MARINE : La reconstitution...de vieux grééments

Partagez autour de l’armement, de l’équipement et des pratiques des soldats des guerres napoléoniennes.

Modérateurs : Général Colbert, Cyril

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 2931
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: MARINE : La reconstitution...de vieux grééments

Message par Demi-solde »

Demi-solde a écrit :
28 mars 2020, 12:31
Image
Par Francesco Guardi (1766)
Le Bucintoro est un navire de parade exceptionnel qui naviguait une fois l'an, le jour de l'Ascension, pour la célébration du mariage du doge avec la mer, mais il n'est absolument pas caractéristique des galères ordinaires que l'on pouvait apercevoir dans les ports de Toulon ou de Venise. Et si l'image est antérieure à la période bonaparto-napoléonienne, cette peinture de Caspar Van Wittel présente une superbe vue d'une galère vénitienne classique (avec du linge qui sèche sur une rame... :) ), assez semblable aux "sept à huit galères" (plus trois en construction) présentes en 1797 dans le port de la cité des Doges :

Image
“Vue de Venise depuis l'île St Georges”, par Caspar Van Wittel, (1697)

Image

Cordialement

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3843
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: MARINE : La reconstitution...de vieux grééments

Message par Cyril Drouet »

Demi-solde a écrit :
28 mars 2020, 12:31
le Bucintoro fut détruit le 9 janvier 1798, en grande partie brûlé sur l'île de San Giorgio Maggiore (l'incendie dura trois jours...)

Ce qui en resta servit de canonnière puis de prison, avant d'être finalement détruit en 1824.
Deux péotes ducates richement ornées qui servaient à l'escorte du Bucentaure subirent également le même sort.

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 2931
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: MARINE : La reconstitution...de vieux grééments

Message par Demi-solde »

Cyril Drouet a écrit :
29 mars 2020, 11:34
Deux péotes ducates richement ornées qui servaient à l'escorte du Bucentaure subirent également le même sort.
"Péotes" : après la galère de parade, les gondoles de parade.

Image

L'ultime Bucintoro, le "Bucintoro dei Savoia" ou la "Peota dei Savoia", est une péote (ou piote, voire piotte).

Image

Image

Image

Cordialement

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 2931
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: MARINE : La reconstitution...de vieux grééments

Message par Demi-solde »

Demi-solde a écrit :
29 mars 2020, 14:00
L'ultime Bucintoro, le "Bucintoro dei Savoia" ou la "Peota dei Savoia", est une péote (ou piote, voire piotte).
Toute ressemblance serait purement fortuite...

Image

Image

Image


Cordialement

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 2931
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: MARINE : La reconstitution...de vieux grééments

Message par Demi-solde »

Demi-solde a écrit :
28 mars 2020, 12:31
le Bucintoro fut détruit le 9 janvier 1798, en grande partie brûlé sur l'île de San Giorgio Maggiore (l'incendie dura trois jours...) pour récupérer son or
Heureusement, toutes les galères dorées ne connurent pas cette fin :


Galère la Réale, lancée en 1694, navire-amiral des galères de France sous Louis XIV :

Image

Cordialement

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 2931
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: MARINE : La reconstitution...de vieux grééments

Message par Demi-solde »

Et pour avoir une idée de la différence entre une galère et un vaisseau :

Image
L'encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers sous la direction de Diderot et d'Alembert, tome 7

https://www.photo.rmn.fr/archive/16-529 ... YX6DM.html


Cette illustration permet de constater les différences de proportions des deux types de navires, mais elle ne permet pas de comparer leurs tailles ; les échelles ne sont en effet pas les mêmes. Pour comparer les dimensions, il faut se livrer à une légère retouche :

Galère - 03.jpg

Cordialement

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 2931
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: MARINE : La reconstitution...de vieux grééments

Message par Demi-solde »

la remonte a écrit :
02 avr. 2020, 15:00
notre plus grande perte fut quand même le Commerce de Marseille dont cependant la vie militaire fut très courte.
On n'y prête pas forcément attention à la lecture des évènements de Toulon, mais ce nom de baptême est curieux. Et si le Commerce-de-Marseille, comme quelques autres d'ailleurs (les Commerce-de-Bordeaux, Commerce-de-Paris, États-de-Bourgogne et Deux-Frères) détonne dans la liste des vaisseaux de ligne (où l'on trouve plus couramment à l'époque des Brillant, Pluton, Héros, Triomphant, Invincible, etc.), c'est que la construction de ce navire a fait l'objet d'un sponsoring.
En d'autres termes moins anglais et plus historiques, cela s'appelait le "don de vaisseaux", pratique répandue sous Louis XV et reprise quelque fois sous Louis XVI et une fois sous l'Empire. Comme son nom l'indique, il s'agissait de navires de guerre construits grâce aux souscriptions de provinces, de villes, de corps constitués voire d'individus, comme le 80 canons Deux-Frères, financé par les deux frères de Louis XVI, les comtes de Provence et d'Artois, futur Louis XVIII et Charles X.

Image
à droite, le Juste (ex-Deux-Frères) après sa capture par la Royal Navy

Certes, les Frégates Multi-Missions actuelles portent toutes un nom de région historique (Aquitaine, Provence, Languedoc, Auvergne, Bretagne, Normandie, Alsace et Lorraine), mais sans aucun lien financier avec les régions administratives actuelles. Heureusement... Imaginerait-on aujourd'hui un sous-marin Conseil-Régional-du-Grand-Est ? Ou un porte-avion MEDEF-des-Bouches-du-Rhône ?


Cordialement

Avatar du membre
la remonte
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 534
Enregistré le : 06 sept. 2019, 11:46
Localisation : Paris

Re: MARINE : La reconstitution...de vieux grééments

Message par la remonte »

il devait bien y avoir une raison fiscale ? pas de la pure philanthropie , un peu comme pour nos trimarans avec des noms de Mutuelles ou de boîtes de conserves ?
par contre , le rôle des galères face à des bâtiments en panne de vent ?

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 2931
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: MARINE : La reconstitution...de vieux grééments

Message par Demi-solde »

la remonte a écrit :
03 avr. 2020, 11:17
il devait bien y avoir une raison fiscale ?
Fiscale, je ne crois pas. Pour employer des termes modernes, je pense que l'on était plus proche de la corruption active (même s'il ne s'agit pas d'enrichir une personne dépositaire de l'autorité publique) que d'une exonération fiscale ; il s'agissait de sa faire bien voir, pour reprendre les termes du duc de Choiseul de faire "ce que peuvent et doivent faire les sujets véritablement dignes du meilleur des maîtres". Point de philanthropie ici, chaque donateur espérait bien sûr tirer quelques avantages de ce don, obtenir quelques faveurs ; bref, de l'argent en échange d'un service, d'une décision...

Cordialement

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 2931
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: MARINE : La reconstitution...de vieux grééments

Message par Demi-solde »

la remonte a écrit :
03 avr. 2020, 11:17
par contre , le rôle des galères face à des bâtiments en panne de vent ?
Par petit temps, la légèreté, la faible surface mouillée et la propulsion autonome des galères les rendaient bien sûr plus rapides et plus manœuvrantes que les vaisseaux. Toutefois, le développement des vaisseaux de ligne, l'augmentation de leur armement, de l'épaisseur et de la hauteur des coques condamna les galères à un rôle d'auxiliaire, contraintes à la course, à la protection des convois ou aux patrouilles ; c'est d'ailleurs l'objet de la dernière mission déjà évoquée de la Patience, à l'occasion de la préparation de l'expédition d'Égypte en 1798. Alors oui les galères, en meute, connurent quelques succès par abordage sur des vaisseaux isolés et encalminés. Mais l'unique coursier (la seule pièce d'artillerie puissante installée au centre de la proue, dans l'axe du navire, que le recul faisait coulisser jusqu'au mât entre les bancs de nage) ne faisait plus le poids face aux batteries des vaisseaux qui s'étoffaient. L'exemple le plus célèbre est celui du 48 canons français le Bon, qui, encalminé une demi-journée en 1684 au large de l’île d’Elbe, repoussa toutes les attaques de trente-six galères hispano-génoises avant que le vent se lève et lui permette de se replier et de regagner Livourne.

Image
Prise d’un vaisseau hollandais, la Licorne, par les galères de France à la hauteur d’Ostende, juillet 1702, par Théodore Gudin
© Trois-Ponts !

Mais sur l'opposition galères vs vaisseaux, je ne peux que vous conseiller la lecture de l'article de Nicolas Mioque sur l'excellent (je ne le répèterai jamais assez...) site Trois-Ponts !


Cordialement

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Vieux de la vieille
    par la remonte » 18 mars 2016, 08:49 » dans L'actualité napoléonienne
    2 Réponses
    926 Vues
    Dernier message par la remonte
    18 mars 2016, 10:07
  • Reconstitution cavalerie
    par jp. montbazet » 11 sept. 2018, 18:00 » dans Espace visiteurs
    11 Réponses
    1929 Vues
    Dernier message par la remonte
    22 mai 2020, 09:30
  • Annuaire de la reconstitution historique.
    par J-B Laborde » 18 févr. 2016, 09:34 » dans Blogs et sites personnels
    2 Réponses
    2419 Vues
    Dernier message par LeBarde
    18 févr. 2016, 10:53
  • Information pour de la reconstitution
    par Arcalas » 25 févr. 2020, 18:47 » dans Espace visiteurs
    18 Réponses
    279 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    20 mai 2020, 16:04