PRISONNIERS de GUERRE

Partagez autour de l’armement, de l’équipement et des pratiques des soldats des guerres napoléoniennes.

Modérateurs : Général Colbert, Cyril

Drouet Cyril

Re: Les prisonniers de guerre : la garde des prisonniers

Message par Drouet Cyril »

« ...qu’un acte aussi atroce se passe au loin même de la France .. ». Qu’en pensez-vous ?

J'opterais plutôt pour "qu'un acte aussi atroce se passe au sein même de la France"

Sans-Souci

Re: Les prisonniers de guerre : la garde des prisonniers

Message par Sans-Souci »

Peut-être mieux: ... se passe au sein même de la France ?

comparez le "se" et le "soin".

Dominique Contant

Re: Les prisonniers de guerre : la garde des prisonniers

Message par Dominique Contant »

"au sein même de la France"

Mais oui ! Bon sang, j'ai cherché pourtant.
Je corrige.
Merci Cyril et Sans Souci

Lepic34

PRISONNIERS : Évasion du 15 mai 1810.

Message par Lepic34 »

:salut:

Durant le siège de Cadix par Victor en 1810, plusieurs prisonniers français qui croupissent sur les pontons embossés dans la rade s'échappent et rejoignent les troupes de Victor. Voici un passage extrait de l'excellent livre de mr Jacques Le Coustumier " Le Maréchal Victor".

"Le 15 mai, le plan d'évasion fomenté par le lieutenant de vaisseau Mousseau, François, le colonel Buquet et une dizaine de braves est mis en oeuvre sur le ponton. On mouille un radeau et des rames construites en cachette dans la cale et le commandant Fauras part à la nage vers la plage. On souque ferme vers le rivage et le fort de Matagorda, portés par le flot montant, pour alerter les soldats de la tentative d'évasion. Des hommes de bonne volonté bravent la mitraille. Ils partent couper les amarres du ponton <<Vieille Castille>> après avoir neutralisé la garde espagnole. Buquet fait monter de vieux boulets depuis la cale, pour accueillir les barques ibériques venant rétablir l'ordre. Le ponton dérive, sous le vent et la marée, il finit par s'échouer sous dix-neuf pieds d'eau. Un feu nourri est tiré sans merci, par l'escadre ennemie et le fort de Puntalès. Avec 6 mètres d'eau à l'échouage, seulement près de 300 hommes sachant nager se sauvent sur la plage, d'autres sont repêchés par des barques françaises sous la mitraille. L'artillerie de Leval tonne du fort contre les anglais. Malgré la renverse de la marée, deux canots des marins de la Garde continuent à souquer en navette pour recueillir des évadés, d'autant que le ponton est en feu. Sur la <<Vieille Castille>> François, sauvé de justesse de la noyade, annonce que 900 officiers, 280 sous-officiers et soldats ont pu s'échapper. Il y eut 227 tués ou noyés. Les malheureux survivants sont accueillis en héros à Port-Réal..."

:salut:

Lepic34

Re: PRISONNIERS : Évasion du 15 mai 1810.

Message par Lepic34 »

:salut:

Un autre récit de l'évasion trouvé dans "Victoires, conquêtes, désastres, revers et guerres civiles des français de 1792 à 1815".

"...Le 15 mai à huit heures du soir, le vent, qui commençait à se maintenir au sud-ouest depuis le matin, sembla tomber tout à coup. C'était cependant le moment choisi, par le ponton la Castille, comme le plus favorable pour couper ses câbles et profiter du flot. Conduits par quelques jeunes sous-lieutenants, deux cuirassiers, à coups de hache, coupèrent les câbles qui les retenaient au rivage; dès lors plus d'incertitude, et chacun se mit à l'ouvrage. Les officiers de marine dirigèrent la manoeuvre du ponton; les officiers de terre s'emparèrent de la garnison, qu'ils mirent à la cale, et se rangèrent sur le pont. Avec les armes qu'ils venaient d'enlever à leurs gardiens, les boulets et les gueuses qu'ils jetaient à la main sur les embarcations ennemies qui les approchaient, ils parvinrent à éloigner les assaillants après les avoir neutralisés. Pendant ce temps, le ponton continuait à dériver quelquefois dans une direction contraire lorsque les vents mollissaient; mais les voiles, que l'on avait l'habillement disposés avec des hamacs et des couvertures, le maintinrent contre le courant, et il vînt échouer à la côte. Doria, capitaine de frégate; Mousseau, Souque, Girardin, lieutenants de vaisseau; Bounac et Gateaux, enseignes, montrèrent une grande présence d'esprit et beaucoup de fermeté dans cette circonstance: le lieutenant Mousseau fut tué d'un coup de mitraille sur son banc de quart. lorsque le ponton fut découvert à la côte par les troupes françaises du Trocadéro, elles prirent à l'instant toutes les mesures nécessaires pour lui porter secours. La situation des malheureux prisonniers de la Castille ne laissait pas de devenir de plus en plus critique. Ils recevaient à quart de portée le feu du fort de Pontalés, celui de toutes les batteries qui sont sur la côte entre le fort et Cadix, ainsi que les bordées d'un vingtaine de canonnières et d'autant de bombardes. Des embarcations furent mises sur des voitures, et conduites au galop au Trocadéro, seul point où la force de la mer permit de faire sortir des embarcations. Le débarquement s'effectua sous l'active direction des généraux Leval et d'Aboville. Le lendemain 16, à huit heures du matin, 400 hommes du ponton étaient déjà à terre, et à midi tout le monde était débarqué..."

Ci-dessous un dessin de l'évasion de Grivel :
Image

Uploaded with ImageShack.us

:salut:

Lepic34

Re: PRISONNIERS : Évasion du 15 mai 1810.

Message par Lepic34 »

:salut:

"...L'opération du sauvetage dura sept heures; elle se fit sous un feu d'artillerie des plus vifs. C'était un spectacle touchant et dont on peut difficilement rendre compte, que l'ardeur que chacun mettait à sauver ces courageux prisonniers; officiers-généraux, officiers subalternes, pontonniers, marins, canonniers, infanterie, les uns à la nage, les autres dans l'eau et la vase jusqu'aux épaules, quelques uns sur des embarcations, tous s'empressaient de donner des secours. Pendant huit heures consécutives, 2000 individus du 1er corps, officiers et soldats,se tinrent dans l'eau, sous les coups de cent cinquante bouches à feu, pour sauver leurs compatriotes. Le chef de bataillon Clouet, le capitaine du génie Bonpart; Joubert, officier d'état-major; les sergents Deguilhem, Faillou; le caporal Girardin, les pontonniers Hubert, Gabriel, Pontarolo et Nussbaame, montrèrent le plus grand courage, soit en sauvant des prisonniers qui s'étaient jetés à la nage sans savoir nager, soit en dirigeant des embarcations..."

:salut:

fanacyr

Re: Prisonniers de guerre

Message par fanacyr »

Dans mes souvenirs de lecture, des prisonniers venant de très loin (Russie ?) n'avaient pas réintégré leur foyer en mars 1815 ils avaient été cernés en Allemagne je crois, dès que le retour de l'Ile d'Elbe avait été annoncé !

Mais cela ne concerne pas la majorité d'entre eux, ce fil est pour leur rendre hommage, avec des témoignages sur leur état d'esprit en 1814 et tout début 1815 ?

cdt fanacyr

L'âne

Re: Prisonniers de guerre

Message par L'âne »

Bonjour fanacyr,

pour ma part je ne peux vous répondre. Seulement qu'effectivement j'ai lu à plusieurs reprises que les prisonniers avaient rejoint leur foyer parfois des années après.

Ce qui est intéressant et même impressionnant ce sont ces soldats qui se sont sédentarisés, en Russie par exemple. Certains avaient déserté, certains avaient été prisonniers, certains avaient été blessés et soignés sur place. Il y a des villes dont les habitants portent des noms Français...

HWLG Guillaume

Re: Prisonniers de guerre

Message par HWLG Guillaume »

Merci d'avoir ouvert ce fil de discussion ;).

On pourrait aussi évoquer tous ces polonais qui ont suivi Napoléon jusqu'en France... que sont-ils devenus ensuite ? Et d'une manière générale comment a été réformée l'armée polonaise ?

le sabreur

Re: Prisonniers de guerre

Message par le sabreur »

C'est assez dure de s'y retrouver, il y a un un vieux livre qui répertorie les soldats prisonniers restés en Russie. Il me semble que la Fondation Napoléon dépouille actuellement des archives sur le sujet également.

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Français prisonniers de guerre en Angleterre
    par Britman » 06 févr. 2018, 14:27 » dans L'actualité napoléonienne
    13 Réponses
    805 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    07 sept. 2018, 17:07
  • Liste de seize mille militaires Français ou au service de France, faits prisonniers de guerre de 1810 à 1814, et
    par hugues » 08 sept. 2018, 08:03 » dans Espace visiteurs
    1 Réponses
    541 Vues
    Dernier message par Général Colbert
    09 sept. 2018, 00:16
  • La guerre toujours la guerre...
    par L'âne » 20 janv. 2018, 15:15 » dans Salon Ier Empire
    22 Réponses
    1781 Vues
    Dernier message par Le Briquet
    26 janv. 2018, 08:22
  • La guerre d'Espagne
    par Eric LM » 27 oct. 2017, 14:50 » dans BIBLIOTHÈQUE EMPIRE - L'actualité du livre napoléonien
    1 Réponses
    214 Vues
    Dernier message par Eric LM
    27 oct. 2017, 15:04