Le plus bel uniforme

Partagez autour de l’armement, de l’équipement et des pratiques des soldats des guerres napoléoniennes.

Modérateurs : Général Colbert, Cyril

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2752
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Le plus bel uniforme

Message par L'âne » 24 août 2017, 12:10

Il me semble qu'il s'agit d'un mirliton.
Oui, maintenant que vous le dîtes, effectivement c'est le nom. Merci Demi-solde.
Aurea mediocritas

Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3032
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Le plus bel uniforme

Message par Cyril Drouet » 24 août 2017, 19:22

L'âne a écrit :
23 août 2017, 12:27
Il semblerait que l'armée prussienne, au début des campagne napoléoniennes tout au moins, était la plus disciplinée quant au "détroussage" des morts. Un des épisode qui m'avait le plus frappé est celui au cours duquel un soldat de l'armée des Alliés, Anglais je crois, détrousse Picton (?) à Waterloo.
Ces hommes n'étaient pas moins bons que nous, ils vivaient à une autre époque avec des moeurs différentes.
Eylau par Meynier :
Image[/quote]

Eylau ; œuvre réalisée, sous la direction de Longhi, par Calliano (gravure) et Anderloni (dessin) :
Image

Hougoumont :
Image

Image[/quote]

Waterloo, parJohn Heaviside Clark :
Image

Marengo, par Lejeune :
Image

Leipzig par Geissler :
Image

Image[/quote]

Campagne de Russie :
Image[/quote]

L’illustration ci-dessus pourrait être accompagnée de ce passage de l’Histoire de Napoléon et de la Grande Armée durant l’année 1812, de Ségur :
« [les trainards] ne rencontrent que des Cosaques et une population armée qui les entourent, les blessent, les dépouillent, et les laissent, avec des rires féroces, expirer tout nus sur la neige!
[…]
On vit de sauvages Cosaques, au milieu de tant de richesses, être encore avides des vêtements sales et déchirés de ces malheureux devenus leurs prisonniers; ils les dépouillèrent, et les réunirent ensuite en troupeaux, puis ils les faisaient marcher nus sur la neige, à grands coups du bois de leurs lances. »

Ou chez Bourgogne (Mémoires) :
« Nous en vîmes quelques-uns des moins blessés, presque nus, que les Russes avaient déjà dépouillés, et qu'ils avaient ensuite abandonnés »
(Bourgogne, Mémoires)

A noter que la pratique de dépouiller les vivants ne semble pas avoir été réservée aux seuls Russes :
« Le peu de détachements mêmes qui avaient passé en bon ordre la Bérésina, finirent par se débander ; leur nombre diminua peu à peu ; les chemins que l’armée parcourait dans sa retraite se couvrirent de plus en plus de cadavres d’hommes et de chevaux, qui succombaient à la faim, à la fatigue et surtout à la rigueur du froid ; de malades, de mourants et de désespérés, qui, dépouillés de leurs vêtements par ceux qui les suivaient, se roulaient dans une neige profonde.
[…]
Le plus fort pille sans pitié le plus faible; on dépouille de leurs vêtements les malades et ceux qui, par lassitude, ne peuvent plus suivre l'armée; les mourants sont mis à nu avant d'avoir rendu le dernier soupir, et on laisse tous ces malheureux sans secours couchés dans une neige profonde. L'instinct de sa propre conservation a étouffé dans le cœur de chacun tout sentiment d'humanité.
(Faber du Faur, Campagne de Russie 1812 d'après le journal illustré d'un témoin oculaire)



Pour le dépouillement des morts, quelques autres témoignages :

« [Les Russes] déshabillent leurs morts pour se couvrir de leurs dépouilles »
(Percy, Journal)

« En passant près d’un champ attenant aux jardin de la ville [de Mojaïsk], je remarquai au loin une sorte de pyramide d’une couleur particulière. Par curiosité, je m’en approchai. Je vis alors avec horreur que c’était un monceau de cadavres nus, un tumulus à base carrée et de plusieurs toises de hauteur. A mon avis, il pouvait y avoir là 800 cadavres. Le commandant d’armes les avait fait rassembler en cet endroit pour les brûler, parce qu’ils infestaient les rues.
[…]
Les corps avaient conservé l’attitude dans laquelle la mort les avait surpris ; personne ne les avait allongés, comme on a coutume de le faire après le décès. »
(La Flize, Mémoires)

« Nous traversâmes le champ de bataille jonché encore des débris du sanglant combat [des Quatre-Bras]; Français, Anglais, Ecossais, Hanovriens, Belges, Hollandais et Brunswickois, tous étaient confondus, et particulièrement sur la lisière du bois de Bossu; mais presque tous avaient été complètement dépouillés , soit par les habitants des environs, soit par cette nuée de pillards qui, toujours à la suite des armées, sont là comme des vautours prêts à se précipiter sur leur proie. »
(Mauduit, Les derniers jours de la Grande Armée)

« [Napoléon] trouva [le champ de bataille de Smolensk] jonché d'un grand nombre de cadavres russes et de peu des nôtres. La plupart étaient dépouillés, surtout les Français : on les reconnaissait à leur blancheur et à leurs formes moins osseuses et musculeuses que celles des Russes. Triste revue de morts et de mourants, compte funeste à faire et à rendre. »
(Ségur, Histoire de Napoléon et de la Grande Armée durant l’année 1812)

« Au col d’Ordal et sur tous les versants, nous retrouvâmes les nombreux cadavres de ces braves défenseurs, entièrement dépouillés de leurs vêtements, et tombant en décomposition. »
(Larreguy de Civrieux, Souvenirs)

« La colonne autrichienne dispersée, j'avais quitté la cavalerie du général Kellermann, et venais à la rencontre du général Desaix, dont je voyais déboucher les troupes, lorsque le colonel du 9ème léger m'apprit qu'il n'existait plus. Je n'étais pas à cent pas du lieu où je l'avais laissé; j'y courus, et le trouvai par terre, au milieu des morts déjà dépouillés, et dépouillé entièrement lui-même. Malgré l'obscurité, je le reconnus à sa volumineuse chevelure, de laquelle on n'avait pas encore ôté le ruban qui la liait. »
(Savary, Mémoires)

Avatar du membre
Saint Clair
- Capitaine -
- Capitaine -
Messages : 21
Enregistré le : 18 juil. 2017, 22:53
Localisation : Metz (Moselle)

Re: Le plus bel uniforme

Message par Saint Clair » 25 août 2017, 14:23

Napoléon n'avait-il pas donné des ordres pour sanctionner les pillards de cadavres pris sur le champ ?
C'est une question que je pose car je n'ai jamais eu l'occasion de lire quelque part si une telle sanction existait.
Bonaparte, puis Napoléon, ont pris pas mal de dispositions relatives aux actes contraires aux règlements et aux lois de la guerre auxquels se livraient certains soldats. Je me demande toujours si, en habile politicien et conscient d'être un jour jugé par l'histoire, ce n'était pas là des actes de pure forme.
Un exemple concernant les pillages :
Bonaparte proclame depuis Cherasco* : «… Il est une condition que vous jurez de remplir, c’est de respecter les peuples que vous délivrez, c’est de réprimer les pillages horribles auxquels se portent des scélérats suscités par vos ennemis. Sans cela vous ne seriez pas les libérateurs des peuples, vous en seriez les fléaux. Vous ne seriez pas l’honneur du peuple français, il vous désavouerait. Je saurai pour ma part faire respecter, à ce petit nombre d’hommes sans courage et sans cœur, les lois de l’humanité et de l’honneur qu’ils foulent aux pieds. Je ne souffrirais pas que ces brigands souillent vos lauriers ».
Force est de constater que le Général en Chef n'a pu, pour diverses raisons, faire régner une discipline stricte...

*Cyril Drouet nous dira peut-être si cette proclamation est bien réelle.

Lesquif

Re: Le plus bel uniforme

Message par Lesquif » 25 août 2017, 15:01

L'âne a écrit :
23 août 2017, 12:27
un soldat de l'armée des Alliés, Anglais je crois, détrousse Picton (?) à Waterloo.
Est ce que quelqu'un sait où l'on pourrait retrouver cet épisode, car je suis curieux de lire cela !

Avatar du membre
Turos M. J.
- Chirurgien en Chef Gde Armée -
- Chirurgien en Chef Gde Armée -
Messages : 472
Enregistré le : 21 juil. 2017, 17:10
Localisation : Varsovie Pologne

Re: Le plus bel uniforme

Message par Turos M. J. » 25 août 2017, 17:08

Je pense que la vérité a montré Cyril Drouet. Et pour ces images, je vous remercie sincèrement.

Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3032
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Le plus bel uniforme

Message par Cyril Drouet » 26 août 2017, 07:21

Saint Clair a écrit :
25 août 2017, 14:23
Napoléon n'avait-il pas donné des ordres pour sanctionner les pillards de cadavres pris sur le champ ?
C'est une question que je pose car je n'ai jamais eu l'occasion de lire quelque part si une telle sanction existait.
Bonaparte, puis Napoléon, ont pris pas mal de dispositions relatives aux actes contraires aux règlements et aux lois de la guerre auxquels se livraient certains soldats. Je me demande toujours si, en habile politicien et conscient d'être un jour jugé par l'histoire, ce n'était pas là des actes de pure forme.
Un exemple concernant les pillages :
Bonaparte proclame depuis Cherasco* : «… Il est une condition que vous jurez de remplir, c’est de respecter les peuples que vous délivrez, c’est de réprimer les pillages horribles auxquels se portent des scélérats suscités par vos ennemis. Sans cela vous ne seriez pas les libérateurs des peuples, vous en seriez les fléaux. Vous ne seriez pas l’honneur du peuple français, il vous désavouerait. Je saurai pour ma part faire respecter, à ce petit nombre d’hommes sans courage et sans cœur, les lois de l’humanité et de l’honneur qu’ils foulent aux pieds. Je ne souffrirais pas que ces brigands souillent vos lauriers ».
Force est de constater que le Général en Chef n'a pu, pour diverses raisons, faire régner une discipline stricte...

*Cyril Drouet nous dira peut-être si cette proclamation est bien réelle.
Cette proclamation date du 26 avril 1796 et a été publiée dans le Moniteur universel du 17 mai suivant.

Cependant cet écrit n’aborde pas la question des pillages sur les cadavres mais sur ceux concernant les vivants ; et ce dernier type de vol était effectivement parfois sévèrement puni.
Je n’ai au contraire pas mémoire d’ordres punissant les détrousseurs de cadavres.
La réccupération du matériel de guerre sur le champ de bataille était, elle, encouragée, comme en témoigne l'ordre du jour du 21 octobre 1805 :

« Son Excellence le Ministre de la guerre, major général, voulant donner un encouragement à ceux qui, après les actions, conduiront ou rapporteront aux parcs d'artillerie des différents corps d'armée les chevaux d'artillerie, bouches à feu, voitures, armes, projectiles, etc., abandonnés sur le champ de bataille, a décidé que ces objets seraient payés ainsi qu'il suit :
-Pour un cheval en bon état : 100 francs
-Pour une bouche à feu sur son affût : 60 francs
-Pour un affût ou caisson : 30 francs
-Pour un fusil avec sa baïonnette en bon état : 1 franc
-Pour un fusil brisé : 50 centimes
-Pour une platine entière : 15 centimes
-Pour un pistolet en état : 50 centimes
-Pour une baïonnette bonne : 10 centimes
-Pour un sabre d'infanterie en état : 15 centimes
-Pour un sabre de cavalerie en état : 20 centimes
-Pour un boulet : 5 centimes
Ces différentes sommes seront acquittées sur-le-champ par les directeurs d'artillerie qui recevront lesdits objets. »

Pour revenir aux détrousseurs de cadavres, cette pratique sur certains champs de bataille pouvait être fort lucrative ; ici aux Pyramides
« Plusieurs soldats ont trouvé sur le corps des mamelouks des ceintures contenant de 600 à 1 500 marabouts, pièces d'or de la valeurs de 6 livres 9 sous de France. Ces ceintures étaient supportées par des bretelles sur les épaules, assez semblables à celles qui nous servent à supporter nos culottes et nos pantalons.
Pour ma part, je me suis approprié un beau sabre damassé, le fourreau en argent doré, une paire de pistolets aussi garnis en argent doré, une paire de pistolets aussi garnis en argent, trois turbans de cachemire et une ceinture dans laquelle il y avait 460 pièces d’or. Cette journée a pu enrichir les deux tiers des soldats des divisions Desaix et Reynier »
(François, Journal)

Un mot de Lannes, suite à Austerlitz, tiré des Mémoires de Talleyrand :
« Je n’y puis y tenir, me dit-il, à moins que vous ne vouliez venir avec moi assommer tous ces misérables juifs qui dépouillent les morts et les mourants. »

Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3032
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Le plus bel uniforme

Message par Cyril Drouet » 26 août 2017, 08:08

Lesquif a écrit :
25 août 2017, 15:01
L'âne a écrit :
23 août 2017, 12:27
un soldat de l'armée des Alliés, Anglais je crois, détrousse Picton (?) à Waterloo.
Est ce que quelqu'un sait où l'on pourrait retrouver cet épisode, car je suis curieux de lire cela !
D'après ce que j'ai pu en lire, à peine tombé, Picton fut détroussé par un soldat allié. Le capitaine Seymour intervint alors et récupéra les lunettes et la bourse du général.

Lesquif

Re: Le plus bel uniforme

Message par Lesquif » 26 août 2017, 09:03

Bonjour Cyril,
merci pour votre réponse.

On retrouve ce témoignage chez des auteurs britanniques ou français ?

C'est un épisode vraiment surprenant d'abord pour nous, mais aussi pour les contemporains de Waterloo. Même si les mœurs étaient différentes, ce n'est pas quelque chose qui devait se faire que de détrousser un de ses officiers !

Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3032
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Le plus bel uniforme

Message par Cyril Drouet » 26 août 2017, 09:17

Lesquif a écrit :
26 août 2017, 09:03
Bonjour Cyril,
merci pour votre réponse.

On retrouve ce témoignage chez des auteurs britanniques ou français ?
On retrouve ce récit dans la lettre que Seymour écrivit à Siborne le 30 novembre 1842 :
"Je constatai que j'étais près du général et qu'un grenadier du 28th tentait de prendre les lunettes et la bourse qui se trouvaient dans la poche de son pantalon. Je les confiai à son aide-de-camp qui, je crois, était le colonel Tucker (le plus vaillant des aides de camp)"

Avatar du membre
Saint Clair
- Capitaine -
- Capitaine -
Messages : 21
Enregistré le : 18 juil. 2017, 22:53
Localisation : Metz (Moselle)

Re: Le plus bel uniforme

Message par Saint Clair » 26 août 2017, 20:43

Merci, Cyril, pour votre réponse circonstanciée qui laisse supposer, a contrario, qu'aucun ordre ne fut jamais donné pour sanctionner les pillages de cadavres ou supposés tels.
Surprenant, compte tenu du nombre de cadavres qui va aller en s'accroissant tout au long de l'Empire.
Cela mériterait un sujet particulier car nous sommes ici hors sujet.

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Poissy en uniforme.
    par mrphilou » 06 oct. 2018, 09:16 » dans L'actualité napoléonienne
    2 Réponses
    463 Vues
    Dernier message par mrphilou
    07 oct. 2018, 22:53
  • Poissy en uniforme.
    par mrphilou » 06 oct. 2018, 09:16 » dans Bivouac des reconstitueurs & militaria
    4 Réponses
    1014 Vues
    Dernier message par mrphilou
    18 oct. 2018, 21:24
  • Patrons uniforme
    par gsr6404 » 06 mars 2018, 15:33 » dans Espace visiteurs
    2 Réponses
    501 Vues
    Dernier message par L'âne
    20 mars 2018, 05:58
  • Question d'uniforme
    par Lepic34 » 21 janv. 2017, 11:53 » dans Napoléon à travers les Arts
    2 Réponses
    727 Vues
    Dernier message par Lepic34
    21 janv. 2017, 15:24
  • Un uniforme de l'Empereur...
    par Christophe » 06 déc. 2016, 20:46 » dans L'actualité napoléonienne
    6 Réponses
    994 Vues
    Dernier message par Turos M. J.
    07 déc. 2016, 17:44