à La Seyne-sur-Mer, pour le compte de la marine impériale russe. Ce cuirassé, lancé le 10 février 1901, est célèbre pour avoir résisté aux attaques des navires japonais durant les batailles de Port-Arthur et de la Mer Jaune, en 1904. Le Victory au fond .

the-russian-flagship-tsarevitch-passing-hms-victory-ca-1915 (1).jpg
https://troisponts.net
:salut:
Modifié en dernier par C-J de Beauvau le 27 mai 2020, 19:02, modifié 1 fois.

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Capitaine
Capitaine
Messages : 2035
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Re: MARINE : La reconstitution...de vieux grééments

Message par C-J de Beauvau »

par C-J de Beauvau » 21 mai 2020, 10:29
L'USS Constitution est une frégate en bois à trois-mâts de l'United States Navy. Baptisée par le président George Washington d'après la Constitution des États-Unis, elle est le plus vieux navire de guerre encore à flot dans le monde .
Lancée en 1797.....
viewtopic.php?f=12&t=52506&start=530

L' USS Constitution arrivant à New York en 1931.

constitution-a-new-york.jpg
uss-constitution-survolc3a9e1.jpg
constitution.jpg
:salut:

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Capitaine
Capitaine
Messages : 2035
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Re: MARINE : La reconstitution...de vieux grééments

Message par C-J de Beauvau »

Demi-solde a écrit :
10 févr. 2019, 19:40
Maria Kel a écrit :
17 févr. 2017, 19:32
Voyez la taille de ce drapeau français capturé par Nelson en 1800 sur le Généreux :shock:

Image
Le pavillon du 74 canons San Ildefonso, pris par le HMS Defence à la bataille de Trafalgar :

Image

Cordialement
A ajouter aux vestiges
Le petit hunier du HMS Victory à Trafalgar

Retrouvé en 1960
eubp-dlwaaimkqi (1).jpg
:salut:
Fichiers joints
the-sail-from-hms-victory-when-rediscovered-1024x765-1.jpg

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 3107
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: MARINE : La reconstitution...de vieux grééments

Message par Demi-solde »

C-J de Beauvau a écrit :
27 mai 2020, 18:38
A ajouter aux vestiges
Le petit hunier du HMS Victory à Trafalgar
Demi-solde a écrit :
05 avr. 2020, 14:11
Autre relique de tissu, le petit hunier du HMS Victory lors de la bataille de Trafalgar :

Image

Le petit hunier est la voile (n°5 sur l'illustration ci-dessous) qui se trouve au-dessus de la hune du mât de misaine (le mât avant du vaisseau). Le petit hunier est la deuxième plus grande voile du navire, après le grand hunier (le hunier du grand-mât, n°10) mais devant la grand voile (la voile basse du grand mât, n°11). Le petit hunier du HMS Victory mesure 80 pieds (24,4 mètres) à sa base, 54 pieds (16,5 mètres) à sa tête pour 54 pieds (16,5 mètres) de hauteur, soit une surface de voile de 337 mètres carré.


Image

Les voiles du HMS Victory particulièrement endommagées à la suite de la bataille furent changées lors du retour du vaisseau en 1806 à Portmouth pour réparations. Le petit hunier seulement fut conservé, exposé...

Image

... notamment sur le HMS Victory lors du centenaire de la bataille, manipulé ensuite avec plus ou moins de précaution...

Image

... puis on le perdit de vue jusqu’en 1960 où il fut redécouvert caché sous un tapis de gymnastique dans un grenier de l’une des bases navales de Portsmouth :

Image

La voile fut ensuite exposée à bord du HMS Victory, dans son pont inférieur, de 1962 jusqu’en 1993, sans précaution particulière. Mais l'exposition verticale, parfois en pleine lumière, n'est évidemment pas recommandée pour un tissu ancien et fragile d'une masse de 370 kg environ. D'autant plus pour une pièce ayant subi de plein fouet les feux ennemis, du fait de sa position à l'avant du navire de tête de la colonne au vent britannique. Les experts du National Museum of the Royal Navy de Portsmouth ont recensé environ 90 impacts, du boulet de canon jusqu'au tir de mousqueterie :

Image

En 1993, on constata que l'état du petit hunier se détériorait rapidement et nécessitait des travaux de conservation urgents.

Image

Restaurée, elle ne fut par la suite exposée qu’en de rares occasions...

Image

... à plat et sous une lumière faible dans un soucis de conservation.

Image

Aux assauts de la bataille, du temps et de la mauvaise conservation initiale, s'ajoutent également quelques trous provoqués par des "chasseurs de souvenirs" au XIXe siècle.

Image

Image

Cordialement

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Vieux de la vieille
    par la remonte » 18 mars 2016, 08:49 » dans L'actualité napoléonienne
    2 Réponses
    947 Vues
    Dernier message par la remonte
    18 mars 2016, 10:07
  • Reconstitution cavalerie
    par jp. montbazet » 11 sept. 2018, 18:00 » dans Espace visiteurs
    11 Réponses
    2211 Vues
    Dernier message par la remonte
    22 mai 2020, 09:30
  • Information pour de la reconstitution
    par Arcalas » 25 févr. 2020, 18:47 » dans Espace visiteurs
    18 Réponses
    633 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    20 mai 2020, 16:04
  • Histoire vivante - Reconstitution
    par L'âne » 29 mai 2020, 05:01 » dans L'actualité napoléonienne
    5 Réponses
    233 Vues
    Dernier message par Général Colbert
    29 mai 2020, 18:36
  • Annuaire de la reconstitution historique.
    par J-B Laborde » 18 févr. 2016, 09:34 » dans Blogs et sites personnels
    2 Réponses
    2460 Vues
    Dernier message par LeBarde
    18 févr. 2016, 10:53