PORTUGAL : La Légion portugaise

Partagez autour de l’armement, de l’équipement et des pratiques des soldats des guerres napoléoniennes.

Modérateurs : Général Colbert, Cyril

Drouet Cyril

Re: PORTUGAL : La Légion portugaise

Message par Drouet Cyril »

Les Portugais prisonniers des Russes se sont fait massacrer ou l'inverse?
L'inverse semble avoir laissé plus de traces.

Demi-solde

[PORTUGAL] Légion portugaise

Message par Demi-solde »

Bonjour à toutes et à tous.

Petite question étymologique et lexicale : l'un d'entre vous a-t-il déjà vu la "Légion portugaise" nommée "Légion de Lisbonne" ?

J'ai trouvé cette appellation "Légion de Lisbonne" dans les états de service d'un soldat français du 86ème régiment de ligne, entré au Portugal avec Junot en 1807 et affecté à ladite légion en avril 1808.

Ces deux termes voisins peuvent sembler désigner les mêmes troupes, mais une ressemblance ne faisant pas nécessairement une vérité historique...

La "Légion de Lisbonne" est-elle une appellation primitive de la "Légion portugaise" ?!...

:salut:

Demi-solde

[PORTUGAL] Légion portugaise

Message par Demi-solde »

Merci de Thury pour ces liens.

Je me suis déjà procuré le hors-série de Tradition Magazine sur les troupes étrangères de Napoléon, le Osprey Men-At-Arms sur les troupes portugaises lors des guerres napoléoniennes, j'ai déjà consulté un certain nombre de sources, mais nulle part, sauf grave inattention de ma part ce qui reste possible, nulle part je n'ai trouvé le terme "Légion de Lisbonne" ou "Legion of Lisbon".

Que ce soit pour parler de la légion portugaise ou d'une autre troupe, la "Légion de Lisbonne" ne m'apparait nulle part. D'où m'est venue l'hypothèse, absolument pas étayée, d'une appellation primitive susceptible d'apparaitre dans les états de service des primo-affectés, dressés en 1808. Cette dénomination précoce aurait disparu très vite, remplacée ensuite universellement par l'appellation officielle "Légion portugaise"... Mais ceci n'est qu'une hypothèse personnelle, c'est vous dire sa valeur...

:salut:

Marquis d'Alorna

[PORTUGAL] Légion portugaise

Message par Marquis d'Alorna »

:salut: ,

Pour essayer de vous répondre, La légion de Lisbonne n'est pas une appellation primitive de "La Légion Portugaise" cela j'en suis sûr.
Maintenant concernant cette appellation, ou ce soldat de 86éme parle du "Régiment de la police montée de Lisbonne" (régiment de cavalerie) qui combattit avec les troupes anglaises entre autres à Viméiro en 1808, ou si il parle d'un régiment d'infanterie sur Lisbonne il n'y a le 10éme régiment d'infanterie de ligne (appelé à son origine régiment de Lisboa) ou alors le 19 régiment d'infanterie de ligne (appelé à son origine régiment de Cascais, ville qui se trouve à 20 kilomètres de Lisbonne), il n'y pas dans la capitale du Portugal de régiment de Caçadores (chasseurs), juste un régiment d'artillerie le n°1 anciennement appelé "Regimento de Artilharia de Sao Julioa da Barra" , peut être que se soldat fait allusion à une Légion de Lisbonne qui ne sera simplement qu'un groupe disparate de soldats venant de cette ville et ses alentours... :?:

Amicalement

de Thury

Message par de Thury »

une belle fiche sur le portugal dans les guerres Napoléonniennes

http://assosehri.fr/lafeuillederoute/fdr-n-71.pdf

pour la légion de Lisbonne , il y a bien en effet la Légion de police de Lisbonne coté anglais et commandée par un émigré français, le comte Novion, et qui est citée dans les mémoires de la duchesse d'Abrantès ...

Marquis d'Alorna

Message par Marquis d'Alorna »

:salut: ,

Mon cher de Thury, vous m'en vouyez ravi que cette fiche dont vous avez mis le lien vous plaise cela fait maintenant quelques années que j'ai écrit cette feuille de route éditée par l'asso suchet...

Votre dévoué Marquis d'Alorna. :tourne:

Demi-solde

Message par Demi-solde »

Merci beaucoup Marquis d’Alorna ces précieux renseignements.
Toutefois, le soldat source de mes questionnements lisboètes est un soldat français qui combattit à Vimeiro certes, mais du côté français. Cette « Légion de Lisbonne » qui me tracasse apparait dans ses états de service militaire ; il s’agit donc a priori d’une unité officielle, française ou apparentée.


Quant à vous, de Thury, je vous remercie vivement :croixhonneur: de m’avoir remémoré le comte de Novion, cet émigré qui avec les douze cents hommes de sa légion de police avait assaini Lisbonne, qui parvint à garder le contrôle de la ville lors de la fuite du prince puis accueillit Junot et sa maigre troupe de loqueteux…

Il y a là effectivement une piste que je vais devoir approfondir.

Comme le Duc d’Abrantès laissa au comte de Novion, et à sa légion, la garde de Lisbonne, il ne semblerait pas totalement impossible que Junot y ait affecté quelques soldats français fraichement arrivés… Là encore, hypothèse totalement personnelle à démentir ou à étayer.

:salut:

Marquis d'Alorna

Message par Marquis d'Alorna »

Passage dans une lettre de Napoléon à Junot en date du 23 décembre 1807:

"Je vous le répète, ne gardez point de troupes Portugaise. La Légion de la police pour la police de la ville est beaucoup trop forte, mais vous pouvez y entremêler quelques Français, pour être instruit de ce qui ce passe. Il faut retirer tous les canons et fusils, soit des arsenaux, soit d'ailleurs, ou ils seraient à la disposition du peuple..."

Junot consentit à comprendre, dans la capitulation qu'il avait accordée, à son arrivé, dans cette capitale, à la garnison Portugaise et aux émigrés, dont beaucoup servaient dans les troupes Portugaises et dont une soixantaine purent rentrer en France, le comte de Bourmont, qui devait plus tard devenir le Général de Bourmont, et le comte de Novion qui, dans son commandement de la légion de la police avait rendu les plus grand services.

" Au moment de son entrée à Lisbonne, écrit le Général Thiébault (Mémoires du Général baron de Thiébault, t.IV)le Général en chef avait trouvé un détachement à pied et à cheval de la légion de la police, qui, sous les ordres de son digne chef, le comte de Novion, et dans la plus belle tenue, l'attendait et l'accompagna chez lui."

" c'est de ce colonel qu'il reçut l'assurance que Lisbonne était et resterait tranquille. Ce bonheur était entièrement dû à ses efforts : avec les 1200 hommes de sa légion de police, il contenait depuis deux jours cette immense ville: l'ascendant que ce corps s'était acquis sous ses ordres, eut tout son effet dans cette importante circonstance. Malgré sa faiblesse, non seulement toute la ville était occupé, mais les gardes étaient doublées; les piquets étaient établis sur les points qui devaient donner des craintes; des patrouilles se succédaient toujours; tous les officiers étaient de ronde, tous les hommes de services; et le comte de Novion lui-même, occupé nuit et jour à parcourir la ville, n'était rentré chez lui, depuis le départ du prince, que pour prendre quelque nourriture, expédier des ordres et changer de chevaux. Il rendit à cette époque, et pendant tout notre séjour à Lisbonne, d'inappréciables services à l'armée, et fut nommén en récompense de sa conduite, et par décret, Maréchal de camp des armée Portugaises...

".... Le comte de Novion était chargé par la régence, aprés le départ du prince, de prendre toutes les mesures pour maintenir l'ordre public." (Général Thiébault, relation de l'expédition de Portugal, voir aussi sur le comte de Novion, le comte de Bourmont et l'entrée de Junot à Lisbonne, les mémoires de la duchesse d'Abrantés, t.VII)

Sources trouvées dans le livre du Commandent P.Boppe "La Légion Portugaise 1807-1813" ...C.TERRRANA éditeur

Cela prouve deux choses, la première que la légion de la police de Lisbonne n'a rien à voir avec la fameuse Légion Portugaise du Marquis d'Alorna puisque celle-ci fut créer après par la dissolution de l'armée Portugaise que Junot fera sous commandement de Napoléon, et la seconde cher DEMI-SOLDE c'est que effectivement des soldats Français on bien incorporés cet légion de la police.

Demi-solde

Message par Demi-solde »

Grand merci, Marquis, pour cette réponse.

On peut effectivement penser que si l’Empereur soumet à Junot l’idée de glisser quelques Français de confiance venus avec lui depuis Bayonne dans la Légion de police de Lisbonne du comte de Novion, le duc d’Abrantès s’est exécuté.
Ce courrier du 23 décembre 1807 que vous mentionnez est un délice de remontage de bretelle en règle. Il annonce déjà les soucis que va rencontrer ce brave ( :fou: ) Junot…

:salut:

Loïc Lilian

Légion Portu...Espagnole vue par Faber du Faur en 1812

Message par Loïc Lilian »

comme beaucoup de régiments étrangers la nationalité des soldats qui les composaient n'avait plus beaucoup à voir avec l'origine géographique théorique initiale de leur intitulé, ainsi si la Légion Portugaise était du moins encore toujours fortement ibérique elle était à 77% Espagnole ce qui permet d'ailleurs aux espagnols de sous-déclarer leur participation dans les rangs napoléoniens et de la réduire au seul Régiment Joseph-Napoléon
le 1er régiment et la cavalerie semblent avoir conservé un caractère de recrutement plus portugais tandis que dans les 2e et 3e regiment dominaient les espagnols (où subsistent seulement 84 et 136 Portugais)

l'Afrique commence aux Pyrénées pour les Européens, comme en témoigne Faber du Faur officier d'artillerie de la 25e Division Würtembergeoise auteur bien connu de planches sur la campagne de Russie qui décrit la Légion Portugaise, plutôt ibérique, en ces termes :

Deux régiments portugais, qui faisaient aussi partie de notre corps d'armée (...) Amenés des extrémités de l'Europe occidentale, offrant, pour la stature, la physionomie, le teint et les coutumes, un contraste frappant avec les autres troupes, ils semblaient plutôt appartenir à une armée africaine qu'à une armée européenne. Ils avaient, comme tous les autres corps, franchi le Niémen au grand complet, mais ils avaient beaucoup souffert aux journées de Smolensk et de Valoutina; et, de toutes les troupes, c'étaient peut-être celles qui, pendant le cours de la campagne, avaient le plus souffert de l'intempérie d'un climat rigoureux, des privations et des fatigues de tout genre; aussi n'étaient-ils plus qu'en petit nombre, réduits au-dessous du quart de leur état primitif, quand ils vinrent devant Ghyacz établir leur bivouac à côté du nôtre. Mais, peu de jours après, ce faible reste disparut encore. Tombés glorieusement à l'assaut des redoutes de Séménowskoï, ils couvrirent de leurs corps, ainsi que des milliers de leurs compagnons d'armes, les plaines ensanglantées de la Moskowa. Peu d'entre eux virent l'antique cité des Czars, avec ses nombreux dômes dorés, et ce peu encore, non accoutumé aux glaces du Nord, devint la proie des premiers frimas. Aucun d'eux n'a peut-être eu le bonheur de revoir le jardin des Hespérides et de la Lusitanie, ni de saluer les champs fleuris du paradis de la Guadiana, du Tage et du Duero
Image
prés d'Eve le 29 juin 1812
Image
aux environs de Kozusczina le 11 juillet 1812
Image
au bivouac de Liozna le 4 août 1812Image
dans le voisinage de Liozna le 5 août 1812


:salut:

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Napoléon porte les couleurs... du Portugal !
    par Christophe » 11 juil. 2016, 22:54 » dans L'actualité napoléonienne
    6 Réponses
    1220 Vues
    Dernier message par Loïc Lilian
    13 juil. 2016, 18:33
  • [ Napoléonothèque ] La première invasion du Portugal par l'armée napoléonienne
    par L'âne » 03 mars 2018, 03:31 » dans Napoléonothèque
    1 Réponses
    403 Vues
    Dernier message par barthelemy
    03 mars 2018, 10:23
  • La première invasion du Portugal par l'armée napoléonienne : 1807-1808
    par Eric LM » 03 oct. 2017, 14:11 » dans BIBLIOTHÈQUE EMPIRE - L'actualité du livre napoléonien
    1 Réponses
    265 Vues
    Dernier message par Eric LM
    18 oct. 2017, 18:48
  • PORTUGAL : Cela s'est passé un 29 septembre... la guerre des Oranges
    par Cyril Drouet » 30 sept. 2017, 08:37 » dans Salon Ier Empire
    0 Réponses
    136 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    30 sept. 2017, 08:37
  • la Légion d'honneur réhabilitée?
    par C-J de Beauvau » 02 nov. 2017, 23:52 » dans L'actualité napoléonienne
    16 Réponses
    684 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    05 nov. 2017, 20:11