[CHEVEUX] La Mode militaire

Partagez autour de l’armement, de l’équipement et des pratiques des soldats des guerres napoléoniennes.

Modérateurs : Général Colbert, Cyril

Hypolite

[CHEVEUX] La Mode militaire

Message par Hypolite »

L'Armée était et est toujours trés traditionnaliste, il n'a donc jamais été facile de la faire changer de mode ! Ce fut la même chose pour l'armement avec le mousqueton 1786 ou le sabre An IV que les cavaliers préféraient aux modeles An IV et An XIII pourtant plus modernes ! :salut:

Antoine

[CHEVEUX] La Mode militaire

Message par Antoine »

Je pense fermement que sources écrites et iconographiques - pourvu qu'elles soient d'époque - ont autant de valeur l'une que l'autre, qu'elles se contrebalancent, qu'il faut écarter l'anecdotique, garder ce qui se répète, bref, penser "statistique".

D'ailleurs les textes réglementaires sont relativement rares en comparaison sous le premier empire. Il faut se référer aux usages et constater au passage qu'ils empruntent en grande partie à des rÈglements, officiels ceux-là, de l'ancien régime.

:salut:

Guillaume

[CHEVEUX] La Mode militaire

Message par Guillaume »

L'Armée était et est toujours trés traditionnaliste, il n'a donc jamais été facile de la faire changer de mode !

Oui mais quand une armée est composé de conscrits on ne doit pas s'etonner qu'ils suivent la mode, meme si les vieilles moustaches ne craignent pas d'arborer des modes depassée.

Drouet Cyril

[CHEVEUX] TITUS

Message par Drouet Cyril »

Un témoignage, celui du trompette Jacques Chevillet ("Ma vie militaire") :

"27 septembre 1805. Il faut te dire mon ami, que notre régiment [le 8e chasseurs à cheval] portait tous les cheveux tressés et liés en queue ; ma parure avait consisté jusqu'alors dans la beauté de ma chevelure dont j'avais toujours pris un grand soin. Je puis dire que j'étais remarqué pour le troisième militaire, car dans le régiment c'étaient deux brigadiers et moi qui avions la plus belle queue. J'étais si curieux de la mienne que je ne me serais jamais décidé à la couper, quand même l'on m'aurait donné mille francs. Eh bien, mon ami, j'étais à la veille de tout perdre pour me conformer à l'uniforme comme les autres. Notre régiment reçut l'ordre de couper toutes les queues, c'est à dire de se tailler les cheveux à la Titus. Quand j'appris cette nouvelle, un coup de sabre ne m'eût pas fait plus de mal, je pleurai de désespoir."

Les larmes de Chevillet n'y firent rien. Après avoir noyé son chagrin dans l'alcool et s'être couché complètement ivre, il se fit couper les cheveux pendant son sommeil...

Salutations respectueuses.

cavalierjacobin

[CHEVEUX & MOUSTACHES] La Mode militaire

Message par cavalierjacobin »

A partir de 1807 la mode impose les cheveux courts à la Titus. Les ailes de corbeaux ou oreilles de chiens n'étaient portés que par les incroyables et sous le Directoire. Très rapidement les cheveux tressés de l'infanterie sont coupés comme signes de royalisme. Seuls quelques régiments de hussards dont le 8e ont portés les cadenettes jusqu'en 1812, Napoléon, n'en déplaise au chasseur Hypolite, avait imposé en douceur le port des cheveux courts. Dès 1809 dans l'infanterie de la Garde (Journal d'ordre des conscrits chasseurs).
Ci joint un article de la FEUILLE DE ROUTE :
"Jusqu’à la décision royale du 24 novembre 1788, qui réglemente pour la première fois et de manière uniforme la tenue des cheveux dans l’armée française, la mode des cheveux longs est particulière à chaque corps. Déjà les hussards portent la queue et les cadenettes, « nouées à la hongroise ». Désormais les cheveux seront noués sur la nuque et coupés à hauteur des oreilles, sauf chez les hussards qui ne se conforment pas au règlement. La Révolution rompt avec l’Ancien-Régime et le port des cheveux longs et des cadenettes se généralise avec le règlement du 24 juin 1792 qui prescrit aux officiers et aux soldats de toutes armes de porter « les cheveux…attachés près de la tête et liés en queue couverte par un ruban de soie noire qui sera simplement arrêté par une épingle…les cheveux de faces ne formeront qu’une seule boucle qui descendra à hauteur du milieu de l’oreille ». Le même jour, le règlement édité pour les chasseurs à cheval confirme le port des cheveux longs « attachés près de la tête et liés en queue couverte d’un ruban de laine noire…ceux des faces le seront à la manière dite de l’avant garde et ne devront pas dépasser le milieu de l’oreille ».
Pour les hussards c’est le moment de tous les exploits capillaires, là encore, si le règlement est uniforme à tous les corps, les hussards s’en considèrent exclus : « il arrive chez mon père, et que voyons nous ? un luron, très bien tenu, il est vrai, mais le shako sur l’oreille, le sabre traînant, la figure enluminée…des moustaches d’un demi-pied de long, qui, relevées par la cire, allaient se perdre dans les oreilles, deux grosses nattes de cheveux tressés aux tempes, qui, sortant de son shako, tombaient sur la poitrine, et avec cela, un air !!! Un air de chenapan », note le général Marbot, alors simple hussard au 1er régiment en 1799. Les cadenettes deviennent de véritables fiertés et tous les hussards doivent en avoir, même des postiches : « tous les cavaliers devaient se ressembler par leur tenue, et comme les régiments de housards portaient non seulement une queue, mais encore de longues tresses en cadenettes sur les tempes, et avaient des moustaches retroussées, on exigeait que tout ce qui appartenait au corps eût moustaches, queue et tresses. Or, comme je n’avais rien de tout cela…je fis emplette d’une fausse queue et de cadenettes qu’on attache à mes cheveux » .
La queue et les cadenettes, si elles confèrent à leurs porteur une allure très enviable, leur confèrent aussi une protection non négligeable. Si « la queue courte avec un petit tampon de bois dans le milieu…peut servir à parer les coups de sabre sur la nuque » , les cadenettes protègent les joues".
Voilà

la remonte

[MOUSTACHES]

Message par la remonte »

Les moustaches étant pour le soldat français ce que le porridge est pour l'anglois c'est bien connu , sera -ce une faute historique d'en porter le 2 décembre dans la lourde sachant que réglementairement il fallait se les couper ( moustaches ) entre décembre et mars ? C'est apparemment bénin mais cela peut devenir aussi agaçant sur une photo que des lunettes dont on connait le développement sur un autre post ! merci pour votre éclairage avisé.

jma

Message par jma »

pour l'hygiène peut être, je ne vois pas sinon...
Il me semble avoir lu un truc de ce genre dans un Bucquoy consacré aux cuirassiers. Si je me souviens bien, le port des moustache leur était interdit les mois d’hivers afin que du givre ne se forme pas dessus en raison de la condensation due à la respiration. :)

C’est vrai que j’ai testé - peu de temps - la moustache bien fournie par temps très froid et, contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce n’est pas confortable pour cette raison.

:salut:

Jean-Marc

dd.

Message par dd. »

l'hygiène et le givre peuvent être des explications qui tiennent la route

Tourblanche

Message par Tourblanche »

J'ai porté la moustache pendant une vingtainne d'années
a des froids jusqu'a -30°C et le givre ne pose pas problème .

J'ai l'ai finalement rasée pour entrer dans un groupe de reconstitution de la guerre de sept ans . Em 1750 , le port de la moustache était
plutôt rare et marginal . Il ne faut mas minimiser les considérations
esthétique et sociales . J'ai été renvoyé de l'école pour des
considérations " morales et hygiéniques " en 1965 ( autrement dit
je portais les cheveux a la "Beatle ".)

.

la remonte

Moustaches pour Austerlitz...

Message par la remonte »

Effectivement c'est dans le Bucquoy sur les Cuirassiers que l'on traite du sujet Réglement du 17 germinal an XII (7 avril 1804 ) art. XX : les moustaches doivent être portées pour les cuirassiers du 1 mars au 1 décembre , on les coupe pendant les trois mois d'hiver.il est défendu de les cirer ni d'y mettre aucune drogue ou matière graisseuse l'usage en étant malpropre et malsain !
l'article précédent traite des cheveux et favoris ...à ce sujet c'est en 1809 que la division Nansouty profitant de l'absence momentanée de son chef en profita pour se couper leurs queues , grande fut la colére de Nansouty retrouvant sa division tondue , il mit 2 colonels aux arrêts mais ne put faire reporter les queues qui avaient disparu à tout jamais.
Par contre à Austerlitz , je ne sais pas si nos lourds cavaliers avaient appliqué le règlement à la lettre !

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Une mèche de cheveux.
    par Cyril Drouet » 03 oct. 2017, 17:35 » dans Salon Ier Empire
    266 Réponses
    12663 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    18 déc. 2019, 17:51
  • Une mèche de cheveux de Napoléon
    par C-J de Beauvau » 10 juil. 2019, 17:06 » dans L'actualité napoléonienne
    3 Réponses
    579 Vues
    Dernier message par Napolitaine
    11 juil. 2019, 18:37
  • les comptes de la mode impériale
    par Citoyenne Sophie » 07 avr. 2015, 18:15 » dans Liens impériaux
    1 Réponses
    1693 Vues
    Dernier message par Espagne
    11 avr. 2015, 12:25
  • L'empire à travers les uniformes et la mode
    par Joker » 11 oct. 2017, 14:11 » dans L'actualité napoléonienne
    7 Réponses
    1178 Vues
    Dernier message par Turos M. J.
    29 déc. 2017, 16:10
  • Fiche militaire
    par Bruno wattrelos » 10 janv. 2020, 15:58 » dans Espace visiteurs
    8 Réponses
    234 Vues
    Dernier message par Royal Scot's Guard
    12 janv. 2020, 12:17