PRISONNIERS de GUERRE

Partagez autour de l’armement, de l’équipement et des pratiques des soldats des guerres napoléoniennes.

Modérateurs : Général Colbert, Cyril

genevia

Re: Les prisonniers de guerre

Message par genevia »

Peut-être une autre piste:
J'ai trouvé une localité de Poméranie occidentale appelée Kraditz, En bord de Baltique, au Nord-Est de Stralsund. Cette région appartenait-elle aux Suédois ou aux Russes? Les cosaques y auraient-ils conduits des prisonniers français? Qui sait ?

soldat bavarois

Re: Les prisonniers de guerre

Message par soldat bavarois »

A été le compagnon de Nicolas dans le même régiment ? Et son nom ?
Cordialement
le soldat bavarois

genevia

Re: Les prisonniers de guerre

Message par genevia »

Guten Abend

Sein Name ist Jean Baptiste JUSNOT incorporé à Juliers au 21e d'infanterie, 1er bataillon, 2e compagnie, prisonnier à la capitulation de Dresde, mort à KRADICHE en 1814. ( der Tag ist unbekannt)

Ich habe auch einen Artikel gefunden. Am 24. Dezember 1813. "Gouvion de Saint-Cyr s'est rendu sur-le-champ avec environ 30000 hommes, et ils se sont déjà mis en route pour le Bannat, d'où il est possible qu'on les envoie en Sibérie."

Alles ist kompliziert. Vielleicht werden wir die Wahrheit nicht kennen!

soldat bavarois

Re: Les prisonniers de guerre

Message par soldat bavarois »

Archives Vincennes
21e régiment d'infanterie de ligne, 31 mars 1813-22 novembre 1813 (matricules 7 753 à 9 552)
C’est le corporal Jean Baptiste Jusnot a la page 1456, No 8734 ?
J'ai lu : Mort a Kradiche le ? 1er avril 1814
Le soldat bavarois

soldat bavarois

Re: Les prisonniers de guerre

Message par soldat bavarois »

Aux archives Vincennes il y a un soldat NICOLAY Henry Jh, né le 15 Fev. 1792, 112e de linge No. 9217, présumé prisonnier de guerre à Leipzig , le 19e octobre 1813.
Cordialement
Le soldat bavarois

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3328
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Massacres de prisonniers durant la campagne de Russie

Message par Cyril Drouet »

« Le soir de cette longue journée, la colonne impériale approcha de Gjatz, surprise de trouver sur son passage des Russes tués tout nouvellement. On remarquait que chacun d'eux avait la tête brisée de la même manière, et que sa cervelle sanglante était répandue près de lui. On savait que deux mille prisonniers russes marchaient devant, et que c'étaient des Espagnols, des Portugais et des Polonais qui les conduisaient. Chacun, suivant son caractère, s'indignait, approuvait, ou restait indifférent. Autour de l'Empereur, ces différentes impressions restaient muettes. Caulaincourt éclata, il s'écria « que c'était une atroce cruauté. Voilà donc la civilisation que nous apportions en Russie ! Quel serait sur l'ennemi l'effet de cette barbarie ? Ne lui laissions-nous pas nos blessés, une foule de prisonniers ? Lui manquerait-il de quoi exercer d'horribles représailles ? »
Napoléon garda un sombre silence, mais le lendemain ces meurtres avaient cessé. On se contenta de laisser ces malheureux mourir de faim dans les enceintes où, pendant la nuit, on les parquait comme des bêtes. C'était sans doute encore une barbarie; mais que pouvait-on faire ? Les échanger ? l'ennemi s'y refusait. Les relâcher ? ils auraient été publier le dénuement général, et, bientôt réunis à d'autres, ils seraient revenus s'acharner sur nos pas. Dans cette guerre à mort, leur donner la vie, c'eût été se sacrifier soi-même. On fut cruel par nécessité. Le mal venait de s'être jeté dans une si terrible alternative.
Au reste, dans leur marche, vers l'intérieur de la Russie nos soldats prisonniers ne furent pas traités plus humainement, et là, pourtant, l'impérieuse nécessité n'était point une excuse. »
(Ségur, Histoire de Napoléon et de la Grande Armée pendant l’année 1812)

Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1491
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Massacres de prisonniers durant la campagne de Russie

Message par Bernard »

Durant cette période, les évocations de ce genre sont nombreuses. Des centaines de milliers d'hommes confrontés à des situations très dures, cela ne peut que susciter de telles horreurs. Oui, il y a eu des massacres, et dans les deux camps. Je vous renvoie volontiers au n° 63 de Gloire & Empire consacré aux prisonniers de la Grande Armée en Russie. Beaucoup ne sont pas restés longtemps prisonniers, victimes des partisans et autres cosaques. Même prisonniers, leur sort n'a souvent pas été meilleur.
Ceci dit, il ne faut pas oublier que les conditions ont été extrêmement difficiles dans les deux camps. Russes et soldats de la même armée ont souffert des mêmes privations et des mêmes conditions météorologiques. Survivre était pour tous la priorité... un contexte suscitant les pires exactions !

William Turner

Re: Massacres de prisonniers durant la campagne de Russie

Message par William Turner »

Cyril Drouet a écrit :
01 nov. 2017, 10:01
Le mal venait de s'être jeté dans une si terrible alternative.
(Ségur, Histoire de Napoléon et de la Grande Armée pendant l’année 1812)

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 1833
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Re: Massacres de prisonniers durant la campagne de Russie

Message par C-J de Beauvau »

Un témoignage du traitement de prisonniers français :
......En traversant cette malheureuse ville d'Oschrniana, nous vîmes une centaine d'officiers prisonniers, entassés dans la geôle de l'endroit, derrière les fenêtres garnies de barres de fer; ces malheureux étaient en manches de chemise, ayant été dépouillés par les Cosaques de leurs habits, pantalons, etc. En nous voyant, ces infortunés nous appelèrent à travers leurs barreaux; ils demandaient à manger et du feu, et joignaient de grands gestes à leurs cris déchirants. Des spectacles aussi tristes se représentaient à chaque pas; je fus donc bien surpris de voir mes camarades s'approcher, leur faire distribuer le reste de nos provisions et quelques vêtements, puis se rendre chez le starotz. nom slave donné au maire ou chef de village. Ils exigèrent de lui que l'on chauffât le poêle de leur prison; enfin, ils laissèrent de l'argent pour qu'on leur achetât des vêtements, du pain et de la viande, menaçant d'une punition sévère, si l'on n'avait pas égard à leurs ordres. Je demandai à Wlodeck le motif de cet intérêt extraordinaire, il me répondit: « Ce sont des francs-maçons. Francs-maçons nous-mêmes, nous avons dû secourir nos frères, puisque nous le pouvions.......
CD Rochechouart

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2812
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Massacres de prisonniers durant la campagne de Russie

Message par L'âne »

Cyril Drouet a écrit :
01 nov. 2017, 10:01
Les relâcher ? ils auraient été publier le dénuement général, et, bientôt réunis à d'autres, ils seraient revenus s'acharner sur nos pas. Dans cette guerre à mort, leur donner la vie, c'eût été se sacrifier soi-même. On fut cruel par nécessité. Le mal venait de s'être jeté dans une si terrible alternative.
Je me demande si le dilemme russe n'est pas le même auquel dut faire face l'armée de Bonaparte à Jaffa...
Aurea mediocritas

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Français prisonniers de guerre en Angleterre
    par Britman » 06 févr. 2018, 14:27 » dans L'actualité napoléonienne
    13 Réponses
    805 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    07 sept. 2018, 17:07
  • Liste de seize mille militaires Français ou au service de France, faits prisonniers de guerre de 1810 à 1814, et
    par hugues » 08 sept. 2018, 08:03 » dans Espace visiteurs
    1 Réponses
    541 Vues
    Dernier message par Général Colbert
    09 sept. 2018, 00:16
  • La guerre toujours la guerre...
    par L'âne » 20 janv. 2018, 15:15 » dans Salon Ier Empire
    22 Réponses
    1781 Vues
    Dernier message par Le Briquet
    26 janv. 2018, 08:22
  • La guerre d'Espagne
    par Eric LM » 27 oct. 2017, 14:50 » dans BIBLIOTHÈQUE EMPIRE - L'actualité du livre napoléonien
    1 Réponses
    214 Vues
    Dernier message par Eric LM
    27 oct. 2017, 15:04